La santé enquête sur la mort d’un homme de 36 ans après avoir reçu le vaccin Janssen

Le ministère de la Santé enquête sur la mort d’un homme de 36 ans deux semaines après avoir reçu le vaccin Janssen et une fois que les médecins qui l’ont soigné à l’hôpital Virgen del Roco de Séville ont souligné la probable relation directe entre le médicament reçu et la mort.

L’homme, qui n’avait aucune pathologie diagnostiquée auparavant, a été vacciné avec Janssen sur son lieu de travail dans une commune de la province de Séville, comme de nombreux autres confrères, le 25 juin, en vertu de l’accord signé par la Junta de Andaluca et quelques grands entreprises à accélérer la vaccination de leurs employés.

Quelques jours plus tard commencé à ressentir un malaise attribué aux effets secondaires du vaccin. Mais, lundi 5 juillet, les symptômes se sont aggravés et il a dû être transféré en ambulance à l’hôpital Comarcal de la Merced (Osuna). Selon le témoignage de sa famille, ils y ont effectué les premiers tests et il a été déterminé qu’il avait subi un accident vasculaire cérébral, après quoi il a été décidé de le transférer par hélicoptère à l’hôpital Virgen del Roco de Séville, où il est décédé dans un question d’heures.

La Le ministre de la Santé a confirmé à EL MUNDO que ce qui s’est passé a été transféré au Centre andalou de pharmacovigilance qui, immédiatement, a également signalé les faits à l’Agence espagnole des médicaments et des produits de santé « pour poursuivre son enquête selon les protocoles en vigueur ».

Le gouvernement andalou souligne que c’est le ministère de la Santé qui doit communiquer les résultats si le cas est confirmé. « Face à ce type de suspicion, il est indispensable d’écarter toute relation de cause à effet par des études et des tests scientifiques.», réitère le conseiller.

Ce journal a également contacté le ministère, qui se réfère aux rapports publiés périodiquement par l’Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS), qui est chargée d’évaluer les effets indésirables suspectés signalés en Espagne avec tous les médicaments autorisés, y compris les vaccins. Le dernier rapport est celui publié le 15 juin 2021, il ne recueille donc rien en rapport avec le cas de Séville.

Selon le récit de ses proches, les médecins qui ont soigné le défunt n’ont pas hésité à établir une relation entre le vaccin et les multiples thrombus que, apparemment, le patient avait subis au point de provoquer une défaillance multiviscérale qui a causé son décès. Et ils ont informé leurs proches que le cas serait transféré aux autorités sanitaires.

Cependant, la famille n’a pas encore reçu de rapport certifiant la cause officielle du décès. Ni le certificat de décès dont ils ont besoin pour déposer une quelconque plainte. Ils n’ont que la réponse brève à une première réclamation qu’ils ont présentée à l’hôpital Virgen del Roco, dans laquelle ils sont invités à transférer ce qui s’est passé à l’entreprise où ils ont été vaccinés.

Dans la réponse envoyée à la famille, il est indiqué textuellement : En ce qui concerne votre lettre de réclamation datée du 6 juillet, nous devons vous informer que le cahier des réclamations de la Commission est le canal pour signaler une situation qui s’est produite dans un centre public, donc que nous comprenons que le traitement de votre réclamation par nos soins ne se poursuit pas. Le vaccin pour votre frère, malheureusement décédé, a été administré sur votre lieu de travail, vous devez donc informer cette entreprise de ce qui s’est passé afin que les enquêtes pertinentes puissent être initiées par rapport à votre cas.

Hier, un porte-parole du ministère de la Santé a contacté la famille pour se rendre disponible et leur assurer qu’ils seraient informés de toute l’actualité de l’affaire.

Dans votre stratégie de vaccination, le ministère de la Santé établit que le vaccin Janssen ne doit être administré qu’aux personnes de plus de 40 ans. Avec un caractère extraordinaire et comme c’est le seul autorisé qui réalise une immunisation complète avec une seule dose, il est également utilisé pour des groupes spéciaux, par exemple, les étudiants qui partent bientôt à l’étranger, les marins qui doivent embarquer, les immigrants qui passent par ou encore les personnes sans domicile fixe qui sont plus difficiles à joindre pour une seconde dose.

Bien qu’il ne soit pas expressément décrit dans le protocole du ministère de la Santé, le ministère de la Santé maintient qu’il est cohérent avec la stratégie nationale de vaccination d’injecter le composé Janssen aux travailleurs des entreprises rattachées au plan Sumamos, le programme lancé pour rationaliser la vaccination de la population sur le lieu de travail. Dans la réponse offerte à EL MUNDO, le ministre de la Santé assure que l’Andalousie a inclus, « parmi ces groupes d’accessibilité difficile, les travailleurs des entreprises rattachées au Plan Sumamos, les groupes vulnérables d’un point de vue social, économique et/ou du travail, aux travailleurs humanitaires qui partent en mission dans d’autres pays, aux manutentionnaires, stagiaires, pêcheurs ou étudiants du programme Erasmus ».

Le vaccin de Janssen est basé sur une technologie très similaire (adénovirus) à AstraZeneca et les deux ont montré un risque d’événements thrombotiques. Il est approuvé par l’Agence européenne des médicaments pour les personnes de plus de 18 ans, comme indiqué dans la fiche technique du médicament. Cependant, la stratégie nationale de vaccination du ministère de la Santé a limité son utilisation par tranche d’âge. Dans un premier temps, il n’a été approuvé que pour le segment des 70 à 79 ans, pour ensuite l’étendre jusqu’à autoriser enfin sa dispense pour les plus de 40 ans.

Certaines communautés autonomes comme l’Andalousie ou Madrid ont demandé au ministère d’autoriser son utilisation pour toutes les personnes majeures, ce qui accélérerait la campagne de vaccination et compenserait également le taux d’arrivée insuffisant d’autres vaccins comme ceux de Pfizer ou Moderna.

Cependant, la position du ministère est pour l’instant ferme contre l’élargissement des tranches d’âge et fait appel aux critères des experts de la présentation vaccinale.

L’Espagne a acheté un total de 17 598 400 doses de vaccins Janssen, dont un peu plus de 2,4 millions de doses ont été reçues et livrées aux communautés autonomes et 1,7 million ont été administrées, ce qui représente 71,3% de celles reçues, un pourcentage loin du degré d’administration des autres vaccins, tous supérieurs à 91% . Dans le cas de l’Andalousie, 256 861 personnes ont été vaccinées avec le composé Janssen.

Jusqu’au cas enregistré à Séville, aucun décès suspect lié au vaccin Janssen n’était survenu en Espagne. Le dernier rapport de l’AEMPS fait état de cinq décès en Espagne associés au vaccin AstraZeneca.

★★★★★