Le juge de Palma annule le confinement des 180 élèves non testés positifs au Covid

L’ordre du gouvernement de les maintenir isolés est considéré comme injustifié et générique. Certains jeunes ont déjà quitté l’hôtel en taxi en direction de l’aéroport. Santé coordonnera un «ferry à bulles» vers Valence

C’est ainsi que les étudiants isolés de Palma ont réagi après l’annulation de leur confinement : « Nous sommes libres »// Photo : EFE
  • Direct Dernières nouvelles sur le coronavirus

Le Tribunal du contentieux administratif numéro 3 de Palma a déclaré nul partie de l’ordre du gouvernement des Baléares par lequel ils ont été confinés à 249 jeunes étudiants qui étaient à Majorque en voyage d’étude.

Tous ont été isolés le week-end dernier lorsque 1 600 positifs pour le coronavirus ont été détectés dans onze communautés autonomes parmi 4 000 garçons venus sur l’île au cours des trois premières semaines de juin.

La juge Sonia Martín n’approuve que le confinement à Majorque des personnes testées positives au coronavirus pratiqué depuis le week-end dernier. Soit 68 des jeunes touchés qui ont été isolés, selon les dernières données du gouvernement régional. Parmi eux, 14 ont été hospitalisés avec des symptômes bénins.

Selon la décision du tribunal, le reste de ceux qui ont été soumis à un isolement forcé à l’hôtel Bellver sans test positif, un total de 180, ne doit pas rester isolé, car le gouvernement des Baléares n’a pas prouvé de manière crédible qu’il avait des contacts étroits avec des personnes infectées par le coronavirus lorsque la résolution qui les a confinés a été publiée.

Cela inclut à la fois ceux qui ont été testés négatifs et ceux qui ont refusé de passer un test au motif qu’il n’avait pas été démontré qu’ils avaient eu des contacts étroits.

Ils devraient quitter l’hôtel dans les prochaines heures. En fait, cet après-midi neuf des étudiants ont déjà quitté l’hôtel, un groupe de filles qui ont emménagé taxi à l’aéroport pour se rendre à Bilbao et ils avaient été testés négatifs. Une chauffeur de taxi a refusé de les prendre dans son véhicule.

Les étudiants confinés quittent l’hôtel à Majorque après son annulation par le juge de Palma

Les étudiants ont réagi avec euphorie à la nouvelle qu’ils ont apprise dans leurs chambres. A l’intérieur de l’hôtel, ils ont applaudi et applaudi la décision judiciaire en criant « liberté ». « Justice est rendue », répètent-ils avec joie lorsqu’on les interroge sur la décision ordonnée par le juge.

Aux portes de l’hôtel, les parents qui se sont rendus à Majorque ces jours-ci ont également manifesté leur satisfaction et ont continué à porter plainte contre le gouvernement. « Cela a été un scandale », a déclaré Arancha de la Fuente, l’une des mères d’un groupe de 28 jeunes andalous.

Ils soutiennent que l’exécutif a fait payer à leurs enfants, par isolement forcé, les voyages d’études incontrôlés de jeunes qui étaient auparavant sur l’île. « La direction a été regrettable. » Le gouvernement défend que le taux de positivité chez les détenus est de 26% et a demandé aux jeunes via les réseaux sociaux qu’ils « continuent à se mettre en quarantaine quelle que soit la quantité de voiture qui leur permet » de se déplacer librement.

La résolution judiciaire considère que la mesure d’isolement n’a pas été suffisamment motivée ou justifiée de manière détaillée par le Gouvernement, ce que la Cour lui demande en affectant le confinement d’un droit fondamental.

Dans son ordonnance, la juge conclut que la mesure n’est pas proportionnée pour de nombreux cas et que les justifications du gouvernement étaient « génériques » lorsqu’il considérait certaines des personnes concernées comme des « contacts étroits » avec des positifs. « Il n’a pas été établi qui sont les contacts étroits des positifs avec un critère précis et déterminé », régler la voiture.

Dans de nombreux cas, indique-t-il, « le lien entre eux n’a pas été établi ni pourquoi ils sont considérés comme des contacts étroits ». La Cour considère que pas assez « un diagnostic potentiel d’infection » pour les garder confinés.

Il donne comme exemple que le Gouvernement a utilisé comme argument que les jeunes séropositifs qui sont déjà dans d’autres communautés autonomes ont participé à des activités auxquelles les jeunes confinés n’ont pas assisté.

Cette décision conduira les jeunes à retrouver leur liberté de mouvement. Un droit fondamental sur la protection duquel le juge de Palma se prononce dans sa résolution. « La restriction d’un droit fondamental doit se limiter à ce qui est nécessaire » et « un diagnostic potentiel » ne suffit pas mais un « diagnostic vrai ou très probable ».

ARGUMENTS

La magistrate, qui a suivi la ligne fixée par le parquet, assure qu’elle et le parquet n’ignorent pas « le fait que nous sommes confrontés à une crise sanitaire mondiale qui produit de nombreux malheurs personnels ». Mais mis avant « Dans un État de droit, la sauvegarde des droits fondamentaux doit être la norme qui doit nous guider tous ». Et que les restrictions doivent être « proportionnées, nécessaires, adaptées et soumises à un contrôle judiciaire ».

Pour étayer sa décision, elle s’est appuyée sur un récent arrêt de la Cour suprême dans lequel le maintien de mesures exceptionnelles aux Canaries après la fin de l’état d’alarme a été analysé, ainsi que sur des résolutions de la Cour supérieure de justice des Baléares. Îles.

Le magistrat entérine la décision du Gouvernement de confiner les positifs et demande aux autorités sanitaires de rapport tous les 5 jours l’état de chacun des jeunes qui restent isolés.

Bien qu’elle puisse faire l’objet d’un appel devant la Cour supérieure de justice, les sources juridiques consultées par ce journal suggèrent que la décision du magistrat est exécutive, donc la mesure de confinement décline automatiquement.

Un « BATEAU À BULLES »

Après l’annonce du gouvernement des Baléares du transfert des négatifs au large de l’île, Carolina Darias, ministre de la Santé, a indiqué après le Conseil interterritorial qu’elle coordonnerait demain le transfert des étudiants à Valence. sur un bateau qui leur est réservé. Vous souhaitez ainsi maintenir un groupe de bulles et pouvoir garantir qu’ils n’entrent pas en contact avec d’autres passagers.

Le plan proposé par le gouvernement autonome est d’affréter un ferry et qu’une fois dans le port de destination, chaque communauté se charge d’aller les récupérer et de les acheminer vers leurs lieux d’origine. Darias demande « un maximum de prudence » dans cette action car les élèves peuvent être testés positifs dans les prochains jours. Comme le ministre l’a détaillé, la plupart d’entre eux appartiennent à l’Andalousie, à Madrid, au Pays basque et à la Galice.

C’est l’option que les familles seront transférées si elles ne veulent pas continuer la quarantaine dans l’hôtel spécialisé pour cela. Le transfert aurait lieu demain matin dans des bus qui partiraient du même hôtel pour se rendre au port de Palma, à une courte distance de l’hôtel.

En plus des élèves confinés, il y en a encore 16 qui sont toujours en cavale. Certains ont profité du chaos initial pour échapper aux contrôles et à l’isolement. Deux autres personnes sont venues quitter les installations de l’hôtel hier soir en défiant les agents de sécurité et en contournant les contrôles.

Le gouvernement a inculpé la décision de justice. Le vice-président des Baléares, Juan Pedro Yllanes (United We Can) estime que la décision « met en danger toute la politique de santé qui a été établie non seulement par le gouvernement, mais aussi par le gouvernement central ».

★★★★★