Le juge de « l’affaire Yremi » n’accepte pas d’appeler « El Rubio » comme témoin

Le tribunal décide de prolonger de six mois l’enquête sur la disparition de l’enfant canarien

la famille de Y
La famille d’Yremi Vargas, dans un acte, en 2020.EFE

Le juge qui enquête depuis 14 ans sur la disparition du garçon Yremi Vargas à Vecindario (Gran Canaria) a déjà déterminé les premières enquêtes à mener après avoir rouvert l’affaire, parmi lesquelles ne pas citer comme témoin à Antonio Ojeda, alias Le blond, comme l’a demandé la famille, afin de ne pas compromettre l’enseignement.

Dans une ordonnance rendue ce lundi par la Cour supérieure de justice des îles Canaries, le juge Juan Manuel Hermo rappelle que bien qu’à ce jour « il n’y ait pas d’auteur connu des événements faisant l’objet d’une enquête », la famille Vargas continue de pointer du doigt Le blond en tant que principal suspect de la disparition d’Yremi en 2007, il trouve donc contre-productif d’accepter qu’il témoigne en tant que témoin.

« Dans son cas, sa déclaration devrait faire l’objet d’une enquête et elle devrait l’être au moment où il y a suffisamment de preuves ou d’indications pour orienter l’enquête contre cette personne », plaide le juge, qui rappelle que s’il appelle Ojeda en tant que témoin, il serait obligé de dire la vérité, ce qui supposerait « un risque évident pour l’activité d’enseignement » s’il y avait plus tard lieu de l’imputer, par les garanties constitutionnelles qui protègent la présomption d’innocence et les droits de la défense.

Le blond a été formellement inculpé en tant qu’auteur présumé de la disparition et de la mort possible de l’enfant Yremi Vargas jusqu’en mars 2018, date à laquelle le tribunal de Las Palmas a décidé de confirmer le dossier en partageant les raisons pour lesquelles le juge Hermo a défendu qu’il n’y avait pas de base suffisante pour diriger le enquête contre toute personne pour ces faits.

Signes autour d’Ojeda

Maintenant, le juge a rouvert les enquêtes en acceptant la proposition de la famille Vargas-Surez afin que soient prises en compte des indications qui, à son avis, n’étaient pas valorisées à l’époque et qui, à son avis, permettront à Antonio d’être instruit. encore Ojeda, que les parents du garçon continuent de désigner comme suspect.

Ojeda a déjà purgé la peine qui lui a été infligée pour abus sexuel sur mineur à El Doctoral, un quartier adjacent à Vecindario, dans une affaire où la famille Vargas-Surez – et la Garde civile – voient des parallèles avec ce qui pourrait arriver avant à Yremi.

Pendant son séjour en prison, il a fait une série de commentaires sur le garçon Vecindario à certains détenus, qui, selon la famille, révèlent qu’il sait ce qui a pu lui arriver.

Le juge se donne désormais six mois pour mener de nouvelles enquêtes, en commençant par examiner un entretien que le groupe Atresmedia a fait avec Le blond en mars 2015, alors qu’il n’a pas été formellement inculpé, et examiner les antécédents médicaux d’Yremi Vargas au cas où des détails utiles à l’enquête seraient appréciés.

La mère de l’enfant

De même, il s’engage à convoquer à nouveau la mère de l’enfant pour témoigner, Ithaisa surez, dans le but « d’élargir ce qu’il considère pertinent pour la cause ». L’instructeur l’écoutera à cet effet le 5 novembre à 10h00.

Le tribunal a accepté de prolonger l’enquête sur la disparition d’Yremi au cours de ces six mois. Le juge d’instruction avait déjà accepté le 2 septembre de rouvrir la procédure préliminaire déposée à titre provisoire en octobre 2017 en réponse à une demande formulée à cet égard par l’accusation privée, déposée dans l’affaire au nom des parents d’Yremi, qui avait sept ans le dernier. fois qu’il a été vu.

Désormais, après avoir obtenu un rapport favorable du parquet concernant la réouverture de l’enquête, l’autorité judiciaire ordonne la prolongation de l’enquête pour six mois -susceptible d’une nouvelle prolongation- et se prononce sur la batterie de tests proposée par la direction judiciaire. de la famille des disparus, en admettant certains et en rejetant d’autres.

★★★★★