Le juge de l’affaire Ghali rejette la demande du procureur général de Gonzlez Laya de témoigner par visioconférence

Décide que cela doit être fait en personne lundi prochain, le 4 octobre

Arancha Gonz
Arancha Gonzlez Laya, à la galerie du Congrès en juin.JAVI MARTNEZ
  • Tribunaux Le procureur de la République juge « impertinente » l’accusation de l’ex-ministre Laya pour l’entrée de Ghali
  • « Affaire Ghali » L’Audiencia Nacional révoque le dossier pour traitement erroné de la plainte pour génocide

Le juge de Saragosse enquête sur l’entrée en Espagne du chef de la Front Polisario, Brahim Ghali, a rejeté la demande du Procureur d’État à l’ancienne ministre Arancha Gonzlez Laya – accusée dans l’affaire – de déclarer par visioconférence lundi prochain 4 octobre.

L’avocate, qui représente l’ancien ministre des Affaires étrangères dans la procédure, avait demandé qu’elle comparaisse par voie électronique depuis le Tribunaux de la Plaza de Castilla. Le magistrat Rafael Lasala Il a conclu qu’il n’y a pas de place et indique qu’il doit le faire en personne, selon des sources judiciaires ont informé EL MUNDO.

Le procureur de la République a assumé la défense de Gonzlez Laya en début de semaine et ils ont dans l’affaire déposé un recours devant l’instructeur auprès duquel ils entendent éloigner l’ancien ministre de l’enquête judiciaire.

L’avocat a jugé la nomination de l’ancien ministre comme enquêteur impertinente le 4 octobre. Ainsi, il décide que le résultat de cette diligence (l’accusation) n’apportera pas plus d’éclaircissements sur les faits instruits que celui déjà en place dans la procédure avec les déclarations et autres procédures effectuées.

A son avis, a-t-il poursuivi, la convocation de Gonzlez Laya obéit, j’insiste, à une enquête prospective mise son veto dans notre système judiciaire (…) sans aucune indication essayant de trouver « quelque chose » qui pourrait être l’indice d’un crime. Et il a ajouté : l’instruction, dit-il, a une extension illimitée visant à une enquête générique sur la commission possible par l’enquête de toute infraction pénale.

Après la résolution du magistrat, Gonzlez Laya devra se rendre à Saragosse pour répondre aux questions de l’instructeur et du reste des parties. Après elle, ils siégeront devant le juge comme témoins Susana Cristomo, directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, Mara Isabel Valldecabres, qui était chef de cabinet de la vice-présidente du gouvernement de l’époque, Carmen Calvo.

Selon la déclaration du numéro deux par Gonzlez Laya, Camilo VillarinoLe chef de cabinet de Calvo l’a appelé au nom de « son patron » pour s’enquérir de l’arrivée du leader sahraoui en Espagne avant son arrivée.

En outre, le juge étudie également un rapport du Brigade d’information de la police déclarant que le gouvernement de La Rioja a commencé à préparer l’arrivée en Espagnedu leader du Front Polisario deux jours avant son débarquement sur le Aéroport de Saragosse le 18 avril.

Un patient « très important »

Selon le rapport, le chef du cabinet de la présidence de l’exécutif autonome, Eliseo Prez Sastre, a demandé au directeur de l’hôpital de tout organiser avant l’arrivée imminente d’un patient « très important » qui devait être soigné pour des « raisons humanitaires ».

« Le 16 avril, le directeur de l’hôpital informe le responsable des greffes du centre hospitalier qu’il aura probablement besoin d’un lit gratuit en réanimation pour un patient Covid qui vient de l’étranger mais ne connaît pas le jour exact où il allait arriver, éventuellement le 17 ou le 18 », indique le communiqué de police du coordonnateur de la greffe et des soins intensifs de la Hôpital San Pedro de Logroo.

De même, il a également assuré que le même jour 16 il avait reçu une WhatsApp du responsable dans laquelle, indique-t-il, « il lui dit qu’un de ses amis demande un lit en soins intensifs pour un patient covid qui vient de l’étranger ».

Tout au long des jours où Ghali a été hospitalisé, « le responsable a signalé quotidiennement l’état du patient comme il le lui avait demandé ».

Lors de sa comparution devant les agents, le directeur de l’hôpital a reconnu que Prez Sastre était la personne qui l’avait informé de l’arrivée du leader du Front Polisario pour « raisons humanitaires » et lui avait demandé, a-t-il précisé, « d’être admis à l’hôpital . »

★★★★★