Les évêques critiquent le registre des médecins qui s’opposent à l’Égalité : « Pourquoi ceux qui sont prêts à avorter ne sont-ils pas enregistrés ?

Ils défendent les manifestations devant les cliniques : « Il est surprenant que la mort soit un droit et non la liberté d’expression. « C’est inquiétant qu’il soit ultra-conservateur pour s’opposer à l’avortement et super-progressiste pour défendre le loup »

Luis Arg
Luis Argello, secrétaire général de la Conférence épiscopale.EFE
  • Entretien Pilar Alegra : « Les examens de rattrapage peuvent être maintenus cette année »
  • Vatican Le Pape entre dans le jeu d’AMLO et demande « pardon pour les péchés » de la Conquête de l’Amérique

Les évêques ont critiqué ce jeudi le registre des médecins objecteurs que la ministre de l’Égalité, Irene Montero, veut créer pour garantir que les avortements puissent être pratiqués dans les hôpitaux publics. « Si l’argument est de bien organiser la prestation d’un service, pourquoi ne pas inscrire ceux qui sont prêts à avorter ? », a demandé le secrétaire général de la Conférence épiscopale, Luis Argello.

Lors d’une conférence de presse pour expliquer le travail effectué par le Commission permanente de l’épiscopat, Argello a estimé que « forcer un opposant à s’inscrire à l’avance porte atteinte à la liberté de conscience » et restreint plusieurs droits, notamment « à une époque où l’on parle tant de protection des données ».

Parallèlement, il a défendu ceux qui manifestent devant les cliniques d’avortement. « Il est surprenant que la mort d’une nouvelle vie soit un droit et la liberté d’expression et que le droit de manifester ne le soit pas », a-t-il déclaré. Les Congrès a récemment approuvé la prise en considération d’une initiative de la PSOE criminaliser le harcèlement des femmes devant ces cliniques.

Argello a expliqué que les personnes qui se rassemblent devant ces centres font partie d’un « mouvement mondial » et qu’elles le font « de leur propre initiative », avec l’intention de « se souvenir de la présence sacrée de la vie humaine et qu’il existe des alternatives à Avortement « .

Et si ces gens insultaient ou faisaient pression sur les femmes qui se font avorter ? « Je ne sais pas s’il peut y avoir des personnes qui, en priant ou en transmettant des informations, font quelque chose de gênant comme violer d’autres personnes », a-t-il répondu.

La position de l’Église espagnole sur cette question est avant tout de défendre le droit à la vie. Il estime que « l’avortement est un drame », et voit « inquiétant qu’il soit considéré comme super-progressiste d’interrompre la vie et qu’il soit considéré comme ultra-conservateur de s’opposer à l’avortement ».

L’évêque auxiliaire de Valladolid, un paysan, a assimilé la défense du droit à l’avortement à « défendre le loup contre la huppe verte ou les œufs de cigognes ». « Les nids des cigognes ne peuvent pas être démontés car ils sont considérés comme une espèce protégée. Comment ne pas considérer la vie humaine comme une espèce protégée », a-t-il réfléchi.

De la même manière, il s’étonne que la mort d’une nouvelle vie dans le ventre de la mère soit considérée comme un droit et que la présence dans la rue ne soit pas considérée comme un droit pour pouvoir prier et offrir de l’aide à ces personnes. Il a expliqué que les manifestants anti-avortement sont appelés « sauveteurs » et a assuré que grâce à eux il y a des femmes qui « ont changé d’avis et des vies ont été sauvées ».

Contre la « construction du genre » à l’école

Elle s’est également opposée aux déclarations de la directrice de l’Institut de la femme, Toni Morillas, qui a déclaré qu’il est nécessaire de « normaliser que l’avortement est un autre avantage pour la santé ». « Nous ne pouvons pas être d’accord avec ce type de propositions », a-t-il souligné, et elles comprenaient également le nouveau programme d’éducation à la petite enfance, qui comprend « la construction du genre » ou « la découverte de la sexualité » pour les enfants de tous âges de zéro à six ans. .

« Nous demandons que les parents aient la liberté, et que l’école qui sort sur la place publique ait la liberté, que l’éducation anthropologique, morale et religieuse qui est donnée à leurs enfants soit conforme à leurs critères. Nous demandons la liberté de parents de faire une proposition pour une personne en liberté », a-t-il souligné.

Argello a rencontré mardi dernier le ministre de l’Éducation, Pilar Alegra, et lui a donné une proposition de conception de programme sur le thème de la religion qui sera publiée la semaine prochaine. Ils sont conscients que l’État ne réglemente que 50 % du programme des cours et qu’ils devront alors traiter avec chacune des Communautés autonomes, qui sont celles qui complètent l’autre moitié.

Il distribue la lettre du Pape et dit qu’Ayuso ne la lui a pas lue

D’autre part, le représentant des évêques a distribué la lettre du papa Francisco dans lequel il s’excuse auprès du peuple mexicain « pour tous les péchés personnels et sociaux, pour toutes les actions ou omissions qui n’ont pas contribué à l’évangélisation ». Avec ce geste, il a fait siennes ses paroles – « L’Église fait bien et mal les choses », a-t-il dit – mais en même temps il a voulu enlever le fer de la polémique générée en disant que le message a été mal interprété. En ce sens, ils ont été « perplexes » par les « commentaires faits avec un titre rédigé sans lire le document ».

Argello a encouragé « tout le monde à lire le document », y compris le président de la Communauté de Madrid, Isabel Daz Ayusou, qu’il a critiqué les paroles du Pape. « Ces déclarations ont été faites sans avoir lu toute la lettre », a-t-il déclaré. Il a assuré que, dans la lettre, le Pape ne fait pas référence à la conquête de l’Amérique, il y a 500 ans, mais à il y a 200 ans, lorsque la déclaration de l’indépendance du Mexique a eu lieu.

Il a assuré que le Pape, « d’une manière douce et décisive, fait tomber le peuple mexicain lui-même quand il fut un temps où les catholiques étaient persécutés et une Constitution athée était rédigée ». Et il a rappelé que « Jean-Paul II et Benoît XVI ont demandé à plusieurs reprises pardon pour leurs actions, non seulement en Amérique, mais partout dans le monde ». « C’est le vrai contexte de la lettre », a-t-il insisté.

Abus sur mineur. « La prescription de crimes est une avancée de la civilisation actuelle. Nous devrons voir chaque cas, mais, s’il s’agissait d’un seul crime il y a 30 ans, je ne pense pas qu’une peine de mort ministérielle soit défendable. » […] « Dire que le travail d’un compositeur musical est contaminé par ce qu’il a fait me paraît exagéré. Ses chansons doivent être appréciées pour leur qualité musicale, car [retirarlas de las iglesias] c’est un type de condamnation typique de l’époque médiévale. Il rend une sorte de peine de mort aux morts. »

Offices de protection des mineurs et de prévention des abus. « Les plaintes reçues ont été minimes et du passé. Ce qui est nouveau, c’est que de plus en plus de personnes arrivent qui ont subi des abus dans la famille, l’école ou le sport et nous offrons notre service au reste de la société dans d’autres réalités dans lesquelles également ce fléau est vécu ».

Thérapies de conversion pour guérir l’homosexualité. « L’Église ne se reconnaît pas en la matière car parler de thérapie est médical et nous n’avons aucune autorité en médecine. Si vous voulez parler d’accompagnement, nous revendiquons le droit d’accompagner toute personne qui veut être accompagnée, quel que soit son problème, d’une conception anthropologique qui donne sens à la différence sexuelle ».

Évêque de Solsona. « Nous demandons le respect de lui laisser le temps d’élaborer sa décision, ce qui laisse présager une éventuelle situation de crise, qu’elle soit de foi, affective ou de sens dans l’exercice du ministère. A la mi-temps, il est évêque émérite et a le traitement de tout autre évêque émérite ».

Vaccination obligatoire au séminaire de Barcelone. « Il faut conjuguer le droit de chacun à sa liberté individuelle et le devoir de vivre en relation avec les autres. Il est légitime de ne pas vouloir se faire vacciner, mais il faut assumer les conséquences de ses décisions et se rendre compte qu’il peut exiger le vaccin, tout comme on peut demander un PCR pour monter dans un avion. »

★★★★★