Le gouvernement rejette que JxCat soit « l’héritier » de Convergncia pour être une accusation dans le « cas de 3% »

Ils considèrent que la Generalitat est formée « par une coalition de partis dans laquelle, au moins l’un d’entre eux, ne peut faire l’objet d’aucun type de relation, même passée, avec les faits enquêtés »

Le président de la Generalitat et son vice-président au Parlement
Le président de la Generalitat et son vice-président au ParlementAndré DalmauEPE
  • tribunaux Le gouvernement accuse l’ex Convergence de financement irrégulier dans le « cas des 3% »

Lavage du visage. La Generalitat veut être présente dans le processus judiciaire ouvert devant la Haute Cour nationale pour le prétendu détournement de fonds vers la Convergence démocratique de Catalogne (CDC) via la société de production Triacom et les contrats publics qu’elle avait, principalement avec TV3, et pour cela raison pour laquelle il a eu recours à la décision du juge de rejeter sa comparution. L’intérêt d’ERC à sauvegarder l’image du gouvernement dans les affaires de corruption atteint un point tel que dans leur appel les avocats de l’administration catalane rejettent que JxCat, l’autre parti qui forme la coalition à la Generalitat, soit « l’héritier » du CDC et ils assurent que dans tous les cas ce serait le PDeCAT, comme le soutient le Conseil électoral central dans une résolution.

Il y a quelques semaines, le Tribunal national a rejeté la comparution en tant qu’accusation du gouvernement dans cette procédure, rappelant les arguments du parquet : « Dans la Generalitat, il y a des membres du parti politique directement héritier des partis politiques enquêtés dans cette affaire « , en référence à JxCat. Cependant, l’exécutif catalan considère qu' »une erreur évidente est commise en confondant l’institution de l’administration ou du gouvernement de la Generalitat de Catalunya, que je représente et défends, avec les partis politiques. Il n’y a pas une telle identité juridique, l’administration de la Generalitat de Catalunya est totalement indépendante et étrangère à tout parti politique ».

« Il suffit de rappeler que le Gouvernement ou l’Administration sont les deux faces du pouvoir exécutif, l’un des éléments constitutifs de la répartition des pouvoirs et, à ce titre, se voient attribuer des fonctions de nature politique et administrative. Au contraire, les partis politiques expriment le pluralisme politique, ils contribuent à la formation et à la manifestation de la volonté populaire et sont un instrument fondamental de la participation politique. En ce sens, les partis politiques n’agissent pas de manière administrative et ne disposent d’aucun instrument pour conditionner directement l’action politique des gouvernements », indique la ressource de la Generalitat.

Pour cette raison, il rend l’Audience Nationale si elle fait un « lien automatique entre les partis politiques et le gouvernement » puisque le Gouvernement est « composé d’une coalition de partis dans laquelle, au moins l’un d’entre eux, ne peut faire l’objet d’aucune type de relation, même pas passée, avec les faits enquêtés ». De plus, ils estiment que la mention « d’héritier » est « erronée » puisqu’elle suppose « une succession de droits et d’obligations qui ne se produit pas en l’espèce, et qu’elle implique une identité dans la continuité qui n’est pas réelle ». Ainsi précisent-ils qu' »aucun des membres de l’actuel gouvernement de la Generalitat n’a de lien avec le Parti démocrate européen (PDeCat) ».

En ce sens, ils rappellent qu’une résolution du Conseil électoral central lors des élections catalanes de février 2021 qui différencie la candidature de Junts Per Catalunya, en tant que nouveau parti, de celle qui, sous le même nom, a formé le PDeCat et le CDC en 2017 Lors des élections de l’an dernier, le PDECat s’est présenté seul, obtenant 77.229 voix sans obtenir de représentation parlementaire, rappelle le gouvernement, tandis que JxCat a obtenu 32 députés. Malgré cela, dans les listes 2017 et 2021 des Junts, vous pouvez trouver de nombreux postes et candidats communs qui font désormais partie du gouvernement.

La Generalitat considère qu’il devrait s’agir d’une poursuite privée dans l’enquête sur le financement irrégulier présumé de la Convergence démocratique de Catalogne (CDC) par l’intermédiaire de la société de production Triacom, puisqu’il s’agissait de l’un des principaux fournisseurs de contenu TV3, le réseau de télévision public de Catalogne , qui appartient à la Corporaci de Mitjans Audiovisuals de Catalogne (CCMA). La ressource rappelle que la CCMA, en tant qu’entité de droit public, reçoit un financement de la Generalitat et donne un exemple qu’en 2017, 231 millions d’euros ont été donnés par le Département de la Présidence et en 2020, c’était 240 millions.

« C’est-à-dire que les trois quarts du financement de la CCMA proviennent du trésor public » souligne la Generalitat, qui estime avoir besoin de connaître l’évolution des enquêtes au-delà de ce qui apparaît dans les médias. Sur la base de ces informations, ils soupçonnent que « Triacom vendait ses programmes à TV3 bien au-dessus des coûts de production (la prime dépassait 50 %). De plus, entre 2010 et 2016, la CCMA a payé 27,32 millions d’euros pour des programmes qu’elle venait de réaliser intégralement Mediapro ( puisqu’il y avait un contrat de cession entre Triacom et Mediapro) et pour lequel la multinationale a collecté auprès de Triacom, dans la même période, 14,7 millions d’euros, avec lesquels la surtaxe globale payée par le radiodiffuseur public catalan entre 2010 et 2016 il passera à 90% « .

« Ces montants que la CCMA a payés en trop, auraient servi à Triacom pour payer plus tard de fausses factures émises par des entreprises liées à la CDC ou avec des dirigeants de ce parti », considère la Generalitat et pour cette raison elle demande à nouveau d’apparaître comme une accusation dans le procédure ouverte devant le Tribunal national.

Après la présentation de l’appel, le magistrat a avisé le parquet et les parties afin qu’elles donnent leur avis. Le premier à exprimer à nouveau son refus a été l’avocat de l’un des principaux enquêteurs, Oriol Carb, qui soutient qu’en 2010, lorsque les faits sous enquête se sont produits, il n’y avait pas de délit de financement illégal d’un parti politique et qu’il devrait donc être a déposé la cause car « il semble évident qu’il n’est pas possible d’étendre artificiellement les faits à autre chose, pas dans le cadre du système judiciaire et oui, peut-être, dans une république bananière tant attendue ».

Malgré cela, l’avocat Manuel González Peeters considère que « l’attitude de la Generalitat, si étonnamment intéressée par certaines questions, et si inhabituellement absente dans d’autres, toujours en raison des orientations politiques très changeantes, instables et volatiles qui sont finalement reçues, clairement fallacieuse tribunal pour servir des intérêts qui n’ont rien à voir avec la recherche de la vérité matérielle, qui est l’objet de toute procédure pénale et, par conséquent, doit toujours rester en dehors des murs de toute procédure judiciaire ».

En outre, il rappelle que la Generalitat « devrait détenir le statut de responsabilité civile », comme l’a rappelé la chambre criminelle du Tribunal national et ne sera pas une poursuite privée dans cette pièce séparée et ajoute que « l’esprit de la Generalitat, salué par ce fil procédural d’exécution incompréhensible, il est proscrit, puisque la prospective l’est, comme cette partie l’a dénoncé ».

★★★★★