Le gouvernement de la majorité absolue du PP, au profil politique marqué et sans

  • nouvelle législature La feuille de route du gouvernement Moreno, en cinq clés
  • Investissement Juanma Moreno est « couronnée » de la première majorité absolue du PP en Andalousie

Un profil politique marqué, avec un noyau dur formé de fidèles à Juanma Moreno et sans le gourou économique que beaucoup attendaient. Il s’agit du premier gouvernement solo du Parti populaire, le gouvernement de la majorité absolue -ou « suffisante » comme ils préfèrent le décrire dans le PP-, dans lequel le parti a presque entièrement pris le contrôle du Palais San Telmo. Un exécutif, qui plus est, dans lequel une bonne partie des nouveaux postes sont occupés par des hauts fonctionnaires qui occupaient le second rang lors de la précédente législature et qui prennent désormais la relève.

Quarante-huit heures après son entrée en fonction, dans le même palais de San Telmo où il a prêté serment pour la deuxième fois, Moreno a détaillé ce que sera le nouveau gouvernement andalou et devra affronter, comme il l’a répété, les les temps difficiles qui s’annoncent et dont le profil économique, la gestion de la crise issue d’une inflation galopante, sera le principal enjeu.

De la conception de son équipe et de la structure du gouvernement que le chef du PP-A a fait, il est clair, en outre, l’intention d’effacer impositions vocales -disparaît le nom des Familles du Ministère de la Santé -, bien que dans le même temps des orientations très progressistes, comme la bannière de l’égalité femmes-hommes se diluent dans le nouveau ministère, qui s’appellera Intégration sociale, Jeunesse et Egalité… des chances.

Dans clé territoriale, bien qu’il ne l’ait pas fait en y pensant, Moreno a établi un nouvel équilibre dans lequel Séville perd beaucoup de poids au profit de Malaga, Grenade ou Almera. C’est précisément la province orientale qui mérite une mention à part, car elle aura deux administrateurs, Carmen Crespo et Ramón Fernández Pacheco.

La noyau dur Moreno sur qui compter au cours des quatre prochaines années est composé de dirigeants vétérans du PP, à commencer par Antonio Sanz, qui passe de vice-ministre à ministre de la Présidence en remplacement d’Elas Bendodo et qui est un membre historique du Parti populaire, dont il est devenu secrétaire général. Outre les compétences traditionnelles de ce département, le dialogue social restera entre vos mains.

Dans ce noyau peut également être inclus le nouveau Ministre de l’Economie et des Finances, Caroline Espagnedont la carrière politique s’est essentiellement concentrée sur la mairie de Malaga et, depuis 2011, sur le Congrès des députés.

La nomination de l’Espagne a peut-être été la plus grande surprise que le président du conseil d’administration a donnée aujourd’hui, étant donné que dans les pools qui ont proliféré ces semaines-ci, la signature d’un gourou économique, un personnage de poids pour couvrir le creux, rien de petit, que Juan Bravo a quitté. Surtout en tenant compte du fait que, dès la première minute, Moreno s’est concentré sur l’économie comme l’un des défis les plus urgents, compte tenu de la crise provoquée par l’inflation spectaculaire et ses conséquences.

La remplaçante de Bravo a traité de questions économiques au cours de sa longue carrière, au conseil municipal de Malaga et au Congrès, mais elle ne peut pas être considérée comme une référence en la matière.

Également dans ce groupe réduit est inclus le chiffre de la porte-parole (ou la porte-parole) qui n’a cependant pas encore de nom propre. Moreno s’est justifié et a reporté cette décision aux prochains jours, ce qui suggère qu’il pourrait rechercher quelqu’un en dehors du gouvernement ou que, dans le cas d’être conseiller, il y a des doutes à ce sujet.

Débarquement de la direction du PP

L’atterrissage du PP dans le Palacio de San Telmo atteint le point où deux de ses référents maximumle secrétaire général, Loles López, et le porte-parole, Ramón Fernández Pacheco, ont été nommés respectivement directeurs pour l’intégration sociale, la jeunesse et l’égalité des chances et la durabilité, l’environnement et l’économie bleue.

Ce sont, bien sûr, des gens du confiance maximale de Moreno et ses signatures auront un effet domino à la fois dans le parti et au conseil municipal d’Almera, que Fernndez Pacheco devra quitter. Une profonde réorganisation s’impose désormais au parti, dont la profondeur reste à voir.

En ce sens, Moreno a directement pointé le coordinateur en chef, Antonio Repullo, comme la personne qui portera le poids de l’organisation, comme l’avait avancé EL MUNDO. Le poste de coordinateur a été nouvellement créé lors du dernier congrès du PP, en vue d’une situation comme celle qui se déroule actuellement.

Avec des gallons bio et proches du président sont les trois Les conseillers du PP qui répètent, bien que pour certains cela change la zone. C’est le cas de Patricia del Pozo, qui passe de ministre de la Culture et du Patrimoine historique à ministre du Développement éducatif et de la Formation professionnelle. Les deux autres sont Carmen Crespo, qui continue à diriger l’Agriculture, l’Élevage et la Pêche (sans environnement), et Marifrn Carazo, qui répète au Développement.

De deuxième ligne Ils passent la première fois, tout comme Sanz, la nouvelle ministre de la Santé et de la Consommation, qui était sous-ministre avec Jess Aguirre -« elle connaît parfaitement la maison », a souligné Moreno- ; et Arturo Bernal, qui a occupé le poste de directeur de l’agence de promotion étrangère Extenda et qui est promu ministre du Tourisme, des Sports et de la Culture. Le président l’a qualifié de « très bon manager ».

Le président andalou inclut Bernal dans le groupe des indépendant avec qui il souhaitait conjuguer « l’expérience managériale » au sein de sa nouvelle équipe. Il comprend également Roco Blanco, qui est entré dans le gouvernement de coalition aux mains de Ciudadanos et qui continuera à diriger le ministère de l’Emploi, des Entreprises et des Travailleurs indépendants. Sa présence est l’une des rares certitudes qu’ils avaient sur la composition de ce nouvel exécutif, désormais sans parti politique. Orange.

Il n’y aura plus de conseillers des orangesmais le président a précisé qu’il allait demander à sa nouvelle équipe de réfléchir et de sauver des postes de deuxième et troisième niveaux, qui sont « très valables ».

En réalité, de nouvelles signatures indépendantes pourraient être considérées, à proprement parler, celles du ministre des politiques de l’industrie et de l’énergie, Jorge Paradelaet l’Université et l’Innovation, José Carlos Gomez Villamandos. Le premier a été directeur de la multinationale Heineken et le second, recteur de l’Université de Cordoue et président de la Conférence des recteurs des universités espagnoles (CRUE).

Les « énormes difficultés » que Juanma Moreno lui-même a avoué avoir rencontrées ces semaines-ci pour mener à bien signatures dans le secteur privéquelques obstacles qu’il a réitérés ce lundi et sur lesquels il a insisté sur le régime sévère des incompatibilités, qu’il a demandé d’évaluer pour ne pas « perdre de talent ».

Geste aux ‘casadistas’

Les lectures que l’on peut faire du puzzle du nouveau gouvernement autonome atteignent également la paix intérieure au sein du Parti populaire andalou, dans lequel Moreno a le contrôle absolu depuis l’arrivée d’Alberto Nez Feijo, mais qui avait encore des restes du le mariage qu’ils pourraient générer critique et un peu de bruit.

La nomination de la personne qui était la plus grande référence semble viser ce secteur mariiste en Andalousie jusqu’en avril dernier, l’ancien porte-parole populaire au Parlement José Antonio Nietodont Moreno siège à la table du Conseil de gouvernement en tant que chef du ministre de la Justice, de l’Administration locale et de la Fonction publique.

Mais c’est que, en plus, dans ce même sens, la confirmation de Cadix pourrait être interprétée Teresa Ruiz-Sillero en tant que sénateur de nomination régionale, qui sera accompagné de María José García Pelayo, qui occupait un siège au Congrès des députés qui sera désormais vacant. Les deux complètent le groupe de cinq sénateurs qui correspond à désigner le PP après avoir appris qu’Elas Bendodo et Juan Bravo iront à la Chambre haute et que Javier Arenas y continuera.

Moreno a justifié l’augmentation du nombre d’administrateurs dans le « dysfonctionnements » qu’il avait observé dans le gouvernement de la dernière législature par les macro-conseillers et a mis en évidence qu’il existe des communes avec beaucoup moins d’habitants et une structure similaire. En tout cas, il a souligné qu’il ne s’agissait pas d’une augmentation excessive.

avec la formation Express du nouveau gouvernement est remplie, s’est félicité le président, l’un des objectifs qui avait été fixé, celui d’avoir l’exécutif en fonction 40 jours seulement après la tenue des élections. C’est, a-t-il souligné, « fondamental pour ne pas perdre une minute face à une situation de plus en plus difficile ». De même, il est important de pouvoir atteindre un autre des objectifs qui ont été proposés, celui d’avoir les budgets 2023 le plus tôt possible.

★★★★★