Le gouvernement avertit Ayuso que le plan énergétique « doit être respecté », et Madrid répond que l’étude de la constitutionnalité du décret

  • projet d’économie d’énergie Le gouvernement impose d’éteindre les vitrines des magasins et de baisser l’air pendant 16 mois
  • Questions et réponses Quel impact auront les mesures d’économie d’énergie approuvées par le gouvernement ?

La vice-présidente des affaires économiques et de la transformation numérique, Nadia Calvio, a mis en garde le président du La communauté de MadridIsabel Díaz Ayuso, que le plan de mesures d’économie et d’efficacité énergétique doit être respecté et qu’il « fait toujours preuve d’égoïsme et de manque de solidarité ».

C’est ainsi qu’il s’est prononcé sur le tweet publié hier par la présidente madrilène, dans lequel elle annonçait qu’elle n’avait pas l’intention d’appliquer des mesures d’économie d’énergie, assurant que Madrid « ne s’éteint pas ».

« C’est un décret-loi royal qui doit être respecté, mais allez, nous sommes déjà habitués à ce type de réponse de Mme. Daz Ayuso, qui fait toujours preuve d’égoïsme et de manque de solidarité. Cela ne reflète pas l’esprit de cette grande communauté qui est Madriddont je suis très fier », a déclaré le ministre dans des déclarations à Cadena Ser, recueillies par Europa Press, soulignant qu’une communauté ne peut pas ignorer l’arrêté royal par respect institutionnel.

« Ce qui est intéressant, c’est ce que M. Feijo va faire, car bien sûr, pas plus tard qu’hier, le président de la Commission européennequi vient de polypropylène européen, nous dit qu’il faut se préparer au pire et que l’Espagne est une référence, mais le lendemain Daz Ayuso il dit que non. M. feijoà cette occasion, il ne pourra pas se tenir de profil », a ajouté calvioqui a souligné que l’exécutif est très clair à ce sujet et qu’il est temps d’adopter des décisions « très raisonnables ».

Madrid analyse « sérieusement » le décret en cas d’appel

Après l’avertissement du vice-président, son homologue de la Communauté de Madrid Enrique Osori Il a assuré que son gouvernement analysera « sérieusement » l’arrêté royal : « Si ce n’est pas constitutionnel, nous en ferons appel devant le TC ». « Tout ce qui semble négatif pour les Madrilènes et aussi, bien sûr, pour les Espagnols, la Communauté de Madrid, dans son domaine de compétence, qui n’est pas une réglementation de base, ne va évidemment pas l’appliquer », a-t-il déclaré.

« Le gouvernement de Sánchez a pris plusieurs décrets, lois, déclarations d’états d’alerte pendant la pandémie, également de nature autoritaire, comme ce décret, qui ont été déclarés inconstitutionnels par la Cour constitutionnelle », a expliqué Ossorio. « En outre, il a adopté de nombreuses mesures qui n’ont pas amélioré la santé, mais ont réussi à faire sombrer l’économie, et c’est ce à quoi la Communauté est totalement opposée. »

« Nous sommes pleinement solidaires des décisions de l’Union européenne. Et si l’Union européenne, face au problème de la guerre en Ukraine, dit qu’il faut économiser l’énergie, nous en sommes pleinement conscients », allègue le vice-président de Madrid, « ce qui nous inquiète, c’est un gouvernement qui ne prend pas les problèmes au sérieux ».

« Le gouvernement de Sánchez au lieu de retirer sa cravate, ce qu’il doit rechercher, ce sont des mesures de fond qui résolvent le problème, et non des mesures qui interfèrent dans le travail des commerçants, des hommes d’affaires, les punissant une fois de plus », a-t-il condamné.

Ayuso elle-même a également influencé sa décision: « Le même plan ne peut pas être appliqué dans une ville comme dans une ville, pas même dans deux villes différentes », a déclaré la dirigeante madrilène. Ainsi, on s’est demandé pourquoi « avant de fermer, d’interdire, de fermer » n’est-ce pas « aux citoyens et autres administrations qu’on s’adresse à des adultes ».

Maroto: Ayuso a une vision « égoïste et non solidaire »

De son côté, la ministre de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme, Reyes Maroto, a également accusé Isabelle Diaz Ayuso, d’avoir une vision « égoïste et non solidaire ». Dans une interview à ‘La hora de la 1’ recueillie par Europa Press, il a défiguré les propos du président de la La communauté de Madrid et a exprimé que la vision de Ayuso est, selon lui, « très loin de la réalité qui est vécue ».

Comme vous l’avez mentionné Maroto, l’Espagne a « sans aucun doute » de meilleures conditions de sécurité énergétique. Pour cette raison, il a statué que le gouvernement « rejette cette vision qui Ayuso que es egosta, que es unilateral y que no es solidaria con pases que necesitan ayuda ». Una ayuda que segn ha aclarado no solo es necesaria por parte de Espaa, sino « del conjunto de una Europa que es ms fuerte cuando trabaja en conjunto » , il a dit.

De même, le leader de l’industrie, du commerce et du tourisme a exprimé que, de la même manière, il existe une majorité sociale qui soutiendra la norme et donnera une réponse « comme c’est toujours l’Espagne, qui est à la hauteur du niveau de solidarité dont l’Europe a besoin « . « Bien sûr, les secteurs avec lesquels j’ai une communication directe l’ont dit », a-t-il ajouté.

D’autre part, il a rappelé que les problèmes d’approvisionnement « sont déjà éprouvés par les pays européens » et que, par conséquent, compte tenu de l’élément de solidarité dont l’Espagne a bénéficié à d’autres occasions, comme, comme il l’a illustré, avec le Fonds européens de nouvelle générationa indiqué qu' »il est temps pour une Espagne solidaire ».

Robles : « Il n’est pas nécessaire de faire de la politique partisane, Poutine va tous nous attaquer »

« C’est une période difficile, la guerre en Ukraine est là et elle continuera avec toute sa dureté », a prévenu la ministre de la Défense, Margarita Robles. « En conséquence, nous sommes conscients que Poutine va prendre des mesures de restriction énergétique assez sérieuses. »

Concernant la déclaration d’intentions du président de Madrid, chênes a affirmé, lors d’une visite à la base aérienne de Torrejn de Ardoz : « Je crois qu’il n’est pas nécessaire de poursuivre une politique partisane comme celle que Mme. Ayusomais en ce moment nous devons tous faire preuve de solidarité car il va y avoir une crise énergétique ».

« Nous devons être solidaires avec les autres pays européens qui vont avoir plus de coupes et de restrictions, et j’ai toujours confiance en la solidarité de l’Espagne, en l’Espagne qui souffre avec tous ceux qui passent un mauvais moment, dans ce cas avec le citoyens de Ukraine« , a-t-il ajouté, « nous sommes solidaires avec eux et c’est pourquoi nous devons être solidaires avec l’Europe face aux coupures d’électricité, nous sommes sûrs que Poutine va tous nous attaquer ».

Belarra : « Il y a des gouvernants qui ne sont pas à la hauteur »

Le leader de Podemos et ministre des Droits sociaux, Ione Belarra, a défendu les mesures d’économie d’énergie approuvées par le gouvernement et, à son tour, a critiqué le rejet du président Ayuso. Il a également fait savoir qu’il n’était pas surpris par « l’opposition frontale » et « extrêmement irresponsable » des polypropylène à ce plan d’efficacité énergétique car, selon lui, « ce n’est pas un État partie » et il espère que les citoyens « ont plus d’engagement que les gouvernants qui ne sont pas à la hauteur ».

Dans des déclarations à RNE, recueillies par Europa Press, le chef de Droits sociaux a prétendu que l’arrêté royal approuvé en Conseil des ministres partie d’un travail « sérieux » et « rigoureux » dans un contexte difficile dérivé des effets de guerre ukrainienne. Toutes les mesures sont des initiatives « bonnes » et « extrêmement sensées », qui plongent également dans la lutte contre l’urgence climatique avec « ambition » et dans le respect du confort des citoyens.

Par conséquent, il a accusé la stratégie du polypropylènequi avec son rejet de ce paquet d’actions de « bon sens » illustre, selon elle, qu’il n’a pas été reconduit avec l’arrivée du président, Alberto Nez Feijo. Tout cela en ligne, selon Belarraavec sa position de « rébellion » en bloquant le renouvellement du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ).

★★★★★