Le gouvernement active un changement réglementaire au Congrès pour introduire ERC et Bildu dans les secrets officiels

  • « Porte Catalane » Gêne au sein du CNI avec le gouvernement pour les avoir laissés « exposés » aux indépendantistes
  • bibliothèque de journaux Contrôle interne de la CNI, déclassifier des documents et rendre des comptes au Congrès : Les mesures du Gouvernement pour contrer le ‘catalangate’

Le président du Congrès des députés, Meritxell Batet, a activé le processus pour promouvoir le changement réglementaire que le gouvernement voulait faire entrer dans la commission des secrets officiels des partis indépendantistes tels que ERC ou EH Bildu, auxquels s’opposaient le veto du PP, Vox et Citoyens dans cette législature.

Son entrée maintenant, après trois ans sans constituer la commission, est la manière dont le Gouvernement veut apaiser la colère de ses partenaires pour le étui pégaseEh bien, cela dans cette tribune parlementaire où il propose d’expliquer l’espionnage au lieu de céder à la création d’une commission d’enquête comme le réclament les formations séparatistes.

Le changement proposé par Batet, et qui sera approuvé cet après-midi dans une résolution, repose sur la réduction de la majorité nécessaire pour élire les porte-parole qui peuvent accéder à ce comité à huis clos. Si jusqu’à présent les deux tiers des voix (210 voix) étaient nécessaires, désormais la majorité absolue (176) suffira, selon ce que racontent des sources parlementaires à ce journal.

De cette manière, le PSOE et United We Can lèvent les vetos et auront la capacité de donner accès à ERC et, pour la première fois, à EH Bildu dans la commission où les secrets de l’État sont discutés et où le directeur de la Centre National du Renseignement (CNI). Avec la nouvelle résolution, il ne sera plus nécessaire de voter en faveur du PP et l’exigence de consensus entre les deux grands groupes au Congrès est brisée.

À l’heure actuelle, PP (89 députés), Vox (52) et Ciudadanos (9) totalisent 150 députés et ont donc la possibilité de rejeter la présence de porte-parole d’ERC et d’EH Bildu. Pour cette raison, la commission du secret de fonction n’a pas pu être mise en place dans cette législature et, par conséquent, les groupes parlementaires n’ont pas été informés, entre autres, de l’utilisation des fonds réservés.

Le changement proposé par Batet modifie les critères appliqués par le PSOE en 2004, lorsqu’il était sous la présidence de la Chambre des députés Manuel Marn Il a été convenu qu’il devait y avoir une majorité de 210 députés pour donner le feu vert à un groupe pour avoir un représentant dans cette commission secrète. Sa résolution du 11 mai 2004 est celle qui était en vigueur.

Le principal parti d’opposition, le PP, dont le soutien était jusqu’à présent essentiel, s’est plaint que les partis qui vont à l’encontre de l’État puissent accéder à ses secrets. « La commission des secrets officiels peut être parfaitement constituée avec la résolution de 2004, qui est celle qui prévaut en ce moment. Le problème, c’est que le gouvernement veut que ses partenaires soient là et c’est la seule raison » du changement, a assuré Cuca Gamarra. en conférence de presse au Congrès.

« C’est triste, très triste, qu’un parti comme Bildu puisse interroger et demander des informations au directeur du CNI », a ajouté le numéro deux du PP. « La majorité qualifiée de 210 députés avait un sens et continue d’avoir un sens ; le PSOE ne peut pas mettre l’État au service du gouvernement pour garantir que ses partenaires continuent à le soutenir pendant la législature. »

Le PP votera contre, mais techniquement il ne peut pas bloquer le changement car cette question est réglée par une « résolution » de la Présidence et non par le Règlement du Congrès. Le président de la Chambre a le pouvoir d’émettre des résolutions à caractère général et n’a qu’à « médier l’avis favorable du Bureau et du Collège des porte-parole », comme le précise l’article 32.2 du Règlement.

Et c’est la procédure que Batet suivra ce mardi. Des sources parlementaires ont expliqué à ce journal que la présidente a informé la Table et le Bureau de la nouvelle résolution dans la matinée et leur a montré le texte et son intention est de les convoquer à nouveau dans l’après-midi, après la Plénière, pour prendre position . Ce sera alors que vous aurez « l’avis favorable » et, par conséquent, pourrez approuver le changement réglementaire.

Batet en appelle au « pluralisme politique »

Dans la nouvelle résolution, à laquelle EL MUNDO a eu accès, Batet justifie que les différentes modifications qui ont été apportées tout au long de la démocratie sur les secrets officiels (1986, 1992 et 2004) « ont eu en commun le but de permettre le pluralisme politique représenté dans le Chambre d’avoir accès aux affaires classifiées par l’intermédiaire d’un député pour chaque groupe parlementaire ». « Dans la situation actuelle », poursuit la résolution, « la réalisation de cet objectif recommande l’établissement d’une majorité qualifiée qui le rende possible ».

En conséquence, il est établi que « la résolution de la Présidence du Congrès sur les secrets officiels du 11 mai 2004 est abrogée » pour la remplacer par celle-ci.

La principale nouveauté de la nouvelle résolution réside dans le troisième point, dans lequel il est désormais dit que les députés « seront élus à cet effet par l’assemblée plénière de la Chambre à la majorité absolue ». Au lieu des deux tiers de la Chambre. L’objectif est que tous les groupes parlementaires aient un représentant.

Lors d’une apparition devant les médias, Batet a justifié que c’était une « anomalie démocratique » que les « veto croisés » aient empêché la mise en place de la commission et qu’avec la nouvelle résolution sa « volonté » est que tous les groupes parlementaires aient un siège à ce.

Ainsi, il a averti que le Parlement « laissait sans effet » le « mandat constitutionnel » selon lequel le Parlement contrôle le gouvernement. « Dans le but de dépasser le bloc actuel » et « de permettre le respect des tâches constitutionnelles du Congrès » et « l’accès aux groupes », Batet a justifié que la nouvelle réglementation réduise l’élection de ses membres à la majorité absolue, espérant pour vaincre ainsi les veto. Son plan est que la commission puisse être mise en place cette semaine même.

En 2004, il a été ouvert à tous les groupes

La résolution de 2004, approuvée par Marn, étendait l’accès à la commission des secrets officiels à « tous » les groupes parlementaires, après que la réforme de 1992 a laissé de côté le Groupe mixte, car à l’époque s’y trouvaient les députés Herri Batasuna, le bras politique de l’ETA.

En 1986, l’accès à la commission n’était réservé qu’à trois partis et c’est en 1992 qu’a eu lieu l’extension aux autres groupes parlementaires, à l’exception du Groupe mixte. C’est en 2004, avec l’arrivée de Zapatero au gouvernement, que cette exception a été modifiée, ce qui signifie qu’un député du BNG est entré dans la commission en tant que porte-parole du Mixte.

Le changement réglementaire de 2004 a été approuvé à l’unanimité par tous les groupes, contrairement à ce qui s’est passé maintenant, où PP, Vox et Ciudadanos s’y opposent.

★★★★★