Le Congrès rejette catégoriquement le virage de Sánchez concernant le Sahara occidental

Seul le PSOE vote contre l’exhortation du gouvernement à ratifier son soutien aux résolutions de l’ONU

j'ai rassemblé
Réunion de la Plénière du Congrès, ce jeudi.Ferdinand AlvaradoEPE
  • police étrangère La majorité du Congrès exige que Sánchez rectifie la Shara et la communique à Mohamed VI demain
  • Diplomatie Mohamed VI invite Pedro Snchez à l’iftar pour inaugurer une « nouvelle étape » d’un voyage au Maroc sans agenda

Pedro Sánchez rencontre cet après-midi le roi du Maroc pour confirmer son changement de position par rapport au Sahara occidental, en soutenant sans équivoque le plan d’autonomie conçu par le Maroc en 2007. Le président assiste à la réunion en sachant déjà qu’il n’a pas l’approbation du Congrès. La Chambre a voté aujourd’hui en faveur d’une proposition de non-loi parrainée par le propre partenaire minoritaire du gouvernement, rejetant l’écart dans une question sensible de politique étrangère et exhortant l’exécutif à « ratifier son soutien aux résolutions de l’ONU » que tous reconnaissent le droit à l’autodétermination des Sahraouis.

L’initiative signée par United We Can, ERC et EH Bildu a recueilli le soutien de toutes les forces parlementaires, à l’exception du PSOE, qui a été laissé seul dans son vote contre, et Vox et Ciudadanos, qui ont opté pour l’abstention. Le bureau de vote a ainsi jeté 115 rejets de la proposition de non-loi, contre 161 ses et 58 abstentions.

Les socialistes ont décidé hier, au dernier moment, de modifier leur intention de vote, qui, dans un premier temps, avait opté pour la s après avoir entendu la dure intervention contre le Premier ministre par le porte-parole de Podemos, Gerardo Pisarelloet d’essayer d’empêcher Sánchez de se rendre ce soir à son rendez-vous avec Mohamed VI sans même avoir le soutien de son propre groupe parlementaire.

Prise en charge du PPP

A cette occasion, tous les alliés du gouvernement et même le partenaire minoritaire de la coalition gouvernementale, ont décidé de tourner le dos au président et ils ont été rejoints par le premier parti d’opposition, le PP. L’abstention de Vox doit d’ailleurs être interprétée, comme l’a exprimé son porte-parole Ivn Espinosa de los Monteros, comme une démonstration que le virage unilatéral de Sánchez par rapport à la Shara ne les compromet pas puisqu’il a été décidé dans le dos des représentants de la nation souverain. Ni l’un ni l’autre Ciudadanos, bien qu’il se soit abstenu, ne soutient la décision de Sánchez.

Enfin, le texte que la Chambre a approuvé est l’original proposé par UP, ERC et Bildu. C’est une proposition dure dans sa partie explicative mais très diluée dans la partie dispositive. En fait, ce dernier ne mentionne pas la reconnaissance du droit du peuple sahraoui à la libre autodétermination, une approche qui se traduit par la nécessité de « ratifier le soutien » aux résolutions des Nations unies et de plaider pour une « solution politique « . juste, réaliste, faisable, durable et acceptable pour les deux parties ».

Les formations qui ont promu la proposition n’ont pas accepté l’amendement du PNV, beaucoup plus explicite et dur. Les nationalistes basques ont fait valoir que le Congrès devrait exprimer ouvertement son « désaccord » avec le changement de position du gouvernement, le qualifiant de « radical et unilatéral » et insistant sur le fait que cela « signifie s’aligner pleinement sur les aspirations du Royaume du Maroc à considérer le territoire comme propre. » de la Sharah. »

Le texte du PNV incluait expressément la reconnaissance du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

★★★★★