L’auteur présumé du crime d’un jeune homme se rend lors des soirées de pleurs après que les voisins ont perquisitionné sa maison

  • Grenade Un garçon de 19 ans meurt après avoir été agressé lors de soirées en larmes

La mort violente de Juan Trujillos Castroun garçon de 19 ans qui sera enterré ce mardi, dans une bagarre massive lors des festivités de la ville de Grenade de cri a énervé les habitants de cette paisible commune de 10 000 habitants de la région de Loja, à une quarantaine de kilomètres de la capitale. La Garde civile maintient un dispositif spécial de sécurité et de surveillance dans la municipalité.

Après le crime, quelque 2 500 personnes ont demandé « Justice pour Juan » dans les rues de Llora ce lundi après-midi et ont montré des affiches contre les agresseurs : « Tueurs hors de la ville ». La manifestation a été pacifique, mais plusieurs groupes de voisins, les « plus bouleversés et nerveux », selon ce que le maire a informé Efe, Antoine Salazarse sont rendus au domicile de proches des deux suspects de l’attentat meurtrier.

Là, ils ont cambriolé cinq maisons et ont causé des dommages à plusieurs véhicules liés à la famille des agresseurs, qui avaient fui la ville lundi matin, ont expliqué à la fois le maire et un porte-parole de la Garde civile, qui tente d’empêcher que ces incidents ne se reproduisent avec une sécurité spéciale dispositif.

Enfin, quelques minutes avant 13h00 mardi et après les altercations, un jeune homme de 23 ans a été remis au Commandement du La gendarmerie de Grenade comme l’auteur présumé de la mort du jeune Juan, décédé tôt ce lundi, après une bagarre massive dans les environs du parc des expositions de Llora.

Le détenu, comme l’a rapporté la Garde civile, restera au siège de la capitale de Grenade, jusqu’à ce que l’enquête sur l’événement soit terminée et jusqu’à ce qu’il soit mis à la disposition de l’autorité judiciaire.

Le jeune homme de 23 ans qui s’est rendu était recherché par la Garde civile avec son frère, qui l’aurait soi-disant aidé à fuir après l’attaque meurtrière. L’enquête va maintenant se concentrer sur l’auteur présumé du homicidequelles que soient les éventuelles responsabilités qui pourront également être attribuées plus tard à son frère.

L’attaque meurtrière a eu lieu quelques minutes avant 7 heures du matin lundi, quand apparemment, après une bagarre au champ de foire, un jeune homme s’est enfui, bien qu’il ait ensuite été atteint à proximité du Rue Diego de Silooù était battu, est tombé au sol, a heurté un trottoir et est mort après avoir été évacué vers un hôpital de Grenade.

cris a suspendu la foire municipale et a décrété trois jours de deuil officiell. La messe funéraire du jeune Juan aura lieu ce mardi à 19h45 dans l’église de l’Incarnation de la commune.

Bouleversé et indigné

Pendant ce temps, le sous-délégué du gouvernement à Grenade, Immaculé Lopez Calahorro, a indiqué ce mardi comprendre « la tension et l’indignation » que la mort violente du jeune de 19 ans en larmes a provoquées chez les voisins. C’est « un événement très tragique » pour la municipalité de Poniente de Granada, devant laquelle elle a appelé, en tout cas, « au calme et à la tranquillité », et a demandé la confiance dans les forces et corps de sécurité de l’État et la justice.

Le sous-délégué a précisé que le jeune homme qui s’est rendu est « identifié dès le début comme le seul auteur présumé » de l’attentat mortel et que la Garde civile de Grenade maintient renforcement de leurs corps spéciaux dans la municipalité au cours de l’après-midi de ce mardi, lorsque les funérailles seront célébrées.

Lors des altercations et de l’assaut contre les domiciles des proches du suspect, il y a eu « des dégâts matériels, mais pas des dégâts personnels », ce qui « aurait été très malheureux », a ajouté López Calahorro.

En tout cas, il y a déjà personnes identifiéesa indiqué López Calahorro, qui a souligné que les voisins qui participent à ces actes peuvent commettre des « délits présumés », qui « ont également leur cours en justice ».

A cet égard, le lieutenant-colonel Javier Cerradochef accidentel du Commandement de la Garde civile, a expliqué qu’il n’y a pas de détenus pour ces altercations, mais qu’ils procéderont à « dénoncer les personnes identifiées ».

Le maire a également appelé au calme : « Laissons les forces et organes de sécurité et la justice fonctionner, même si nous avons un sentiment de rage et d’impuissance nous ne pouvons pas nous faire justice nous-mêmes », a-t-il fait remarquer.

Même si de nombreux voisins veulent promouvoir le « bannissement » de cette famille « conflictuelle » de la ville, l’échevin a indiqué qu’ils entendaient canaliser cette prétention par une autre formule juridique, par la justice et par la collecte de signatures pour tenter d’obtenir une privation de résidence dans la commune.

support légal

Pour sa part, le conseil d’administration de la École d’avocats de Grenade a présenté ses condoléances à la famille du garçon de 19 ans décédé après une bagarre massive aux premières heures de lundi dernier à Llora et a offert un soutien humain et juridique à la famille de la victime.

Dans un communiqué, les avocats ont envoyé « tout notre soutien, notre solidarité et notre affection à la famille du jeune Juan Trujillos Castro pour sa mort tragique et violente et, en particulier, à sa mère, Reyes Castroet son mari, Alberto Rodríguezà la fois associés et membres de cette corporation ».

Deuxièmement, nous condamnons fermement les événements survenus lors des fêtes patronales de Llor, qui ont entraîné « la perte prématurée et insensée d’une grande personne et d’une énorme vitalité », dans la certitude que l’action de la justice « tombera inexorablement sur le auteur et/ou auteurs d’un crime aussi exécrable ».

★★★★★