L’Audience nationale donne 72 heures à l’ancien maire de Boadilla pour entrer en prison pour l' »affaire Grtel »

Le «populaire» Arturo González Panero, «el Albondiguilla», a été condamné à 36 ans de prison pour sa relation avec le complot corrompu

Arthur González
Arturo González Panero, le jour de sa première déclaration en tant qu’accusé dans l’affaire Grtel, en 2009.ALBERTO DI LOLLI

L’Audience nationale a accepté ce mardi d’ordonner l’entrée en prison de Arturo González Panerol’ancien maire populaire depuis Boadilla del Monte (Madrid)pour se conformer à la sentence du cas grtel. Le tribunal lui donne 72 heures pour comparaître en prison, une durée réclamée par le condamné lui-même et à laquelle les magistrats s’engagent compte tenu qu’il a comparu pour la convocation. Si vous ne vous conformez pas, une ordonnance de prison sera émise.

Le 8 avril, le Deuxième section de la Cour a imposé L’Albondiguillà -nom par lequel les responsables du complot l’ont connu- une peine de 36 ans et 11 mois de prison pour un total de 18 délits de huit catégories différentes (association illicite, corruption, prévarication, escroquerie aux administrations publiques, détournement de fonds, trafic d’influence , faux documents et blanchiment d’argent).

Pour adopter la décision, qui avait été demandée par Anticorruption, les magistrats ont pris en compte, principalement, la lourde peine, ainsi que les éléments qui pointent vers des fonds cachés à l’étranger. Lors du traitement de l’affaire, se souviennent-ils, il a retiré une importante somme d’argent qu’il avait déposée sur un compte en Suisse. Il n’y a pas eu d’autres nouvelles de ces fonds et le condamné n’a pas donné d’explications satisfaisantes, selon le tribunal.

« Il est pertinent de souligner que la phrase décrit sa relation avec des sociétés à l’étranger -certaines dans des lieux considérés comme des paradis fiscaux- où il a conservé au moins une partie de son patrimoine en le soustrayant de cette procédure, effectuant des transferts de plus de 700 000 euros en octobre et novembre 2012. Au procès, une situation prolongée de mouvements de capitaux et d’investissements de ce prévenu à l’étranger a été prouvée », précise l’ordonnance.

travail et famille

Dans son discours à l’audience qui s’est tenue ce mardi, González Panero a soutenu qu' »il a parlé avec des prêteurs » pour payer les fonds réclamés, « mais les conditions n’étaient pas recevables ». De plus, bien qu’il ait subi « 13 années très dures sans opportunités d’emploi », il travaille actuellement comme consultant en énergie et compte 150 clients, ce qui est un retranchement de l’emploi.

A cela s’ajoute le fait qu’il vit avec ses parents, « qui sont vieux et malades », et qu’ils ont « deux filles merveilleuses, avec qui il va à la gym et avec qui il les emmène à l’université », ce qui voudrait dire racines familiales qui décourageaient d’échapper à la justice.

Les magistrats qui ont prononcé la peine – José Antonio Mora, José Ricardo De Prada et María Dolores Hernández – considèrent que ces circonstances sont « clairement insuffisantes » pour éviter le risque de fuite, et que la mesure conservatoire d’emprisonnement provisoire est « indispensable ».

Appel au Suprême

La condamnation n’est pas définitive et doit encore être réexaminée par la Cour suprême. Cependant, les magistrats soulignent que l’annonce d’appel de González Panero se concentre « exclusivement sur des aspects accessoires » qui, dans le meilleur des cas, permettront de réduire la peine totale, « donc le risque de fuite à ce moment et pendant le traitement de l’appel est maximal « .

Parmi ceux qui ont annoncé qu’ils y recourraient, outre González Panero lui-même, le Parti populaire, condamné à restituer un peu plus de 200 000 euros que le complot corrompu a dépensé dans la campagne électorale de l’ancien maire.

La plupart des 22 autres condamnés n’ont pas fait appel, puisqu’ils ont accepté les actes criminels présentés par la lutte contre la corruption. En échange, ils ont obtenu une réduction substantielle de peine. Cela les a également libérés d’une demande du bureau du procureur de purger leur peine. Les meneurs du complot, dont Francisco Correa, ont également écopé de lourdes peines, mais sont déjà en prison.

★★★★★