La police identifie deux radicaux qui ont participé au harcèlement dans les réseaux du juge de l’affaire Dina Manuel Garca Castelln

Les enquêteurs associent un citoyen marocain vivant en France et un homme de Cadix aux événements

Magistrat Manuel Garc
Le magistrat Manuel Garca Castelln.EFE

La police a mené une série d’actions contre les auteurs présumés des menaces contre le magistrat de l’Audiencia NacionalManuel García Castelln. Selon ce journal, les agents ont identifié deux des auteurs présumés, l’un situé à Cdiz et l’autre, un Marocain basé en France, qui a lancé des menaces contre le juge.

La procédure est toujours ouverte. Les agents de la Commission générale d’information ont déjà finalisé un premier rapport pour le tribunal d’instruction numéro 50 de Madrid qui instruit la plainte pour menaces sur les réseaux sociaux, dont certains, de mort.

Le magistrat menacé a dénoncé les messages en octobre dernier à la Commission générale d’information elle-même et à la magistrature. Ces menaces sont intervenues après que l’instructeur de la Haute Cour nationale a demandé à la Cour suprême d’inculper le vice-président du gouvernement de l’époque et chef de Podemos, Pablo Iglesias, de Étui Dina.

Le tribunal enquête sur ces événements, qui peuvent constituer des délits d’insultes et de menaces à l’encontre d’un agent public. L’action du tribunal a également été appuyée par une plainte du parquet de Madrid.

Recherche

Le 8 octobre, la Police a commencé à enquêter sur la publication sur les réseaux sociaux de messages de menace contre le juge après qu’il avait demandé la veille d’enquêter sur Iglesias pour trois délits : découverte ou divulgation de secrets aggravés par le sexe, dommages informatiques et faux signalement, en en lien avec le vol du mobile de son ancienne conseillère Dina Bousselham.

Selon la plainte, les messages sur les réseaux sociaux comprenaient des menaces de mort. Le mois précédent, c’était le juge lui-même qui avait offert sa protection à l’ancien avocat de Podemos José Manuel Calvente après avoir déclaré avoir subi de telles menaces en raison de ses plaintes contre le parti, dont il considérait comme coupable ce qu’il qualifiait de « guérilleros » de Podemos.

Lorsque l’enquête de la Police pour les menaces contre le magistrat a été connue, le PP en a tenu Podemos pour responsable, tandis qu’Iglesias a assuré que « plusieurs analystes » des réseaux sociaux avaient « démontré » que les menaces contre le juge provenaient de comptes « liés à violence extrême. droite et Vox ».

Selon des sources policières, les enquêteurs rencontrent de nombreuses difficultés pour avancer dans les enquêtes, la collaboration des entreprises utilisées pour lancer les messages menaçants n’étant pas optimale.

Relation avec Podemos

A la fin de cette édition, la police n’a pas été en mesure de déterminer les liens des deux identifiés avec une organisation ou un parti politique. Le soupçon que les hommes étaient directement ou indirectement liés à Podemos n’a pas été prouvé par la police.

L’enquête a été assumée par l’unité qui traque les crimes sur les réseaux sociaux, située au Commissariat général à l’information, puisque c’est à ce commissariat que le juge a été renvoyé pour l’informer de ce qu’il comprend être une campagne pour discréditer le point de Pablo. Iglesias.

Le juge a également adressé une lettre au Conseil général de la magistrature (CGPJ) pour indiquer que les messages sont répétés et amplifiés par de nombreux dirigeants, « dont certains membres du Gouvernement de la nation ».

Garcia Castelln a dénoncé que ces dirigeants « désignent directement ce magistrat et connaissant la répercussion que ses propos peuvent avoir, ils le placent dans une situation d’impuissance absolue et de discrédit personnel ».

★★★★★