La police conclut que l’un des deux sénégalais qui ont aidé Samuel Luiz est également victime de ses agresseurs

L'une des personnes arrêtées pour le crime de Samuel Luiz.
L’une des personnes arrêtées pour le crime de Samuel Luiz.CabaleEFE
  • Reconnaissance Les citoyens sénégalais qui ont tenté de sauver Samuel Luiz légalisent leur situation en Espagne
  • Tribunaux Le tribunal ratifie la prison sans caution pour les trois jeunes hommes incarcérés pour le passage à tabac mortel de Samuel Luiz

L’un des deux citoyens d’origine sénégalaise qui est venu en aide à Samuel Luiz à l’aube du 3 juillet alors qu’une foule de jeunes l’agressait a également été victime de ses agresseurs. C’est ce qu’indique un rapport complémentaire réalisé par la brigade de police judiciaire de A Corua qui enquête sur l’homicide de la jeune aide-soignante de 24 ans.

Ce rapport de police précise que l’un de ces deux jeunes hommes est témoin des événements et également victime dans cette affaire, ayant également été agressé alors qu’il tentait d’aider le défunt, « mettant ainsi sa propre vie en danger ».

Ces deux citoyens d’origine sénégalaise, Ibrahima et Magatte, âgés de 39 et 38 ans, ont vu un geste reconnu que la sous-déléguée du gouvernement à A Corua, Mara Rivas Lpez, définit comme « un acte héroïque accompli par tous deux pour la défense de la victime.  » et le gouvernement a commencé la régularisation de leur situation en Espagne, car tous deux étaient en situation irrégulière lorsqu’ils ont tenté de sauver Samuel du groupe de jeunes hommes qui ont fini par le tuer d’un coup.

Au fur et à mesure que EL MUNDO avançait, les deux citoyens ont déjà régularisé leur situation, bien que le dossier n’ait pas encore été clos et que la documentation nécessaire qui reconnaisse les permis de travail et de séjour en Espagne reste à compléter. Cette documentation définitive doit être complétée par le Secrétariat d’Etat aux Migrations, organisme en charge de sa régularisation administrative.

La sous-délégation du gouvernement à A Corua a adressé ce mardi au secrétaire d’État aux migrations le rapport favorable à l’octroi du séjour aux deux et la sous-délégation corse explique qu’avec cette mesure ils entendent « reconnaître et récompenser les valeurs humaines ​​des deux personnes qui ont risqué leur vie pour défendre Samuel. » Le rapport complémentaire réalisé par la brigade de police judiciaire de A Corua indique qu’ils ont fait preuve d’une attitude humanitaire exceptionnelle, allant même jusqu’à mettre leur vie en danger.

Ibrahima a réussi à arrêter la première attaque contre Samuel et à l’aider à fuir les assaillants et l’a aidé à traverser la rue pour s’échapper. Lorsque les assaillants l’ont poursuivi, ils ont réussi à les atteindre à nouveau, il est venu couvrir le corps du jeune Corus déjà grièvement blessé et a même reçu des coups lui-même. L’autre est intervenu lors de cette deuxième attaque et a tenté de se mettre en travers et de séparer la foule d’assaillants qui l’entouraient et frappaient de Samuel, qui était déjà au sol sans défense et grièvement blessé.

Comme Mara Rivas l’a annoncé, dans le rapport de la zone Etrangers de la Sous-délégation du Gouvernement signé ce mardi, il est également recommandé que les autorisations de séjour soient assorties d’autorisations de travail, puisqu’une offre d’emploi est avérée pour les deux.

La sous-délégation du gouvernement d’A Corua, à travers sa zone des étrangers, a initié d’office, et conformément au secrétaire d’État aux migrations, ce processus de demande de résidence, qui déjà vendredi dernier, selon ce journal, a reçu le soutien de la Police nationale.

Une trentaine de témoins de l’agression

L’enquête sur l’homicide de Samuel Luiz se poursuit et, selon des sources officielles confirmées ce mardi, les enquêteurs de la brigade de police judiciaire de la police nationale de A Corua ont déjà recueilli les dépositions de 30 témoins, dont quatre la semaine dernière.

En ce moment, les enquêteurs se concentrent sur le processus de déchargement des informations des téléphones portables des six personnes arrêtées pour ces événements, pour lesquelles l’autorisation a été reçue du Tribunal d’Instruction numéro 8 de A Corua, qui maintient l’affaire sous secret sommaire.

Sur les six détenus, tous issus du même cercle d’amis et voisins d’A Corua, trois restent en prison provisoire, communiqués et sans caution. Il s’agit de trois hommes majeurs, Diego, Yumba et Kaio, âgés de 20 à 25 ans. Le même âge a une femme nommée Kathy qui est également en liberté sous enquête pour homicide. De plus, il y a deux mineurs enquêtés qui restent dans un centre fermé pour mineurs.

Les enquêteurs tentent également de déterminer la motivation de la raclée mortelle de Samuel, car les amis de la victime et les associations LGTBIQA+ soutiennent qu’il y a une motivation homophobe et le jeune corus a été tué à cause de son orientation sexuelle, car avant et pendant la mortelle en le battant, ils lui ont crié « pépé » et « merde de pédé ». La police nationale a toutes les hypothèses ouvertes, bien qu’à l’heure actuelle, elle ne considère pas le crime comme un crime de haine.

★★★★★