La Moncloa et la Zarzuela conviennent de nouvelles règles contractuelles et d’un audit de la Cour des comptes pour la Casa del Rey

Ce qui n’a pas été inscrit ni abordé dans l’arrêté royal promu, c’est la révision de l’inviolabilité du chef de l’Etat.

Le ministre de la Présidence, F.
Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, ce mardi à La Moncloa.JJ GuillinEPE
  • Une analyse Un strip-tease économique de Felipe VI qui honore le Roi et soutient la Couronne
  • Vraie maison Felipe VI rend son patrimoine public : 2,5 millions d’euros

Les travaux ont été menés ces derniers mois, s’intensifiant ces dernières semaines, ce qui a coïncidé dans le temps avec la décision du procureur du Suprême mettre de côté l’enquête sur roi émérite. Moncloa Oui Opérette Ils ont convenu d’un arrêté royal par lequel ils veulent transmettre plus « d’exemplarité, de transparence, d’efficacité… » de la part des chef d’état. Parmi les nouveautés de ce texte figure la rédaction de nouvelles règles contractuelles et le fait que les comptes seront audités par la Cour des comptes.

Pendant des mois, l’objectif des négociations était d’en arriver à un point où l’entreprise qui Vraie maison ce n’était qu’une institution étatique de plus, soumise à des contrôles comme les autres, et non une île. Il y avait de la disponibilité des deux côtés, mais il fallait trouver des points de rencontre et un timing. Maintenant c’est arrivé. Ce qu’on ne touchera pas, c’est inviolabilité del Rey, malgré le fait que Pedro Sánchez s’est prononcé plus d’une fois en faveur de la révision de ce point.

Dans les semaines à venir, de nouvelles règles seront approuvées pour toutes les embauches effectuées à la Casa del Rey sous « le principe de publicité », que l’exécutif établit comme l’une des nouveautés. A compter d’aujourd’hui, le règles d’embauche de Zarzuela établissent que « la Maison de SM le Roi exercera son activité contractuelle en garantissant l’effectivité des principes de concurrence, de transparence, de confidentialité, d’égalité et de non-discrimination, en veillant principalement à ce que l’attribution des marchés revienne à l’offre économiquement la plus avantageuse  »

Par ailleurs, les comptes de cette institution seront audités par la Cour des comptes, pour laquelle une convention entre les deux parties doit être signée dans les prochains jours. Le but est qu’il y ait un examen « externe, de vérification des comptes ».

Ce changement dans la responsabilisation du chef de l’État travaille depuis longtemps entre La Moncloa et La Zarzuela. Malgré le fait que du gouvernement, ils ont rejeté la responsabilité de céder la place à la maison du roi et l’idée d’un Loi de la Couronnele travail a été mené entre les équipes de Flix Bolaos, ministre de la Présidence, et Jaime Alfonsn, chef de la Maison du Roi. L’objectif de canaliser une feuille de route remonte à loin, comme en témoigne le fait que l’ancienne vice-présidente Carmen Calvo a déjà laissé un texte très avancé.

Jusqu’à présent, l’examen des comptes de la Maison Royale se limitait à un rapport du contrôleur de cette institution, un rapport interne, qui n’était rien d’autre qu’un résumé, une description, des actes ou opérations économiques (contrats, achats. ..) réalisé. Ce rapport a été évalué par l’Intervention Générale de l’Administration d’Etat (IGAE), et maintenant ce sera par la Cour des comptes.

Cela a été régi par le décret royal 434/1988, du 6 mai, sur la restructuration de la Maison du Roi, où, dans son troisième article, il stipulait qu’après la liquidation de chaque exercice, le contrôleur doit soumettre un rapport au chef de la Chambre synthèse de celles émises au cours de l’année, exprimant le degré d’efficacité atteint dans son activité de contrôle. A ce jour, tous les rapports ont obtenu un résultat favorable, sans aucune objection.

L’organisation actuelle de la Casa del Real considère que pour la gestion économico-financière, budgétaire et comptable, le Chef de la Maison dispose d’un auditeur. Ceci est considéré comme du personnel de gestion.

Cet accord entre La Moncloa et la Maison Royale a provoqué un malaise à Podemos, qui dédaigne le contenu des décrets. Des sources gouvernementales de cette formation expliquent en avoir pris connaissance lundi, lorsque la nouvelle a été communiquée par le gouvernement. Je n’ai aucune information à ce sujet.

De La Moncloa, ils défendent que cet arrêté royal sur la Couronne a été débattu en interne, consulté les ministères, et que l’ensemble du cabinet est « satisfait » de ce qu’ils considèrent comme une avancée.

★★★★★