La justice oblige les «troupeaux» à donner des échantillons d’ADN pour un registre de police des délinquants sexuels

  • Confession « Excusez-moi. Je le regrette. Si je n’avais pas été drogué, cela ne serait pas arrivé. »
  • Profil Joffre, de coq de quartier à prédateur sexuel

La condamnation du tribunal provincial d’Alicante sur le viol collectif et simultané d’une jeune fille de 19 ans à Callosa d’En Sarri (Alicante) tandis que ses quatre assaillants – dits Le troupeau de Callosa– Ils l’ont enregistré sur le téléphone portable a injecté un nouveau plus dans les jugements pour les crimes de ce type.

Le tribunal se retrouve non seulement avec l’imposition de lourdes peines – de 14 à 18 ans de prison – mais veut aussi assurer un suivi consciencieux des violeurs au vu du profil hautement dangereux qu’il a dépeint dans sa peine.

Pour cela, la Chambre a expressément accepté d’obtenir, même forcée, des preuves ADN des condamnés pour les inclure dans une base de données policière qui permettra leur suivi à vie. Et cela se reflète dans sa phrase.

Cette démarche – que les magistrats ont attribuée « à la gravité des faits et à la répétition de l’agression sur la victime » – a attiré l’attention des juristes comme inhabituelle. Dans le jugement, le tribunal explique que cette mesure s’inscrit dans l’article 129 bis du Code pénal, qui dit qu’elle est justifiée « lorsqu’il existe un risque pertinent de récidive pénale ».

« Réduit à un simple objet sexuel »

Les juges comprennent que cela peut être le cas en l’espèce. Compte tenu de la possibilité que l’un des quatre hommes puisse refuser de se soumettre aux analyses biologiques, la Cour souligne que « l’exécution forcée peut être imposée » de cette mesure.

Tout au long de leur jugement, les magistrats soulignent la brutalité que les agresseurs ont utilisée avec la victime et insistent sur le fait qu’à tout moment la femme a exprimé son opposition à ce qui se passait.

La victime, soulignent les magistrats, « a été rabaissée et réduite à un simple objet sexuel de l’accusé ». Ils mettent alors particulièrement l’accent sur la manière dont ils s’adressaient à elle « de manière humiliante ou sur un ton moqueur » tout en la violant.

Ils ont agi, rapportent-ils, « comme s’il s’agissait d’un événement festif, jouant constamment de la musique » ou « plaisantant » en réponse à leurs plaintes et lamentations, selon la phrase. Ces épisodes se reflètent dans les vidéos que les attaquants ont enregistrées sur leurs téléphones et que les enquêteurs ont pu visionner une fois les terminaux décryptés.

Les faits

Selon la décision du tribunal, les prévenus ont coïncidé avec la victime, alors âgée de 19 ans, dans la zone de loisirs de Benidorm lors de la célébration du Nouvel An 2018, et ils ont continué à faire la fête avec elle après avoir passé plusieurs heures à discuter.

Elle connaissait l’un des condamnés et à un moment de la nuit a décidé de continuer avec eux et de ne pas se rendre chez l’ami avec qui elle allait dormir.

Vers 3 heures du matin, ils se sont rendus dans un appartement de Benidorm appartenant à une connaissance, où la jeune fille a été agressée sexuellement par deux des hommes. Ils y sont restés jusqu’à midi. Vers 14h45 le 1er janvier, ils ont coincé la victime dans la salle de bain, où ils lui ont proposé des relations intimes qu’elle, « malgré ses facultés intellectuelles et volitives affectées par la consommation d’alcool », a-t-elle rejeté.

Cependant, les deux agresseurs l’ont déshabillée, déchirant les vêtements qu’elle portait, la touchant et la photographiant avec un téléphone portable, attaques que la victime a combattues avec des cris de « non, non, non ».

Agression de groupe et synchrone

Les voix de la jeune femme ont réveillé le propriétaire de la maison, qui a forcé la porte de la salle de bain et y est entré. La victime, torse nu, a été étreinte, selon la sentence.

À ce moment-là, le propriétaire de la maison a licencié tous les prévenus et a prêté une veste de survêtement à la victime pour se couvrir. La femme est partie parce qu’il devait aller travailler.

Dans la rue, poursuit le jugement, il a de nouveau rencontré ses agresseurs, avec lesquels il a accepté de déménager dans la ville voisine de Callosa d’En Sarri, car ses pouvoirs étaient encore affaiblis.

De cette façon, ils ont déménagé au sous-sol d’une maison où vit la famille de l’un des violeurs. Là, l’agression de groupe et synchrone était consommée. Quatre hommes ont participé directement ou ont coopéré d’une manière ou d’une autre.

Les quatre prévenus ont à nouveau déshabillé la jeune femme, usant de la force physique face aux refus répétés. Successivement, ils l’ont violée un à un tandis que les autres retenaient la victime. Ils se sont moqués d’elle. Elle a même mordu la main d’un de ses agresseurs pour les empêcher de la maltraiter.

Confession et réparation des dommages

Le tribunal d’Alicante apprécie dans la conduite des prévenus les circonstances atténuantes de l’aveu et de la réparation du préjudice, toutes deux envisagées dans leurs conclusions finales par le procureur et le ministère public.

Les agresseurs ont reconnu les faits lors du procès et ont présenté leurs excuses à la partie lésée. Tous ont attribué l’agression sexuelle à une consommation excessive d’alcool et de drogues. Un à un, il répéta la même phrase : « Je m’excuse et je le regrette. Si je n’avais pas été drogué, cela ne serait pas arrivé. »

Ces aveux ont réduit les peines. Le leader risquait 52 ans et, finalement, sa peine est de 18 ans. Les autres purgeront entre 14 et 15 ans. Le procureur a requis 46 ans.

★★★★★