La Cour suprême annule l'obligation d'utiliser la langue basque pour accéder aux activités subventionnées

Jeudi,
18
juin
2020

16:55

La Haute Cour prononce une peine lorsqu'elle annule une exigence approuvée par une ordonnance municipale du conseil municipal de Lasarte (Guizpzcoa)

Façade du siège de la Cour suprême de Madrid.

Façade du siège de la Cour suprême de Madrid.
Le monde

leCour suprême a déclaré nulle et non avenue l'exigence relative à l'utilisation obligatoire du basque dans des activités destinées exclusivement aux mineurs de moins de 16 ans, qui doit être bénéficiaire de subventions dans l'ordonnance régissant l'octroi de subventions de la Mairie de Lasarte (Guipzcoa).

La chambre contentieuse administrative estime que ladite exigence générale régie par l'article 10.1, m), point 1, de l'ordonnance attaquée est contraire au principe d'égalité de traitement et de non-discrimination, lié à la promotion des langues co-officielles et, en outre, exclut comme destinataire final de l'activité ceux qui, n'ayant pas le devoir de connaître la langue basque, sont hispanophones.

Pour cette raison, il considère le recours formé par l'administration d'État contre le jugement du Cour supérieure de justice du Pays basque qui a déclaré que la disposition attaquée était conforme à la loi.

La chambre affirme qu'elle ne partage pas les critères de l'arrêt attaqué, coïncidant avec la ligne de défense de la corporation municipale affectée, puisqu'elle oublie que l'article 14 de la Constitution espagnole comme l'article 8.3 de la loi 38/2003, du 17 novembre, les subventions générales, consacre le principe d'égalité de traitement et de non-discrimination, ici lié à la co-officialité des langues régies par l'article 3 de la Constitution espagnole.

Avec l'imposition de l'exigence mise en cause, ajoutent les magistrats, il s'avère qu'un critère linguistique empêche quiconque, en raison des circonstances, ne connaissant pas ou ne maîtrisant pas le basque, d'être le destinataire final d'une activité de développement qui, comme le défendait la Mairie défenderesse , vise à normaliser et à revitaliser son utilisation dans un certain segment de la population – de moins de 16 ans. "Il semble que la promotion et la revitalisation de l'utilisation d'une langue co-officielle qui serait minoritaire ne devrait pas être exclusive mais inclusive, c'est-à-dire qu'elle devrait rechercher une plus grande généralisation de son utilisation comme le prévoient les sections 2 et 3 de ce qui précède. lettre m), combinant l'usage des deux langues, et n'établissant pas une impossibilité d'accès pour ceux qui ne parlent pas ou ne maîtrisent tout simplement pas suffisamment la langue basque », conclut la Chambre.

De même, il considère que la disposition attaquée viole l'article 3.1 de la Constitution puisque cette norme n'impose pas le devoir de connaître les langues officielles autres que l'espagnol (STC 82/1986 du 26 juin), et donc l'activité de promotion Aucun domaine (social, culturel, sportif, etc.) ne peut être restreint à l'une des langues officielles du territoire de la communauté autonome sans exclure indûment de la fréquentation d'activités subventionnées les résidents qui ne connaissent pas la langue dans laquelle ils vont. de réaliser celles promues par la Mairie, sans que cela ne contredit le caractère discrétionnaire des activités d'aménagement car l'exercice de ce pouvoir doit toujours être soumis à des exigences constitutionnelles et légales.

La chambre explique que ce qui caractérise la disposition contestée par l'administration générale de l'État est qu'elle impose aux bénéficiaires que "lorsque l'activité s'adresse à des enfants de moins de 16 ans, elle se déroulera en basque, oralement et par écrit", motif d'où il semble évident qu'un critère linguistique empêche d'emblée que quiconque ne connaît pas le basque puisse être le destinataire final d'une activité de promotion. "L'obligation d'organiser l'activité en basque n'est pas ici mise en cause si elle s'adresse aux enfants de moins de 16 ans, mais plutôt le fait qu'avec ce critère linguistique la connaissance du basque s'impose aux destinataires finaux de l'activité subventionnée pour participer c'est-à-dire le devoir de connaître la langue basque qui leur est imposée », souligne le tribunal.

Vote privé de deux magistrats

La sentence comprend un vote dissident signé par les magistrats Pablo Lucas et Pilar Teso dans lequel ils affirment que le recours formé par le procureur de la République devrait être rejeté parce qu'ils considèrent que l'arrêt attaqué ne viole pas le système juridique.

Dans leur vote, ils soutiennent qu'il ne s'agit pas ici de la protection du droit de connaître et d'utiliser l'espagnol, reconnu à tous par l'article 3.1 de la Constitution, ni du droit de tous de s'exprimer en espagnol à des pouvoirs publics et d'obtenir dans cette langue la réponse qui correspond. Dans ce cas, selon le vote, il s'agit de savoir si cela est conforme à l'objectif de promouvoir non seulement la connaissance mais aussi l'usage normal du basque, que les activités à subventionner, selon leurs caractéristiques, ont pour destinataires aux enfants de moins de 16 ans, ils ne sont effectués qu'en basque afin de le promouvoir, un objectif qui inspire l'ordonnance en appel et répond à celui établi par la loi 2/2016, du 7 avril, sur les institutions locales du Pays basque, dans son article 7.2.

Les magistrats dissidents ajoutent que "la promotion de ces connaissances et de leur utilisation normale ne diminue pas la position du castillan, protégé par la Constitution, statutaire et juridique, en plus de prévaloir dans la réalité sociale. Et il semble logique que la promotion se fasse dans la langue cible elle-même et dans la mesure où la controverse tourne autour d'un critère général de la nature des personnes exposées, l'ordonnance du conseil municipal de Lasarte-Oria ne peut être imputée à l'effet discriminatoire que le procureur de la République affirme et voit la peine du que nous ne sommes pas d'accord. "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★