La commission Faffe, un chemin tortueux et, désormais, au dénouement incertain

Son avis doit être voté cette semaine au Parlement, mais une élection anticipée empêcherait le processus final avant ce que son président, Enrique Moreno, prévient : « S’il n’y a pas de vote, qui atteint son objectif, c’est le PSOE »

Le président de la commission
Le président de la commission d’enquête Faffe au Parlement, le député Cs Enrique Moreno, entre Fernando Villn, ancien directeur de la fondation, et l’avocat de l’organisme.PRESSE EUROPÉENNE

Le 7 novembre 2019, la salle de commission située au premier étage de l’hôpital de las Cinco Llagas, à Séville, attendait le explications de l’ancien président de la Junta de Andalucía, le socialiste Manuel Chaves, sur l’absurdité -paiements avec de l’argent public dans les bordels inclus- dans la gestion de la fondation publique que son gouvernement avait créée pour former les chômeurs. Chaves arriva tôt ce matin-là, au moment où il avait été convoqué, s’assit à la place qui lui avait été assignée, et ce fut la fin de sa collaboration à l’enquête parlementaire.

L’ancien président a refusé de répondre aux questions des députés des groupes parlementaires qui faisaient partie de la commission et s’est limité à lire un document qu’il avait précédemment rédigé dénonçant la utilisation électorale ce qui, selon lui, signifiait ne l’avoir convoqué que quelques jours avant les élections générales.

L’apparition frustrée de Chaves n’était que la première des obstacles qui a fait face à une commission qui avait déjà été torpillée l’année précédente, lorsqu’elle a été désactivée par l’appel anticipé aux élections décidé par la présidente du conseil d’administration de l’époque, également socialiste Susana Díaz.

Après Chaves, de nombreux autres anciens hauts responsables du PSOE des gouvernements successifs sont restés silencieux en réponse ou, directement, ont planté la commission et ont refusé d’y assister, comme la ministre María Jesús Montero ou, dans un premier temps, l’ancien président Díaz. Bien que d’autres se soient ajoutés aux problèmes des apparitions, comme les tentatives du groupe socialiste de bloquer la commission avec des demandes massives de documentation ou des arrêts prolongés, ces derniers motivés par la pandémie de Covid-19.

Deux ans et demi après le début des audiences, les travaux sont terminés. Ou presque. La commission a voté et approuvé à la majorité un avis qui conclut à la responsabilité politique des trois anciens présidents du PSOE, Chaves et de ses deux successeurs, José Antonio Grin et Susana Díaz.

Mais tout le travail accompli pourrait être inutile si la présidente du Conseil, Juanma Moreno, convoquait des élections autonomes avant mercredi, car cela signifierait que le dissolution décision automatique du Parlement et que l’avis de la commission Faffe n’a pas été approuvé. Pour la deuxième fois, la commission serait interrompue.

faux fermé

Conscient de cette possibilité, le député citoyen Enrique Moreno, qui a été chargé de coordonner l’enquête en tant que président de la commission, prévient que, si la chambre est dissoute sans approuver les conclusions, celui qui atteindra son objectif est le PSOE, qui a mis tout le trébucher et a toujours voulu faussement fermer la commission.

Moreno, dans des déclarations à EL MUNDO, insiste sur le fait que la commission ne peut pas et ne doit pas être faussement fermée et, en fait, il est convaincu que cela ne se produira pas. Je ne comprendrais pas, tout le travail est fait et nous sommes à trois jours d’avoir un avis définitif établissant ce qui a été déchets et la corruption qui a eu lieu avec les gouvernements socialistes, insiste-t-il.

Si, comme on l’a spéculé, Juanma Moreno a l’intention que les élections se tiennent le 19 juin, il devrait signer le décret de convocation -et dissolution du Parlement- ce lundi, avec lequel la session plénière prévue pour mercredi et jeudi ne serait déjà pas aurait lieu et il n’y aurait pas de vote. Au sein du gouvernement dirigé par Moreno, certains soutiennent que ce scénario ne sera pas si négatif. D’une part, parce que le scandale de la Fondation du Fonds andalou pour la formation et l’emploi serait largement déjà amorti et, d’autre part, parce que, selon les sources consultées, il y a déjà des conclusions votées par les groupes, même si c’est au sein de la commission elle-même et sans passer par la session plénière.

Une opinion que défend Enrique Moreno qui est plus qu’argumentée et justifiémalgré les doutes initialement exprimés par son parti, Ciudadanos, sur la responsabilité de Susana Daz.

De même, il nie la plus grande accusation portée contre la commission depuis tout ce temps, sa utilisation politique et défend qu’un travail sérieux, responsable et rigoureux a été fait. C’est pourquoi nous avons mis autant de temps, ajoute le parlementaire de Jan.

Avec l’avancée électorale, non seulement l’aboutissement de la commission Faffe serait avorté, mais aussi le processus de réforme de la réglementation du Parlement qui promeut sa présidente, Marta Bosquet, et qui a été présenté comme un remède aux sit-in que les anciens hauts responsables du PSOE ont donnés à la commission Faffe.

Le président de cet organe parlementaire estime que le nouveau règlement pourrait être une solution, bien qu’il ait également consigné dans les conclusions qu’il a rédigées la nécessité de modifier le code pénal en ce qui concerne l’obligation de comparaître devant les commissions parlementaires d’enquête de sorte que, en outre, il est obligatoire de collaborer avec elles.

Même si, surtout, le président de la commission continue de croire qu’il n’y aura pas d’élection anticipée qui ferait échouer le vote final sur les conclusions. Car d’ailleurs, dit-il, je ne le vois pas justifié.

Le PSOE critique le « temps perdu » sans chercher « la vérité »

Le Groupe socialiste considère que l’histoire de trois ans de la commission d’enquête créée au Parlement andalou autour de la défunte Fondation andalouse pour la formation et le Fonds pour l’emploi (Faffe) a été une perte de temps pour un travail sérieux et rigoureux, puisqu’elle n’a jamais été n’était pas la vérité recherchée dans ledit organe, mais le reproche politique des précédents gouvernements socialistes de la junte.

Il justifie la présentation de cette opinion dissidente comme une obligation éthique, tant par respect pour les personnes qui ont comparu devant la commission que par respect pour la vérité, et dans ce sens il soutient qu’aucune conclusion n’a été tirée de ladite commission, car cela n’a jamais été l’objectif poursuivi par le conseil d’administration des PP-A et Cs.

★★★★★