Juanma Moreno met Andaluca sur la voie opposée à celle de Pedro Sánchez avec un plan de réduction d’impôt contre l’inflation

Le nouveau gouvernement andalou présidé par Juanma Moreno, qui sera inauguré dans un peu moins d’une semaine, sera le fer de lance du Partido Popular d’Alberto Nez Feijo et servira de Terrain d’essai pour la recette prescrite par cette formation contre l’inflation galopante et la crise économique qui en découle et de la guerre en Ukraine.

Une recette que Moreno va mettre en œuvre lors de la formation de son gouvernement la semaine prochaine et qu’il a avancé ce mercredi dans le discours par lequel il a ouvert la débat d’investiture au Parlement andalou qui culminera demain avec le vote. La base sera, conformément à ce que l’équipe Nez Feijo prône, la réduction des impôts, les réformes fiscales pour atténuer l’impact que l’inflation a sur les poches des citoyens, bien que, oui, avec les limites qu’elle impose aux compétences. dont dispose la communauté autonome en la matière.

La lutte contre effets de l’inflation occupe une place très importante dans le programme gouvernemental que Moreno a présenté à la chambre régionale. La flambée des prix, a-t-il dit, est « le grand ennemi à battre » et la « nouvelle pandémie » à laquelle, a-t-il assuré, il est prêt à faire face avec « tous les moyens et initiatives qui sont à la portée du gouvernement andalou « . Et il le fera, a-t-il souligné, sans suivre les lignes tracées par l’exécutif de coalition du PSOE et United We Can, en cherchant « son propre chemin », par opposition à celui de Pedro Sánchez.

Pour commencer, le candidat à la présidence du conseil d’administration a annoncé qu’il allait éliminer, d’un trait de plume, la taxe que le PSOE avait créée lorsqu’il gouvernait et qui prélevait les La consommation d’eau avec un canon avec lequel il est destiné à collecter pour construire des infrastructures. Cela signifiera, selon les calculs effectués par Moreno, une réduction moyenne de 40 euros sur la facture d’eau et une économie globale de 140 millions. Il soutient qu’avec ce qui a déjà été collecté dans ces années -730 millions ont été collectés et seulement 179 ont été exécutés- il y a de quoi s’attaquer aux travaux.

La recette fiscale comprend également la déflation du taux de l’impôt sur le revenu des particuliers au premier trois tranches de revenus dans le but que les hausses de salaires directement liées à l’inflation ne se traduisent pas par une augmentation des impôts. Avec cela, a-t-il souligné, les familles andalouses pourront économiser 70 millions d’euros.

Cette mesure se démarque des autres pour être l’une des propositions vedettes de Feijo, qui en fait la promotion depuis des mois et exige que Sánchez la mette en vigueur. La présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Daz Ayuso, avait déjà annoncé cette mesure en mai dernier.

De même, le nouvel exécutif présidé par Moreno augmentera les montants exonérés d’impôt sur le revenu des personnes physiques en application du minimum personnel et familial correspondant à la section régionale, une mesure qui, traduite en euros, signifie 50 millions qui resteront dans les poches des andalous . À ce stade, le chef du PP andalou a exigé que le gouvernement de Pedro Sánchez suivre ses traces et appliquer cette mesure dans la tranche étatique de l’impôt sur le revenu des personnes physiques « afin que le bénéfice des familles soit doublé ».

Dans son ensemble, la batterie de mesures qui constituent la pierre angulaire de la politique budgétaire du nouvel exécutif du PP en Andalousie signifiera, selon les mots de Moreno, un « ballon d’oxygène pour les familles » estimé à au moins 260 millions d’euros seulement en l’an 2023. A cela, il faut ajouter de nouvelles baisses d’impôts, qui n’ont pas été précisées, tout au long de la législature de telle sorte que les revenus moyens et les travailleurs bénéficieront d’économies d’impôts de 620 millions d’euros dans les quatre prochaines années.

Le nouveau gouvernement, a-t-il insisté, « est prêt à retrousser ses manches pour être plus audacieux et chercher toute échappatoire qui nous permette d’aider les familles andalouses ».

Bien que tout cela ne signifie pas qu’ils sont les communautés autonomes ceux qui portent le poids de la lutte contre cette nouvelle crise. En effet, il a rappelé que la solution à la situation actuelle « dépasse clairement les compétences régionales » et que, par conséquent, les mesures ayant le plus grand impact « ne peuvent être prises que par le gouvernement national ».

Que le nouvel exécutif qui est formé ces jours-ci sera un élément d’opposition et un modèle alternatif à celui de Sánchez l’a également précisé en énumérant en détail la liste des griefs et des revendications qu’il va porter à La Moncloa le 28, date à laquelle il doit rencontrer le Premier ministre.

Un nouveau système de financement régional -l’actuel est « obsolète », a-t-il affirmé- et bien que cela vienne d’un mécanisme transitoire qui compense le milliard d’euros que l’Andalousie perd chaque année, selon le Conseil, c’est la principale revendication, comme cela a été le cas ces dernières années, et à cela s’ajoutent l’obligation de participer à la gestion des fonds européens et à la rationalisation des infrastructures en attente dans la communauté en matière d’eau, de route et de chemin de fer.

Aucune trace de Vox

Le programme du second gouvernement que Moreno présidera se caractérise également par le fait d’avoir secoué presque toute trace du pacte signé avec Vox lors de la précédente législature et qui était indispensable pour qu’il soit élu. de ça engagement aucune trace n’en reste : aucune mention de violences conjugales, aucune trace d’épingle parentale, aucune mention de mémoire démocratique.

S un pari sur le combat violence sexisteavec l’approbation cette année du Plan global de sensibilisation et de prévention contre la violence de genre et l’engagement en faveur de l’égalité, l’élaboration du Plan stratégique pour l’égalité approuvé en mars dernier, l’approbation du Statut des femmes rurales et de la mer et la promotion d’un Plan d’égalité pour l’Administration de la Justice.

Une mention spéciale mérite les clins d’œil que le futur président andalou adresse non pas à Vox, mais à son électorat, avec le soutien express du secteur de la chasse et des aides à l’embauche de gardes ruraux ou avec le soutien de signes identitaires religieux comme la Semaine sainte, dont la musique et les expressions artistiques sont destinées à être protégées. La même chose avec la tauromachie ou le flamenco.

santé et éducation

En interne, Moreno a souligné que l’éducation et la santé, ainsi que les politiques sociales, continueront de déterminer l’agenda du nouvel exécutif, avec des défis tels que la capacité à couvrir la postes vacants pour les professionnels de la santéessentiellement des médecins, compte tenu de la pénurie actuelle, ce pour quoi elle a demandé une initiative au ministère de la Santé, par exemple en couvrant 100 % des postes MIR en médecine familiale.

Moreno a promis de poursuivre le développement de la carrière professionnelle des travailleurs du Service de santé andalou (SAS) et de terminer les travaux en cours ou prévus, bien que l’engagement qui ressort le plus soit que l’attente maximale pour obtenir un rendez-vous médical être de 48 heures, dans le cadre de ce qui est devenu une « réforme globale » des soins primaires.

En santé mentale, il a également annoncé des améliorations, comme atteindre 300 professionnels, renforcer son chiffre dans les soins primaires et augmenter les places de soins dans les cas d’adolescents souffrant de troubles mentaux graves.

En ce qui concerne le éducationa souligné qu’au cours de la nouvelle année scolaire, il y aura 4 320 enseignants de plus dans les centres publics et 490 dans les écoles concertées, malgré le fait qu’il y aura 23 000 élèves de moins « en raison de la baisse des taux de natalité ».

D’autre part, il a promis de continuer à avancer dans le simplification administrative et s’est engagé à des améliorations pour le groupe des indépendants -zéro quota-, des aides à l’agriculture et à l’élevage, avec le rejet pur et simple de la réforme de la PAC, et une série de mesures pour favoriser l’emploi des jeunes, dont des aides directes, et un chèque location jeune de 250 euros par mois.

Une « majorité en tête »

Juanma Moreno a commencé son discours en réaffirmant son disposition au dialogue et démentant l’expression majorité absolue, que le PP veut remplacer par « nouvelle majorité parce que j’envisage de l’exercer d’une manière différente de ce qui s’est fait auparavant sur cette terre ».

En ce sens, il a prôné « l’union des volontés » et exprimé son attachement au « dialogue permanent » avec les groupes politiques, soulignant que la nouvelle composition du Parlement « ne peut signifier inaction, apathie ou confrontation totale ». En échange, il a demandé au reste des groupes politiques « de fuir la tentation de opposition absolue« .

★★★★★