Jos Luis Moreno fait appel de la caution de trois millions un jour avant la date limite pour éviter la prison

Le Procureur informera demain et le magistrat se prononcera avant 15 heures. Cette ressource ne paralyse pas le terme pour déposer l’argent ou une garantie

Jos
Jos Luis Moreno après sa libération jeudi dernier.EFE-TVEFE
  • ‘Opération Titella’ Le réseau de Jos Luis Moreno a entré un million d’euros tous les 15 jours
  • La déclaration Jos Luis Moreno, devant le juge quand il a refusé de déclarer : « Je suis très affecté, j’ai besoin d’un Lexatin »

À peine 24 heures avant l’expiration du délai pour présenter les trois millions de caution ou une garantie bancaire de ce montant pour éviter la prison, le producteur Jos Luis Moreno a fait appel aujourd’hui de l’ordonnance du juge.

Comme on pouvait s’y attendre, demain matin, le Poursuivre rapport sur l’appel de Moreno et avant trois heures de l’après-midi le juge d’instruction prononcera Ismaël Moreno.

La ressource de forain ne paralyse pas le délai de dépôt de la caution imposée par le président du tribunal central numéro 2 de la Cour nationale.

Dans le cas où le juge rejetterait les prétentions de Moreno, le ventrloque pourrait présenter les trois millions ou, le cas échéant, la garantie pour éviter son entrée en prison dans cette phase d’enquête.

L’entrepreneur audiovisuel a été arrêté la semaine dernière pour sa participation présumée à un réseau qui est attribué à l’appropriation d’argent provenant de prêts bancaires et privés – par le biais de sociétés d’affichage– avec la collaboration des directeurs de banque. La police et la garde civile le placent à la tête de l’organisation.

Une fois l’argent détourné via le réseau de partenariat, les clients ne pouvaient plus le récupérer. La escroquerie Il est estimé à 50 millions d’euros et parmi les projets les plus immédiats de l’organisation figurait, selon les chercheurs, la création d’une banque en malt conçu pour le « crime économique ».

Les sommes prétendument blanchies étaient destinées, entre autres, à Suisse, Panama et les Maldives. La Garde civile de Barcelone et l’Unité de délinquance économique et fiscale (Udef) de la police judiciaire du siège supérieur de Madrid ont entamé une enquête pleine de plis, qui s’est même étendue au côté du trafic de drogue, puisqu’une partie du réseau lavait de l’argent de la drogue. trafic à des tiers, selon les enquêtes.

Puis vinrent les plaintes des entités bancaires concernées. Le premier était celui de Abanca, ce qui a permis de savoir après Liberbank, Bankinter, ING Oui Bankia ils avaient également été victimes du groupe. En abusant des opérations bancaires, le complot aurait réussi à frauder plus de 1 300 000 euros, ont assuré les enquêteurs.

Le dispositif a été lancé après les aveux d’un travailleur mécontent de Moreno. Sa coopération avec la Garde civile a commencé après le dernier assaut subi par Moreno dans son châle de Boadilla del Monte (Madrid), selon des sources de l’enquête. Les agents ont ensuite procédé à un interrogatoire et ont assis leur cercle le plus proche devant eux. Un de ses employés a décidé de parler.

★★★★★