Indignation du gouvernement pour l’espionnage présumé de 60 dirigeants indépendantistes comme Aragons, Puigdemont ou Torra

La plate-forme de cybersécurité ‘CitizenLab’ découvre l’utilisation de Pegasus avec d’anciens présidents de la Generalitat et d’autres postes

Le président de la Generalitat dans une image d'archive
Le président de la Generalitat dans une image d’archiveAndré DalmauEPE
  • Sécurité Le monde de l’espionnage de ‘Pegasus’ : tout le gros business de la célèbre arme de cyber-espionnage israélienne

Le mouvement indépendantiste a un nouveau « casus belli » à activer contre l’État et ils l’ont même déjà baptisé, ‘catalangate‘, en plus de créer un compte sur les réseaux sociaux pour réunir les personnes concernées. Plongé dans des tensions et des luttes internes pour le contrôle du pouvoir politique et face au déclin de son aspirations sécessionnistesla souveraineté trouve dans les informations publiées dans les médias le meilleur moyen de s’unir à nouveau contre un ennemi commun et même de le dénoncer dans les institutions européennes.

La énième plainte d’indépendance découle d’un article publié dans « Le new yorker »avec des données obtenues par le laboratoire canadien Le CitizenLab, ce qui indiquerait qu’une soixantaine de dirigeants souverainistes ont été infectés par le programme de cyberespionnage Pegasus, de la société israélienne Groupe NSA, qui vend aux États pour combattre le crime et le terrorisme. Pour cette raison, tout le mouvement indépendantiste, à commencer par le gouvernement, a accusé l’Espagne et ses institutions d’être à l’origine de cet espionnage.

Selon les informations, parmi les plus de 60 appareils mobiles des dirigeants indépendantistes figurent ceux de Pere Aragons, des anciens présidents Artur Mas et Quim Torra, ainsi que d’autres dirigeants indépendantistes tels que la présidente du Parlement, Laura Borrs, la conseillère à Barcelone Elsa Artadi ou la députée européenne Toni Comun. Carles Puigdemont aurait également pu être espionné par l’intermédiaire de personnes proches de lui comme sa femme Marcela Topor, son avocat Gonzalo Boye et son conseiller et ami Joan Matamala, car le système mobile de l’ancien président et actuel député européen rend difficile l’attestation qu’il a été infecté par Pégase.

En ce sens, Citizen Lab détaille que ses outils pour détecter la présence de ce programme espion sont plus développés pour les appareils IOS, comme celui qui utilise Iphone que ceux qui ont Android. Ce n’est pas la première fois que le nom des dirigeants catalans enquêtés avec Pegasus est divulgué puisqu’il y a quelques mois, on savait que Roger Torrent, Jordi Puigner et Ernest Maragall étaient espionnés, bien qu’à l’époque le gouvernement ait exprimé son inquiétude à ce sujet. situation.

« Honte »

Les réactions à la publication de nouveaux noms ont été immédiates, Aragons, dans une lettre en catalan et en anglais, a déploré cette opération « massive » d' »espionnage » contre le mouvement indépendantiste catalan et l’a considérée comme une « honte injustifiable », puisqu’elle représente une  » atteinte extrêmement grave » à la démocratie et aux droits fondamentaux et constitue « un exemple de plus » de « répression contre un mouvement pacifique et citoyen ». Pour cette raison, le président, qui a reçu l’attaque alors qu’il était vice-président du gouvernement de Torra, a exigé « la transparence » et « la prise de responsabilités » du gouvernement.

« Ce programme d’espionnage ne peut être acquis que par les États. Le gouvernement espagnol doit donner des explications immédiates et aller jusqu’au bout. Aucune excuse. Espionner des représentants publics, des avocats ou des militants des droits civiques fondamentaux est une ligne rouge », a-t-il déclaré. . Il a également souligné que soutenir les personnes concernées, qui ont annoncé des actions dans les institutions européennes, et a rappelé que « l’impuissance de se sentir vulnérable, de ressentir comment vous et les vôtres avez été exposés, devient la fermeté de continuer à défendre des objectifs politiques. Rien ni personne. Cela fera arrêtons de nous battre pour l’amnistie, le référendum et l’indépendance. »

Comment pourrait-il en être autrement, l’ancien président Carles Puigdemont a qualifié l’espionnage présumé de « nouveau GAL, version numérique » et a ajouté que « nous avons été espionnés massivement et illégalement par le biais d’un programme que seuls les États-Unis peuvent avoir ». et militants, victimes de la sale guerre de l’État espagnol pour lutter contre une idée légitime ». La présidente du Parlement, Laura Borrs, a également dénoncé cette « persécution » puisque « ils nous frappent quand nous votons, ils nous harcèlent judiciairement, ils nous emprisonnent et maintenant nous savons qu’ils nous espionnent aussi ». Il est clair que certaines fins justifient tous les moyens ».

L’ancien vice-président de la Generalitat, Oriol Junqueras, a affirmé que le mouvement indépendantiste a été victime de « la plus grande affaire d’espionnage illégal au monde » pour laquelle il a annoncé « qu’il ne restera pas impuni ». La secrétaire générale de l’ERC, Marta Rovira, estime qu’il y a « trop ​​d’indices sur qui est derrière » et rappelle que l’espionnage politique est une atteinte à l’esprit de la démocratie. Le secrétaire général de Junts, Jordi Sánchez, estime que dans un autre pays cette situation entraînerait des explications, des démissions et des poursuites judiciaires, car il s’agit « de la plus grande affaire d’espionnage en Europe depuis 50 ans ».

En Europe

Ce mardi Puigdemont, Junqueras, le député CUP Carles Riera et les présidents de l’ANC, Elisenda Paluzie, et du Mnium Cultural, Xavier Antich, ainsi que l’ancien rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté d’expression David Kaye et le représentant de Citizen Lab John -Scott Railton, annoncera au Parlement européen les mesures qu’ils adopteront en réponse à cette information.

Les personnes concernées ont ouvert un compte Twitter appelé « @Catalangate » qui se définit comme le compte officiel des victimes présumées et qui a pour objectif de « dénoncer le plus grand cas de cyberespionnage jamais découvert ».

.

★★★★★