Ils enquêtent pour savoir si le Conseil provincial de Barcelone a payé des voyages au chef du bureau de Puigdemont avec de l’argent public

Le tribunal enquête sur les avoirs d’Alay au cas où il « se serait enrichi illégalement » lorsqu’il occupait un poste au Conseil provincial de Barcelone

Alay et Puigdemont
Alay et Puigdemont
  • tribunaux Ils enquêtent sur des paiements suspects de fournisseurs du Conseil provincial de Barcelone à un fonctionnaire du gouvernement

Clôture judiciaire sur « l’homme fort » de Carles Puigdemont, Le Tribunal d’instruction numéro 1 de Barcelone enquêter sur le patrimoine Josep Llus Alay, chef du bureau de Puigdemont, pour savoir s’il s’est enrichi de manière illicite lorsqu’il occupait un poste au Conseil provincial de Barcelone. Les soupçons surviennent après qu’il y a quelques jours, la Garde civile a informé le tribunal qu’elle avait remarqué une augmentation des actifs de Jordi Castellsactuel directeur général adjoint de la Coopération Locale qui dépend de la Département de la Présidence de la Generalitat, lorsqu’il était directeur des relations internationales de la Conseil provincial de Barcelone en 2016 et 2017.

Selon le tribunal, le successeur de Castells à la Diputación était Alay et il était en charge de divers dossiers initiés par l’ancien responsable des relations internationales et qui sont désormais suspectés au cas où l’argent public serait détourné à d’autres fins. Le rapport de la Garde civile indique que Castells a augmenté ses avoirs pendant qu’il occupait ce poste au Conseil provincial, pour lequel ils l’accusent d’un éventuel enrichissement illicite, car il pourrait provenir de paiements effectués par des entités subventionnées « par cette administration.

L’ordonnance du tribunal rappelle que « la Garde civile a détecté une augmentation d’argent sur le compte courant de Castells de 300 000 euros, en plus d’acheter » plusieurs propriétés en espèces et d’effectuer des dépôts en espèces sur son compte bancaire incompatibles avec son salaire. Pour cette raison, le tribunal l’a inculpé des délits de corruption, de blanchiment d’argent et contre le Trésor public.

De plus, comme Alay était son successeur en fonction, selon le juge, et a conclu les dossiers initiés par Castells, la Garde civile est invitée à enquêter sur lui au cas où il aurait également bénéficié de ces efforts de manière irrégulière. Le tribunal demande des informations au Conseil provincial de Barcelone sur les voyages et les destinations qu’Alay a effectués à cette époque en raison de soupçons qu’ils ont été payés avec de l’argent public mais avaient un but privé.

A travers les réseaux sociaux, Alay a assuré que « les égouts reviennent. Le juge Aguirre se réveille des mois plus tard et déchaîne à nouveau sa persécution contre moi. Je n’ai jamais été le chef de la coopération de quoi que ce soit. Etat pourri. » De 2015 à 2018, Alay a été commissaire aux relations internationales du conseil provincial de Barcelone. Précisément, le tribunal a demandé il y a quelques mois à cette institution des documents sur les dossiers auxquels Alay a participé, ainsi que ses fonctions, le « degré d’autorité » et s’il avait « reconnu » la capacité d’autoriser ou non des paiements et d’embaucher ou affecter des techniciens.

Alay a été arrêté dans le Opération Volhov pour financement présumé du processus d’indépendance, en plus d’avoir d’autres enquêtes judiciaires ouvertes comme celle devant la Haute Cour nationale pour sa relation avec le Tsunami Démocratique. Le Parquet requiert trois ans de prison pour Alay pour avoir prétendument abusé de sa position de chef du Bureau de Puigdemont afin que la Generalitat lui verse les 4 580,90 euros pour un voyage en 2018 en tant qu’observateur du référendum d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie .

★★★★★