Ils condamnent un assureur à verser 300 000 euros à la famille d’un malade de la SLA décédé après une chute à domicile

Le patient est décédé après s’être cogné la tête dans un accident et non des suites de sa maladie

Le malade est tombé
Le patient est tombé à cet endroit
  • Santé Qu’est-ce qu’Albrioza, le médicament expérimental contre la SLA que le Canada vient d’approuver

Le tribunal de première instance numéro 5 de Terrassa a condamné l’assureur Bansabadell Vida à indemniser avec 300 000 euros la famille d’un patient atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA), Juan PT, qui a subi une chute mortelle à son domicile le 24 mars. Depuis lors, la famille de la victime s’est battue devant les tribunaux avec la compagnie d’assurance, liée à une entité bancaire, qui n’a pas voulu payer l’indemnité prévue, arguant que la chute était une conséquence de la maladie, la même qui a été diagnostiquée après l’avoir embauchée en 2017.

Cependant, le tribunal considère que la chute était un accident qui n’a rien à voir avec les limitations de mobilité causées par la SLA. Ce 24 mars 2020, Juan se trouvait dans le patio de sa maison à Terrassa lorsqu’il a trébuché sur une petite rampe, est tombé contre un mur et s’est cogné la tête. Il a subi une blessure à la tête et est décédé cinq jours plus tard à l’hôpital Mutua de Terrassa. Ce jour-là commença l’épreuve judiciaire de la femme et des enfants de Juan.

La famille, représentée par Vosseler Abogados, a poursuivi la compagnie d’assurance pour la police souscrite car elle considérait que la chute était un accident mortel. Malgré cela, la compagnie s’y est opposée, assurant qu’elle trébuchait à cause de sa maladie et qu’elle n’était pas couverte par l’assurance, puisqu’elle avait souscrit la police deux ans avant son diagnostic. La phrase souligne que la SLA « est une maladie neurologique qui a une évolution progressive, dans laquelle la parole, les membres supérieurs et inférieurs sont affectés, se terminant par des limitations dans le tronc et enfin dans le diaphragme ».

En outre, le tribunal fait valoir que les rapports médicaux et les déclarations des techniciens au procès indiquent que la chute mortelle « n’était pas une conséquence de l’évolution naturelle de la maladie dont il souffrait » puisque la majorité des décès par SLA sont causés par insuffisances respiratoires ou troubles de la déglutition. Pour cette raison, il souligne qu' »il n’y a aucune preuve » que Juan avait des limitations dans ses jambes malgré le fait qu’il utilisait un déambulateur pour se déplacer et détaille que bien que la maladie puisse influencer la faiblesse musculaire « il ne s’ensuit pas nécessairement qu’elle constitue la cause fondamentale » de la maladie. Accident mortel.

« La chute du patient se produit sur la rampe d’accès de la terrasse de son domicile vers l’intérieur, un endroit qui ne présente pas de difficultés particulières et que le défunt connaissait bien, et dans lequel il n’est pas nécessaire de faire le moindre mouvement pour lever le pied » , souligne le tribunal et rappelle qu' »un patient atteint de SLA » peut « subir une chute accidentelle comme cela peut arriver à n’importe quelle autre personne », qu’elle soit atteinte ou non d’une maladie.

C’est pourquoi le jugement fait droit à la demande de la famille et soutient que « le décès du patient n’est pas directement lié à la maladie de SLA » puisque « la chute était fortuite ou accidentelle ». Après avoir pris connaissance de la décision de justice, l’avocat des plaignants, Daniel Vosseler, a assuré qu' »encore une fois, ce sont les tribunaux qui ont dû remettre l’assureur à sa place » et ajouté que « je me demande combien de familles ont été privées de votre droit ». .

En ce sens, la fille du défunt a déclaré à ce média que « j’aimerais dire que les gens se battent jusqu’au bout, même si le directeur de votre banque vous dit que vous n’avez aucune chance » et a regretté que de la part de l’assureur « à ils n’ont pas pris le temps de nous contacter. Au final, ce n’était pas seulement une question économique, la dignité de mon père pesait beaucoup plus ».

Ainsi, il a fait remarquer que s’il n’y avait pas eu le soutien juridique du cabinet d’avocats Vosseler « nous aurions jeté l’éponge, car nous n’allons pas nous leurrer, lutter contre une banque aussi importante que celle-ci nous a donné un peu de panique » et ils « nous ont fait nous sentir en sécurité à chaque pas que nous faisons ». Pour cette raison, la fille de Juan estime que la phrase clôt une étape douloureuse pour sa famille : « Maintenant, je sens que je peux enfin pleurer après plus de deux ans et me reposer ».

★★★★★