Feu vert à la «loi du seul oui est oui» après deux mois de retard dû à une faute de frappe

La principale nouveauté de la règle est qu’elle place le consentement sexuel au centre des relations personnelles

Irene Montero, ce jeudi.
Irene Montero, ce jeudi.MARÉCHALEFE
  • Justice Les juristes devant la ‘loi du seul oui c’est oui’ : « Elle ne parle que des femmes, oublie que les enfants et les hommes sont aussi victimes de crimes sexuels »

Après des mois de retard, lumière verte. Le gouvernement de coalition a profité de la session plénière extraordinaire qui s’est tenue ce jeudi au Congrès des députés pour, en plus d’approuver le décret sur l’énergie, mettre définitivement en œuvre la loi organique pour la garantie intégrale de la liberté sexuelle, dite loi de seulement s est s.

C’est l’une des lois les plus pertinentes de la législature pour la Ministère de l’égalité, commandé par Irene Montero, qui vaut également Podemos pour lancer avec force un cours politique dans lequel le violets Ils tenteront de renforcer leur terrain électoral contre le PSOE et dans le cadre du projet électoral que prépare Yolanda Díaz, au sein duquel on ignore encore quel niveau de protagonisme ils développeront.

Montero elle-même, numéro deux de Podemos, a célébré l’approbation définitive du texte à la Chambre basse : « C’est un jour de victoire après de nombreuses années de lutte », a-t-il reconnu dans la cour du Congrès des députés peu avant d’aborder la règle en plénière. « Aucune femme », a assuré la ministre, « n’aura à prouver qu’il y a eu violence ou intimidation dans un attentat pour qu’il soit reconnu comme tel », une avancée qui place Espagne « à l’avant-garde » en matière féministe, a-t-elle estimé.

La loi de seulement s est s, D’après les délais qu’ils ont gérés dans Egalité, il aurait dû recevoir l’approbation des caméras avant la trêve estivale. Cependant, un amendement au Sénat a ralenti le processus et contraint le texte à repasser par le Congrès.

L’amendement, présenté par Junts et soutenu par de nombreuses formations, exhortait l’exécutif à remplacer l’expression « cas d’avortement et de stérilisations forcées » dans le préambule par « avortement et stérilisations forcés », une forme avec laquelle l’adjectif recouvre les deux pratiques.

Le consentement au centre

Celui connu sous le nom de loi de seulement s est spour s’être inspiré des proclamations des mobilisations féministes qui sont descendues dans la rue après la condamnation de Le troupeausa principale nouveauté est de placer le consentement sexuel au centre des relations personnelles.

A partir de là, qu’il y en ait ou non, c’est ce qui sera décisif lorsqu’il s’agira de poursuivre les viols et autres violences sexuelles qui sont inclus dans le projet.

La conséquence la plus visible dans le Code criminel est la fin de la distinction entre abus et agression sexuelle. Tout comportement sexuel non consenti sera considéré comme une agression et sera puni de diverses peines selon les circonstances et les circonstances aggravantes (violence, usage de soumission chimique, en groupe…).

Accélérateur avant 2023

Comme l’a confirmé la ministre elle-même, l’Égalité travaille dans le but d’obtenir l’approbation avant la fin de l’année d’autres textes fondamentaux pour le département qui continuent sur la voie des avancées féministes et de l’égalité des droits qui s’ouvre ce jeudi.

Ainsi, l’objectif que gère le ministère est d’approuver « avant » fin 2022 au moins deux autres lois : la loi Avortement et la loi Trans et LGTBI.

Deux textes qui, aux yeux de la cheffe de l’Egalité, sont « très urgents », c’est pourquoi elle appelle les forces qui composent le Congrès à ouvrir un dialogue dans les mois à venir afin qu’elles voient rapidement le feu vert avant la fin de la an

Un objectif qui, selon Podemos, peut être atteint relativement facilement si l’exécutif est soutenu par la « majorité plurinationale, progressiste et féministe » qui soutient la coalition au niveau parlementaire.

★★★★★