Espadas tente d’évoquer l’avance électorale malgré le blocus budgétaire

Le leader du PSOE-A, qui a lancé son nouvel exécutif, assure qu’il ne bloquera pas l’action du gouvernement, quoi qu’il advienne des comptes

Le secrétaire général du PSOE andalou, Juan Espadas, entouré, ce lundi, de tout son exécutif au siège régional du parti.
Le secrétaire général du PSOE andalou, Juan Espadas, entouré, ce lundi, de tout son exécutif au siège régional du parti.PSOE ANDALOUSE
  • Congrès Pedro Snchez espère récupérer le Conseil après avoir enterré Susana Daz : « Nous gouvernerons en Andalousie et en Espagne »
  • Cnclave L’unité andalouse du PSOE autour de Juan Espadas, un chèque en blanc avec expiration

Le PSOE andalou et, surtout, son secrétaire général, Juan Espadas, ne sont pas intéressés par des élections régionales anticipées. Plus ils durent, mieux c’est. Et ils ne veulent pas que les budgets 2022, dont la négociation reste bloquée, servent de excuse pour le président du conseil, Juanma Moreno, d’appuyer sur le bouton rouge.

C’est pourquoi le leader des socialistes andalous s’est efforcé ce lundi de convaincre les deux partenaires de l’exécutif, le PP et Ciudadanos, que la non-approbation des comptes de l’année prochaine ne doit pas nécessairement impliquer un avancement des élections, initialement prévues pour novembre 2022.

Il est possible – très vraisemblable pour le moment – que le PSOE-A ne facilite pas, même avec son abstention, l’approbation des quarts et derniers budgets de la législature, mais, en est venu à dire Espadas, cela ne veut pas dire que tout va être rejeté.

Le secrétaire général socialiste, qui a présidé la première réunion de son nouveau cadre Après le congrès du week-end, il s’est montré très explicite et a rejeté le fait que le PSOE va imiter la fameuse pince que le PP et l’IU ont formée contre le gouvernement socialiste de l’époque présidé par Manuel Chaves en 1994.

Le PSOE ne bloque jamais l’action du gouvernement au Parlement, comme le PP l’a fait avec le législature d’étrier, dans laquelle chaque session plénière était une action pour bloquer le gouvernement, a insisté Espadas. Le PSOE ne le fera pas, réitérons-le, au cas où il y aurait des doutes.

Dans l’esprit d’Espadas, il y avait, entre autres projets et au minimum, la loi pour promouvoir la durabilité du territoire d’Andalousie, la Prêt, dont la viabilité semble garantie et qui est la dernière grande initiative législative en suspens pour l’exécutif du PP y Cs. Il y a des questions réglementaires qui sont d’intérêt général et le PSOE ne les bloquera pas, a-t-il souligné.

Dans ce sens, il a souligné que si Moreno décide d’avancer les élections au cas où il ne parviendrait pas à approuver ses budgets, ce ne sera pas parce qu’il n’a pas d’autre option. Je le ferai parce que je fais un autre type de calcul, a-t-il insisté, ajoutant que l’exécutif de la coalition peut prolonger s’il n’exécute pas ses comptes.

Ce qui semble de plus en plus difficile, c’est que le négociation budgétaire se concrétiser. Des sources proches de ces conversations ont confirmé à EL MUNDO de Andaluca que le dialogue reste stagnant et que les positions n’ont pas bougé ni d’un côté ni de l’autre. D’ailleurs, Espadas lui-même a confirmé hier que son groupe parlementaire prépare déjà l’amendement dans son intégralité pour le présenter, s’il n’y a pas d’accord avant, avant le lendemain 18, date à laquelle le mandat se termine.

Nous n’avons vu aucun geste, a déclaré le secrétaire général des socialistes andalous pour justifier cette décision.

Aussi, réitérez ce qui a été le ligne rouge du PSOE-A ces dernières semaines, le non-renouvellement de 8.000 des 20.000 personnels de santé embauchés en raison de la crise du Covid-19, et sa proposition de convoquer la table de dialogue social pour rechercher une solution comme prémisse pour parvenir à un pacte . La balle est dans son camp, dit-il.

Dans le PP, pour sa part, la présentation du amendement à l’ensemble du projet de budget 2021 par le PSOE et insiste sur l’heure, pour ne pas dire nulle, de la volonté des socialistes d’un pacte. Non seulement sur le moment, mais dès la première minute, selon les sources consultées.

En « mode campagne »

En tout cas, le Parti socialiste andalou s’est déjà mis en mode campagne, comme l’a déclaré son chef à l’issue de la première réunion de son nouvel exécutif, insistant sur le message lancé à Torremolinos. Le PSOE-A est prêt, a-t-il ajouté.

Pour préparer cette voie, le nouvel exécutif élargi -60 membres contre 48 pour le précédent- a été conçu comme une sorte de cabinet fantôme ou gouvernement fantôme dont chacun des membres s’est vu confier une tâche bien précise.

De plus, les différents rangs dans lesquels est divisé l’exécutif Espadas imitent le niveaux de l’exécutif régional, des directeurs -qui seront responsables des neuf grands domaines, son noyau dur- aux vice-conseillers et aux directions générales.

C’est le début, a déclaré Juan Espadas, d’une nouvelle étape dans le PSOE andalou avec toute la force et l’illusion et qui entraînera, a-t-il ajouté, une nouvelle philosophie de travail et une nouvelle organisation et avec un objectif bien défini, récupérer les 400 000 électeurs qu’ils ont perdus en 2018.

★★★★★