Des restaurants au congrès : notre reprise s’inverse

De nouvelles données montrent que la variante delta apporte une plus grande instabilité aux restaurants, prolongeant probablement la reprise jusqu’en 2022

Des restaurants au congrès : notre reprise s'inverseLes Association nationale des restaurateurs a envoyé aujourd’hui une lettre aux dirigeants du Congrès partageant les résultats décourageants de l’enquête auprès des opérateurs et mettant en garde contre les dommages que les dispositions du Build Back Better Act (BBBA) pourraient infliger à la reconstruction de l’industrie de la restauration.

Dans un nouveau enquête nationale auprès des restaurateurs, la recherche indique que la détérioration des conditions commerciales a un impact sur les perspectives des opérateurs de telle sorte qu’ils pensent que la reprise après la pandémie se prolongera jusqu’en 2022. Dans l’ensemble, une majorité d’opérateurs à service complet et à service limité déclarent que les conditions commerciales sont pires maintenant que trois il y a des mois. De plus, 44% des opérateurs pensent qu’il faudra plus d’un an avant que les conditions commerciales ne reviennent à la normale et 19% pensent qu’ils ne le feront jamais.

L’enquête a également révélé :

  • 78% des exploitants déclarent que leur restaurant a connu une baisse de la demande des clients pour des repas à l’intérieur sur place ces dernières semaines en raison du pic de la variante delta.
  • 63% des opérateurs déclarent que leur volume de ventes en août, historiquement l’un des mois les plus chargés pour les restaurants, était inférieur à ce qu’il était en août 2019.
  • Les coûts sont en hausse – 91 % des opérateurs paient plus pour la nourriture ; 84 % ont des coûts de main-d’œuvre plus élevés ; 63 % paient des coûts d’occupation plus élevés, mais la rentabilité est en baisse ; 85 % des opérateurs ont fait état de marges plus faibles qu’avant la pandémie.
  • Bien que l’industrie ait rajouté de nombreux emplois perdus pendant la pandémie, 78% des exploitants déclarent que leur restaurant n’a pas assez d’employés pour répondre à la demande actuelle des clients.
  • 95% des restaurateurs déclarent que leur restaurant a connu des retards d’approvisionnement ou des pénuries d’aliments ou de boissons clés au cours des trois derniers mois.

« La reprise des restaurants de notre pays est officiellement en marche arrière », a déclaré Sean Kennedy, vice-président exécutif des affaires publiques de la National Restaurant Association. « Les effets persistants de la variante delta sont un frein supplémentaire pour une industrie aux prises avec des coûts en hausse et des revenus en baisse. Nous soutenons bon nombre des objectifs de la loi Build Back Better Act, mais la législation est un chèque trop vaste et trop coûteux pour les petites entreprises. Les restaurants ont encore besoin d’aide aujourd’hui et les submerger de nouvelles obligations coûteuses ne fera qu’empêcher les progrès pour inverser le cours de la reprise. »

La lettre soulignait l’opposition de l’Association à plusieurs modifications fiscales envisagées dans le cadre du projet de loi de réconciliation budgétaire qui augmentent considérablement les obligations fiscales et un effort pour apporter des changements drastiques à l’application de la loi nationale sur les relations de travail (NLRA). Il a également exhorté le Congrès à reconstituer le Fonds de revitalisation des restaurants (FRR).

Concrètement, l’Association s’oppose à :

  • Tout plafond sur la section 199A Déduction d’impôt pour les petites entreprises, ce qui priverait les petites entreprises gagnant plus de 400 000 $ ou 500 000 $ de revenu annuel de la capacité de préserver une plus grande partie de leur fonds de roulement. Le plafonnement de la Sec. 199Une déduction aggraverait la lutte financière actuelle de nombreux petits et moyens restaurants et freinerait la croissance des restaurants dans les années à venir.
  • L’abrogation de la base majorée, ce qui ferait du décès un événement imposable pour les entreprises familiales. S’il est mis en œuvre, cela entraînerait une réduction des opérations d’un restaurant, une réduction de l’emploi et la vente d’actifs ou d’emplacements, ce qui causerait plus de chagrin dans la communauté qu’il dessert.
  • Une augmentation du taux de l’impôt sur les sociétés coûtera aux entreprises – y compris les restaurants – plus de 540 milliards de dollars. En tant que deuxième employeur du secteur privé du pays, les restaurants auront moins d’opportunités d’investir dans la croissance et l’expansion des employés.
  • L’ajout d’amendes pour les violations de la NLRA, qui renverserait 85 ans de précédent. Autoriser des amendes de 50 000 $ à 100 000 $ pour chaque violation du droit du travail perturbe l’équilibre de longue date et bien établi dans la loi sur la gestion du travail.

Lire la lettre complète aux dirigeants du Congrès ici.

Le groupe de recherche de la National Restaurant Association a mené l’enquête COVID-19 sur l’impact des restaurants auprès de 4 000 restaurateurs du 7 au 15 septembre 2021. Lisez le rapport des principales conclusions ici.

Pour plus d’informations, visitez Restaurant.org.



★★★★★