Les services juridiques du Parlement qualifient la désobéissance de Torrent : Traiter une proclamation politique

L’ancien président de la Chambre catalane et actuel conseiller municipal est accusé d’avoir permis le vote d’une motion sur l’autodétermination et le rejet de la monarchie

Le Président de la Generalitat, Pere Aragon
Le président de la Generalitat, Pere Aragons, et le ministre des Affaires et du Travail, Roger TorrentEnric FontcubertaEFE
  • Tribunaux Roger Torrent se déclare désobéissant avant de rejoindre la table des négociations avec le gouvernement

La défense de l’ancien président du Parlement et actuel ministre des Affaires Roger Torrent ainsi que celle d’autres anciens membres du conseil d’administration de cette chambre catalane accusés de désobéissance ont reçu un ballon à oxygène dans le processus judiciaire qui est suivi dans le supérieur Cour de justice de Catalogne (TSJC). L’ancien secrétaire général du Parlement Xavier Muro et l’ancien avocat en chef Joan Ridao ont témoigné en tant que témoins dans cette procédure, soulignant que malgré avoir informé les membres du Bureau des avertissements de la Cour constitutionnelle sur le traitement de ces requêtes d’autodétermination et ils les voient comme une vague proclamation politique, sans contenu qui pourrait supposer une désobéissance judiciaire.

Le TSJC enquête sur la plainte du parquet contre Roger Torrent et les anciens membres du Conseil parlementaire Josep Costa, Eusebi Campdepadrs et Adriana Delgado, tous d’ERC et JxCat, considérant qu’ils ont commis une possible désobéissance lors du traitement d’une résolution en faveur du droit à soi. -détermination et désapprobation de la monarchie, que la plénière a votées en novembre 2019. Cependant, la Cour constitutionnelle a expressément interdit ces motions, c’est pourquoi elles n’ont pas été incluses dans le journal officiel du Parlement et n’ont aucune valeur juridique.

En ce sens, les témoins ont rappelé que l’ordonnance du tribunal est arrivée alors que la session plénière était déjà terminée, par courrier électronique, et qu’aucun des prévenus n’avait reçu de notification expresse de l’impossibilité de traiter et de voter sur les résolutions. En outre, ils considèrent qu’ils doivent avoir reçu la commande par voie postale pour qu’elle soit prise en compte à des fins légales.

La motion, approuvée le 12 novembre 2019, a été promue par les groupes de JxCat, ERC et la CUP le 22 octobre, une semaine après la décision de la procs de la Cour suprême, et sa formulation était similaire à d’autres résolutions adoptées il y a des mois par les partis indépendantistes qui avaient été suspendues par la Cour constitutionnelle. Des sources judiciaires ont expliqué au TSJC que les propositions de novembre 2019 n’étaient pas aussi concrètes et concises que les précédentes, et se limitaient à des proclamations politiques sans aucun type de contenu.

Dans leur déclaration devant le juge, Muro et Ridao ont reconnu avoir communiqué au Conseil que le traitement de la résolution en question pourrait donner lieu à des « problèmes » avec la Cour constitutionnelle, mais en raison de son manque de spécificité, ils n’ont pas catégoriquement avertir de son illégalité. . En ce sens, ils ont précisé qu’ils ne s’opposaient pas à ce que la résolution soit traitée, car ils considéraient qu’il ne s’agissait que d’une motion « déclarative », comme beaucoup d’autres que le Parlement avait approuvées auparavant, et bien moins précises que celles que la Constitution avait suspendu il y a des mois.

Les résolutions qui motivent la plainte du parquet désapprouvent la monarchie, en tant qu’institution politique en général, contrairement à une précédente motion suspendue par la Cour constitutionnelle qui fait allusion à la figure de « Sa Majesté le Roi », selon des témoins. Cependant, ils ont rappelé que les motions en faveur de l’autodétermination et contre la monarchie avaient été approuvées en séance plénière le 12 novembre au début, alors que le courriel n’avait pas encore été reçu avec la décision du constitutionnaliste de suspendre la motion. Malgré cela, le TSJC enquête pour savoir si les responsables du Parlement ont avancé l’heure du vote, initialement prévue à 15 heures de l’après-midi, pour éviter l’ordonnance du tribunal.

Les avocats ont corroboré que le courrier électronique de la Cour constitutionnelle est entré dans les ordinateurs du Parlement alors que la résolution avait déjà été votée et ils ont souligné que la notification était volumineuse, car elle comprenait la documentation numérisée, ce qui aurait pu entraîner la réception à être retardé. Comme les personnes enquêtées l’avaient déjà fait dans leur témoignage devant le juge, les témoins ont confirmé qu’une fois reçue la résolution constitutionnelle suspendant la motion, elle n’a pas été publiée au Journal officiel du Parlement.

★★★★★