Des collectivités comme Madrid et Valence ne renforceront pas les inspections commerciales : « Il continuera à être contrôlé comme avant »

Les policiers locaux ne peuvent pas être chargés du contrôle du respect du plan énergétique car ils ne disposent pas « des outils légaux et compétents nécessaires »

Vitrines illuminées dans le Grand V
Vitrines illuminées dans la Gran Va.PUITS DE CARLOS GARCA
  • énergie Les clés des mesures du plan d’économies : pourquoi éteindre les vitrines des magasins réduit-il la consommation de gaz ? Que se passera-t-il en hiver ?
  • crise de l’énergie Scholz exhorte un gazoduc depuis l’Espagne à approvisionner « massivement » l’Allemagne

Minuit dans la Gran Vía de Madrid. La plupart des vitrines ont les projecteurs qui pointent vers les mannequins éteints, mais les écrans gigantesques avec lesquels les vêtements qui sont vendus à l’intérieur des magasins pendant la journée sont annoncés. sont toujours sur. Premier jour où le plan d’économie d’énergie est en vigueur.

Le gouvernement a laissé l’application des sanctions pour non-respect de l’arrêté royal qui le réglemente aux mains des communautés autonomes, qui pourraient atteindre jusqu’à 100 millions d’euros. Et ce sont théoriquement les fonctionnaires qui effectuent les contrôles commerciaux habituels qui doivent désormais s’assurer que les nouvelles mesures sont respectéescomme l’arrêt de l’éclairage nocturne et les limites de température.

Dans certaines polices municipales, comme celle de Madrid, ils ont déjà averti que Ils ne peuvent pas s’occuper de regarder respect du plan d’économies faute d’avoir les outils juridiques et compétents nécessaires. Ils ajoutent également qu’ils ne pourraient pas non plus être guidés par le Règlement des Installations Thermique dans les Bâtiments (RITE) lors de l’imposition d’amendes, car l’application de ce règlement relève de la compétence exclusive des collectivités.

Si on surprend quelqu’un qui roule à 145 km/h sur une route dont la vitesse maximale est de 120 km/h, on sait exactement quelle est la sanction économique et les points sur le permis, car c’est ainsi qu’elle est cataloguée dans la loi sur la sécurité routière. Mais pas avec ce sujet, car il n’y a pas de système de sanction qu’on peut appliquer, explique un porte-parole du corps des agents locaux de la capitale. A cela, il faut ajouter le déficit de la police madrilène, qui compte actuellement un effectif de 5 600 personnes : nous demandons depuis trois ans au gouvernement d’augmenter le taux de remplacement afin d’avoir un effectif plus important.

Pour sa part, dans la Communauté de Madrid, ils soulignent que les règlements approuvés par Moncloa -qui ont l’intention de faire appel à la Cour constitutionnelle- ce qu’ils font, c’est établir des seuils différents de ceux envisagés dans le RITE qui le rendent plus restrictif. En d’autres termes : Il s’agit toujours d’une modification d’une réglementation existante qui fait déjà l’objet d’un suivi.

C’est-à-dire Je sais comment continuer à agir comme il l’a fait jusqu’à présent, mais sous les nouveaux paramètres marqués, ils soulignent dans l’exécutif d’Isabel Díaz Ayuso, dans la même ligne que ce qui a déjà été annoncé par la Communauté valencienne. Les communautés autonomes doivent déjà garantir le respect du RITE avec des plans d’inspection ordinaires déjà conçus. Le contrôle du respect de cet arrêté royal, si on l’ajoute au travail qui a été fait, ajoute sans doute plus d’incertitude et d’insécurité juridique du fait de l’improvisation du gouvernement central, ajoutent-ils.

De la Puerta del Sol, ils insistent sur le fait que c’est Pedro Snchez qui a imposé ce décret royal et qui, par conséquent, doit fournir aux communautés autonomes, chargées de faire appliquer cette mesure, protocole et outils qui doit être mis en place au moment de son application, puisqu’il s’agit d’une action inédite en la matière. Compte tenu des doutes soulevés par la garantie de sa conformité, ajoutent-ils, ils vont s’adresser à la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera, afin qu’elle puisse préciser ce qu’elle entendait exactement par le fait qu’il s’agit d’un premier paquet de mesures simples qui peut être appliqué avec facilité.

Au cours des 10 derniers jours, Ayuso est passée de dire sur Twitter que Madrid ne sortait pas, sous-entendant que dans la région qu’elle préside, la mesure d’éclairage n’allait pas être appliquée, à dénoncer que désormais les seules vitrines de L’Europe qui sera au large sera celle de l’Espagne. Plus précisément ceux de la Gran Via, du moins pour l’instant, ils ne sont qu’à moitié éteints.

★★★★★