Condamné à quatre ans de prison un ancien conseiller du PSOE pour abus de partenaire

Mise à jour

Jeudi,
18
juin
2020

10:59

Gerardo V. a profité de l'état de «semi-conscience» de la jeune femme de 20 ans pour lui proposer de la ramener chez elle et de s'exercer à la toucher. Non prouvé si vous avez utilisé des produits chimiques pour étourdir votre volonté

Gerardo V., dans la présentation

Gerardo V., lors de la présentation de la candidature socialiste au conseil municipal de Massalfassar en avril 2015.
E.M.

  • Éjection.

    Le PSPV expulse un maire de Massalfassar poursuivi pour viol

Quatre ans de prison et cinq ans de probation devront être purgés Gerardo Isidro V., ancien conseiller du PSOE du conseil municipal de Massalfassar (Valence) condamné par le Cour provinciale de Valence reconnu coupable d'avoir abusé d'un collègue de travail à l'été 2018.

Selon ce qui est rapporté dans la condamnation, l'homme condamné de 42 ans a touché la fille, 20 ans plus jeune, alors qu'elle se trouvait état de "semi-conscience". Les deux, en compagnie de plusieurs collègues, se sont rendus le 28 août 2018 à un dîner d'entreprise au cours duquel, selon la victime et plusieurs témoins, la jeune femme n'a pas bu d'alcool. Ensuite, ils ont déménagé dans un bar à cocktails dans le port de Valence, où il en a demandé un et, à son retour des toilettes, Gerardo lui en a offert une seconde. Après les premières gorgées, la jeune femme a eu le vertige et il a proposé de la ramener chez elle.

Comme la troisième section du tribunal de Valence statue maintenant, cette offre était "opportuniste" pour "subrepticement" de la soumettre à des attouchements. Ils montèrent ensemble dans la voiture et furent suivis de près par un autre véhicule dans lequel voyageaient deux autres compagnons. Pendant les dix ou quinze minutes que dura le voyage, "profitant du fait que ses facultés étaient considérablement diminuées par l'alcool ingéré, l'accusé, ému par l'intention de violer sa liberté sexuelle, mit la main sous le short qu'il portait au toucher leur région génitale, ils arrivent à insérer au moins un doigt dans le vagin. "

La victime n'a pas remarqué l'état de torpeur, est sortie du véhicule et était accompagnée d'un compagnon qui avait voyagé dans l'autre véhicule jusqu'à ce qu'elle entre dans le portail de l'immeuble. "Lorsque des heures plus tard, il est arrivé sur le lieu de travail, il a raconté ce qui est arrivé à un collègue, examiné dans un centre hospitalier et déposé une plainte le 31/08/2018", raconte la peine.

Gerardo a-t-il versé quelque chose dans le verre pour l'étourdir? Ce point que le public ne considère pas comme prouvé. Pendant l'instruction, un rapport de l'Institut de médecine légale (IML) de Valence voit les sensations décrites par la jeune fille "compatibles avec une soumission chimique", avec l'utilisation d'une substance pour annuler la volonté, mais ni l'examen gynécologique ni les analyses à laquelle la jeune femme a subi le lendemain de la violence, ils montrent qu'il y avait eu substances chimiques dans votre corps. Cependant, le jugement considère que, quelle que soit l'origine de la semi-conscience de la victime, les abus se sont produits parce que elle n'a pas pu donner son consentement.

<< La requérante a vu ses pouvoirs annulés ou considérablement réduits par les boissons alcoolisées ingérées (n'ayant pas l'habitude de boire de l'alcool). En tout état de cause, même si l'affectation par l'alcool était exclue, l'inexistence du consentement de la requérante aux touches apportées à par l’accusé est incontestable et, par conséquent, sa typicité en tant que abus sexuel inadmissible"dit la Chambre.

En outre, le tribunal rappelle la déclaration de l'accusé selon laquelle il a tenté d'embrasser la jeune femme et s'est arrêté lorsqu'elle a vu qu'elle ne réagissait pas, ce qui "montre que cette nuit-là, l'accusé a manifesté un intérêt sexuel pour la plaignante qu'elle a clairement rejeté", conclut-il.

Expulsé du parti

Gerardo V. était expulsé du PSPV En mars 2019, dès qu'il a su que le 16e tribunal d'instruction de Valence l'avait poursuivi pour abus sexuel. La direction socialiste a accepté son expulsion "immédiate" du parti, qu'il avait rejoint en 2016, en raison de "l'extrême gravité" des accusations.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★