Carles Puigdemont gagne du temps pour plaider et comparaître ce samedi devant le tribunal

Llarena informe l’Italie que le mandat d’arrêt contre Puigdemont est « en vigueur »

Agostinangelo Marras, avocat italien de Puigdemont, s'adresse à la presse à l'entrée du tribunal de Sassari.
Agostinangelo Marras, avocat italien de Puigdemont, s’adresse à la presse à l’entrée du tribunal de Sassari.AFP

L’ancien président de la Generalitat, Carles Puigdemont, comparaîtra ce samedi devant la cour d’appel de Sassari après que le tribunal a examiné la demande de ses avocats de reporter la déclaration. Il était clair que l’équipe juridique représentant Puigdemont voulait gagner du temps et c’est pourquoi ils ont demandé à mieux préparer la comparution devant la cour d’appel, qui doit d’abord se prononcer sur la validité de l’arrestation de l’ancien président à l’aéroport d’Alger hier soir. Ils disposaient d’un délai pouvant aller jusqu’à 72 heures pour célébrer ce processus, mais les juges l’ont avancé jusqu’au juge de midi, ce qui a déclenché toutes les alarmes des avocats du fugitif.

Concrètement, ils ont demandé de reporter leur comparution devant le tribunal car « ils ont besoin de prolonger plus de temps » la préparation de leur défense, puisqu’ils s’attendaient à ce que l’ancien président soit convoqué demain, samedi, bien que le tribunal ait accéléré le traitement ce qui pourrait impliquer que il allait justifier l’arrestation et entamer le processus de délibération pour accepter la demande de la Cour suprême.

Dans le cas où l’arrestation est considérée comme légale, le tribunal évaluera le traitement de l’ordonnance en euros pour la livraison du fugitif en Espagne, ce qui pourrait prendre plus de temps. Les avocats de l’ancien président ont estimé que sa comparution ne serait pas immédiate puisqu’ils estiment que les juges documenteront la décision de la Cour de Luxembourg. En ce sens, l’avocat de l’ancien président catalan, Gonzalo Boye, admet que le crime de sédition est dans le code pénal italien bien que « je ne sais pas ce que cela a à voir avec Puigdemont ».

Il assure également qu’il présentera au tribunal luxembourgeois la demande de mesures très conservatoires pour libérer le dirigeant catalan, malgré le fait que les avocats qui assistent l’ancien président en Italie souhaitent d’abord s’adresser au tribunal de Sassari, qui doit décider s’il l’arrêter, c’était suffisant. Boye a également indiqué que si sa libération conditionnelle est ordonnée dans l’attente d’une résolution finale, Puigdemont peut se rendre au Parlement européen et quitter l’Italie, en raison de son statut de député européen. Il a ajouté que le président « est calme » et que son séjour en prison doit être « facile ».

Ce qui est clair, c’est que le report de la comparution de Puigdemont permettra à toute l’expédition des partis indépendantistes qui composent le gouvernement, avec le président Pere Aragons en tête, d’aller le soutenir sur l’île italienne.

Llarena : la procédure est « active »

Pendant ce temps, l’instructeur de la procédure, le juge Pablo Llarena, a envoyé ce vendredi une lettre officielle au représentant de l’Espagne à Eurojust pour envoyer à la cour d’appel de Sassari (Italie) l’ordonnance européenne de détention et de remise rendue le 14 octobre 2019 contre Carles Puigdemont.

Dans la lettre officielle, le magistrat de la Cour suprême explique aux autorités italiennes que le mandat de perquisition et d’arrêt émis par l’Espagne est toujours « en vigueur » et que la procédure judiciaire dont découle l’Euroorder « est active et en attendant la capture des prévenus. en situation de rébellion », faisant référence à Puigdemont et aux anciens conseillers Toni Comn et Clara Ponsati.

Par ailleurs, le juge Llarena – qui réclame l’ancien président catalan pour les délits de sédition et de détournement de fonds publics – a transmis ce vendredi aux autorités judiciaires italiennes une décision préjudicielle qu’il a soulevée devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) quand la Belgique Il remet en cause la compétence de la Cour suprême pour juger un autre des dirigeants indépendantistes en fuite, en particulier, l’ancien ministre Lluis Puig.

En ce sens, le formateur informe que le traitement de la question préjudicielle précitée « ne modifie pas la situation dans laquelle se trouve actuellement la procédure, sans préjudice du fait qu’elle doit être conforme à l’interprétation du droit européen, et à la stricte questions soulevées, rendent la CJUE « .

Le magistrat communique également à ses collègues italiens, via Eurojust, que la traduction en italien de l’OEDE et de la décision préjudicielle a été demandée.

★★★★★