Borrs affirme désormais que le boycott du 17-A était « déplacé », mais insiste : « Il y a beaucoup de questions » sur la relation entre le CNI et l’imam

Il assure que de JxCat un « silence scrupuleux et respectueux » est gardé dans l’hommage

Boycott indépendantiste embarrassant lors de l’hommage à l’attentat du 17-A en CatalogneLE MONDE
  • politique Le mouvement indépendantiste craque à cause du « misérable » boycott de l’hommage aux victimes du 17-A

« Il est totalement déplacé d’interrompre la minute de silence. » Avec ces mots, la présidente de Junts per Catalunya et ancienne présidente du Parlement, Laura Borrs, a voulu régler la polémique générée hier lors de l’acte d’hommage aux victimes des attentats de Barcelone et de Cambrils à l’occasion du cinquième anniversaire. Un groupe d’indépendantistes qui pensent que l’État est derrière l’attentat a rompu la minute de silence en criant : « L’Espagne est un État meurtrier, nous voulons la vérité, hypocrites », en plus de huer les dirigeants politiques par la suite.

Borrs a semblé apporter son soutien à ce groupe lorsqu’après l’acte il est allé les saluer, ce qui a généré beaucoup de controverse non seulement entre d’autres partis et institutions, puisque l’ERC a rendu le maire de Barcelone moche, mais aussi de son propre parti JxCat qui a regretté le boycott ou encore l’ancien secrétaire général de Junts, Jordi Sánchez, a déclaré que ce n’était pas le moment « de rechercher un leadership politique ».

Cependant, l’ancienne présidente du Parlement a déclaré sur Catalunya Rdio qu’elle et les dirigeants et partisans de Junts ont fait « un silence scrupuleux et respectueux » pendant la minute, puis sont allés saluer un groupe de personnes portant des pancartes avec des slogans tels que ‘ nous exigeons responsabilités » et « nous voulons connaître la vérité » parmi ceux qui étaient des familles de victimes des attentats qui considèrent également qu’il n’y a pas assez d’explications sur le lien présumé entre le CNI et l’imam de Ripoll, cerveau de l’attentat.

« Qu’il y ait eu une centaine de personnes qui ont exigé de connaître la vérité répond au fait que cela fait cinq ans et qu’il y a beaucoup de questions. Les familles et les victimes veulent clarifier les faits, et pas seulement eux, une société qui a vécu ces faits doit pouvoir savoir ce qui s’est passé », a déclaré Borrs, qui a nié avoir salué la personne qui avait rompu la minute de silence en criant « assassins » et qui a ensuite été rejointe par le reste des manifestants indépendantistes. Sur les images, on voit comment le groupe que Borrs a salué a également rompu la minute de silence, bien que l’ancien président ait déclaré que « je ne trouverai aucune vidéo où j’ai salué cette personne », faisant référence au souverainiste qui a lancé le boycott et plus tard à gauche, s’est disputé avec les victimes.

Toujours dans des déclarations dans Rac 1, Borrs a assuré qu’il y avait des proches avec des plates-formes du 17-A, comme celle qui a appelé hier à une concentration à Barcelone pour demander à l’Europe de forcer l’Espagne à enquêter à nouveau sur les attentats, qu’ils continuent « d’avoir des doutes  » sur les attentats. Pour cette raison, l’ancienne présidente considère qu’il est grave que cinq ans plus tard ces revendications n’aient pas été traitées et c’est pourquoi elle a salué les personnes qui ont réclamé cette pétition puisqu’elle estime que les différents avis de la direction du 17-A doivent être « écoutés ». . »

« Les victimes sont toujours sacrées et les actes pour les victimes aussi », a déclaré Borrs, qui a ajouté que ce mercredi était une journée de proéminence pour les victimes et non pour les personnalités. C’est pourquoi elle estime que le boycott était « déplacé » malgré le fait que ceux qui l’ont enfreint l’ont accueillie aux cris de « président » tout en l’encourageant à briser le gouvernement avec ERC : « Le trumpisme », c’est montrer que ce qui n’a pas été arriver arrivé » .

★★★★★