Ayuso prend ses distances avec Feijo et poursuit sa bataille juridique pour les fonds européens

La présidente madrilène refuse de retirer son défi car elle ne voit pas la rectification que la Xunta apprécie

Albert N .
Alberto Nez Feijo et Isabel Daz Ayuso, lors d’un numéro de PP à Madrid.JAVIER BARBANCHO
  • tribunaux Madrid fait appel devant la Cour suprême de la distribution de fonds européens par le gouvernement Sánchez : « C’est intolérable »
  • argent frais Geste de Feijo avec Sánchez : il renonce à dénoncer la distribution des fonds européens devant la Cour suprême

Le président de la La communauté de Madrid, Isabel Daz Ayuso, prend ses distances avec le leader du PP, Alberto Nez Feijo, et a contesté devant la Cour suprême la distribution de fonds européens qu’elle juge illégale. Cette distribution à des communautés spécifiques était arbitraire et il n’y a pas de changement, nous maintenons l’appel, déclare un porte-parole présidentiel à ce journal.

Il s’agit de l’allocation de neuf millions d’euros pour favoriser l’emploi dans le Communauté valencienne, Estrémadure, Navarre Oui pays Basque à la charge des fonds européens approuvés par le Conseil des ministres en octobre dernier. La Gouvernement de Galice Il l’a également considéré comme arbitraire et illégal et Feijo a envoyé une demande au président du gouvernement, Pedro Sánchez, comme étape préalable au deuxième appel d’Isabel Díaz Ayuso devant la Cour suprême. Enfin, tel que publié ce dimanche par EL MUNDO, le président de la Xunta a décidé de renoncer à cette bataille juridique après l’engagement de la deuxième vice-présidente, Yolanda Díaz, d’étendre ces ressources à toutes les communautés autonomes la semaine dernière. Des sources officielles de la Xunta soutiennent que la promesse de Daz de lancer un appel avec de la place pour toutes les communautés représente un redressement et évite une confrontation stérile devant les tribunaux.

Cependant, Díaz Ayuso soutient le point de vue de son conseiller au Trésor, Javier Fernandez-Lasquettyqui considérait la promesse du ministère du Travail dans la Conférence sectorielle emploi depuis mercredi dernier.

Selon les sources consultées, non pas Daz, mais le secrétaire d’État au Travail, Joaqun Pérez Rey, s’est limité à souligner qu’il s’agissait de programmes pilotes, que le montant était sans importance et que si ces plans fonctionnent, ils seront étendus à d’autres communautés, mais sans que Lasquetty perçoive la rectification que Feijo apprécie. En effet, les représentants de plusieurs communautés PP ont demandé plus de précision.

Lasquetty ne voit aucune garantie de corriger le traitement de faveur de quatre communautés autonomes

Ces sources soulignent également que si le président de la Xunta a choisi de prendre des mesures antérieures avec l’exigence susmentionnée, le gouvernement régional de Madrid a décidé de contester directement la Cour suprême car Lasquetty n’a pas eu de réponse à une lettre demandant à Daz des explications sur le décret royal susmentionné. d’octobre.

Le gouvernement régional a annoncé la présentation de son appel le 12 janvier contre la distribution de neuf millions d’euros de fonds européens à quatre communautés dans lesquelles le PSOE participe à leurs gouvernements non pas tant à cause du chiffre, mais à cause du précédent qui suppose. C’est intolérable, disait-il alors au président madrilène.

La distribution était arbitraire. On continue avec la ressource, dit l’exécutif régional

L’exécutif autonome comprend que cette décision a été approuvée sans aucune justification, sans l’avoir annoncée à l’avance lors de la conférence sectorielle et en violation de la répartition des compétences légalement établie en matière d’emploi. A tout cela s’ajoute qu’à aucun moment il n’a été précisé pour quelle raison le reste des administrations régionales ont été écartées de la répartition et de manière discriminatoire, a expliqué le gouvernement régional ce jour-là dans un communiqué.

Pour le gouvernement central, c’est une judiciarisation très inconfortable en raison du signal qu’il suppose pour la Commission européenne que les gouvernements régionaux dénoncent un traitement de faveur avec l’argent européen. Le signal de Feijo a été confirmé à ce journal après sa rencontre avec Pedro Sánchez en Moncloa. Cependant, lors de cette réunion, ils ne sont parvenus à aucun accord sur le problème principal, à savoir l’absence d’accord sur la gestion des fonds européens et sur les priorités à appliquer dans la situation économique actuelle.

★★★★★