Ayuso mène la bataille contre les taxes Sanchez à New York

Deuxième jour de sa visite aux États-Unis

Le président madrilène rencontre des fonds d’investissement, vend la région comme un territoire à faibles impôts face à la politique de la Moncloa et dénonce la tentative de décentralisation des institutions

Ayuso, lors d'un événement lundi à New York.
Ayuso, lors d’un événement lundi à New York.ROB KIMCAM / EFE
  • Entretien « Il n’y a pas de duel entre nous. Nous avons des complicités. Et nous ne voudrions rien de plus que de fêter l’arrivée de Casado à la Moncloa »

Isabel Daz-Ayuso a culminé ce lundi la première partie de sa visite aux Etats-Unis par une réunion de travail avec différents fonds d’investissement à New York, au cours de laquelle elle a défendu sa politique fiscale comme attractive pour continuer à placer la Communauté de Madrid dans le radar d’investissement étranger. Une rencontre dont aucun projet précis n’a émergé, mais qu’elle a conclu satisfaite car elle a pu constater de visu l’intérêt que sa région suscite à l’étranger.

Le président de Madrid s’est assis à une table dans le restaurant ce lundi Fogo do Chao avec des représentants d’une quinzaine de fonds tels que BlackRock, Compass Group, Van Eck ou Greylock, lors d’un déjeuner brésilien dans lequel le leader populaire décrit, une à une, les raisons pour lesquelles Madrid est devenue la région la plus compétitive d’Espagne et un pôle d’attraction pour les investissements étrangers.

Parmi picanha et feijoada, a soufflé sa région comme la locomotive de la croissance nationale avec une contribution à la PIB de près de 20 pour cent. Une communauté où 71 nouvelles entreprises sont créées quotidiennement et que jusqu’à présent en 2021 non seulement 60% des investissements étrangers qui arrivent dans le pays, mais un millier d’entreprises qui avaient leur siège dans d’autres régions du pays ont été créées. Madrid.

Après le déjeuner, il a assuré que ses interlocuteurs avaient fait part de leurs inquiétudes concernant la politique fiscale du gouvernement central ou les tarifs de l’électricité et envoyé un message à la Moncloa. « En tant que gouvernement et en tant que pays, nous devons réformer notre système fiscal pour le rendre plus attrayant et avec moins de bureaucratie », a déclaré Ayuso. « Si la politique fiscale consiste à augmenter les impôts, la première à souffrir est la Communauté de Madrid et c’est pourquoi nous allons continuer défendre qu’ils rendent le marché plus flexible et baisser les impôts », a-t-il insisté.

De New York, il a également profité de l’occasion pour critiquer l’intention du gouvernement de Pedro Sánchez de décentraliser les institutions de Madrid comme une proposition pour arrêter le dépeuplement. « C’est à nouveau une attaque frontale et directe contre Madrid et bien sûr nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour l’empêcher », a prévenu le leader populaire.

PROJETS STAR

Le plat vedette de sa présentation aux investisseurs, qui lui ont montré un intérêt particulier pour des projets tels que Nœud nord, la réforme de Canal d’Isabelle II ou des aménagements urbains tels que Valdebebas ou le renouvellement cité de justice, était l’attrait fiscal des paris sur Madrid, et il a répété son mantra : une communauté qui n’a pas ses propres impôts et qui baisse l’impôt sur le revenu « pour ne pas effrayer l’investissement ».

Il a également assaisonné le menu madrilène de son autre ingrédient clé, le niveau de vie de ses citoyens, avec des services publics de premier ordre, les meilleurs hôpitaux du pays, le cinquième réseau de métro au monde par le nombre de stations et la région. avec le meilleure connectivité en Europe par 4G et fibre optique.

« Ajouter est toujours bon, semer apporte toujours des bénéfices », a résumé Ayuso avant de terminer sa visite dans la Grosse Pomme, où il a débarqué hier avec une défense du castillan. « Je pense que non seulement le voyage n’est pas vain, mais il nous donne de nombreuses idées sur l’endroit où nous devrions continuer », a-t-il conclu.

Le président madrilène a commencé la journée en accordant une interview au directeur d’opinion du journal Le journal de Wall Streetdans l’imposante Sala Sorolla de la Société hispanique et a clôturé la journée avec Michael Bloomberg, le président de l’agence Bloomberg et ancien tout-puissant maire de New York, avant de déménager à Washington poursuivre cette visite où ce mardi elle sera reçue par le Secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, et assistera au gala des prix annuels du Leadership pour les Amériques, et qui culminera avec sa rencontre jeudi avec le Caucus Hispanique du Congrès.

★★★★★