Avant les masques, c’était les marchés : 22 millions de caution pour les commissaires angolais

Pedraz envoie 18 personnes et quatre entreprises en justice pour détournement de fonds du contrat de millionnaire de l’entreprise publique Mercasa en Angola

Siège de Mercasa à Madrid.
Siège de Mercasa à Madrid.JAVIER BARBANCHO
  • mercase Une entreprise publique corrompue dans sept pays
  • bibliothèque de journaux Un folio retrouvé il y a sept ans à Lisbonne, preuve clé dans l’affaire du versement de pots-de-vin à l’Angola

Alors qu’on parle tant de commissions de courtage de marchés publics avec d’autres pays, l’ouverture d’un procès oral vient d’être annoncée pour l’une des premières enquêtes sur ces crimes. Avant les masques, les commissions sont venues construire des marchés. Les dons millionnaires que les particuliers et les personnes morales ont pris se reflètent dans la dernière voiture de la Juge Pedraz, émis ce jeudi : 22 millions d’euros de caution pour assurer le paiement des indemnités pour commissions abusives. Il s’agit de la dernière étape avant le procès oral qui sera tenu par le Affaire Merca.

L’entreprise publique détenue par le SEPI et en charge des marchés alimentaires a fait l’objet d’une enquête de plus de cinq ans par le parquet anti-corruption Conrad Saïz, unité de la criminalité économique UCO et les juges de la mise à mort et Pedraz du Public national. Tout est parti d’une autre affaire de corruption internationale et de commissions millionnaires pour la vente d’armes, la étui Defex, et aussi des enquêtes publiées en exclusivité par ce journal depuis des mois.

Au total, le magistrat a ordonné l’ouverture d’une procédure orale pour 18 personnes, dont des agents publics comme un couple marié. procureurs d’État et les travailleurs de Mercasa. Il y a aussi des hommes d’affaires privés, qui en consortium avec l’entreprise publique ont mis en place la répartition des commissions et sont considérés comme les auteurs matériels des crimes de corruption dans les transactions commerciales internationales, de la poursuite de faux documents, de la poursuite du détournement de fonds publics, du blanchiment d’argent et de l’organisation criminelle.

En outre, le juge siège quatre sociétés sur le banc, dont Mercasa elle-même, qui, cependant, occupe également le poste d’accusation en tant que partie lésée.

Les entreprises enquêtées font référence à la construction d’un grand marché alimentaire à Luanda, la capitale de Angolais, pour laquelle le gouvernement du président d’alors José Eduardo dos Santos Il a versé des centaines de millions de dollars, dont au moins 20 se sont retrouvés dans les poches des accusés, selon les enquêtes.

Les demandes du procureur dans certains cas sont d’environ 30 ans de prison, et dans les cas les plus légers, elles dépassent 20. De plus, tous les accusés devront faire face à des responsabilités économiques extrêmement élevées pour compenser les caisses publiques. Le modus operandi des prévenus était très similaire à ce que l’on voit de nos jours avec des contrats de masques suspects : quelqu’un connaît quelqu’un dans une entreprise ou un organisme public, obtient un contrat international et ensuite tout le monde se partage les commissions.

La grande différence dans ce cas avec ceux des masques est qu’en Angola des fonctionnaires et des membres du gouvernement ont été soudoyés pour obtenir le contrat public, et l’argent a été dépensé par les caisses angolaises et non par les Espagnols. Cependant, le préjudice pour les caisses publiques espagnoles dans ce cas est très clair : l’argent appartenait à l’entreprise publique autorités fiscales pour la partie qui le touche, mais pas l’accusé.

Celui qui a été libéré à cette occasion est le citoyen portugais nationalisé angolais Guilherme Augusto de Oliveira Taveira Pinto, Un fugitif de la justice depuis 2014, que ce journal a retrouvé en fuite dans les rues de Luanda en 2016. Ce fut la première étape de l’enquête journalistique qui a ouvert la Affaire Mercasa : Taveira était commissionnaire et courtier pour l’entreprise publique en Angola.

Sans lui, les paiements aux Angolais soudoyés n’auraient pas été possibles. Cependant, les Portugais ont appris qu’ils enquêtaient sur lui pour les commissions et les pots-de-vin du cas de defex et s’enfuit de sa maison à la périphérie de Lisbonne à Luanda pour éviter l’action de la Justice. Lorsque la police portugaise est partie à sa recherche et a perquisitionné son domicile, elle n’a plus pu le retrouver. Depuis, Interpol a un mandat d’arrêt international contre lui, mais en Angola, il vit protégé, car il n’y a pas d’accord d’extradition avec Espagne.

★★★★★