Armengol et Puig mettent en scène leur alliance et envoient un message au gouvernement : « Il y a une vie intelligente en dehors de Madrid »

Les deux dirigeants socialistes montent un « sommet » entre les îles Baléares et Valence pour exiger un meilleur financement et promouvoir « l’Espagne de la périphérie »

Le président valencien Puig et son hom
Le président valencien Puig et son homologue des Baléares, Armengol, à Palma.Cati CladeraEFE
  • Façade commune. « Créer un ‘Commonwealth’ de la Méditerranée »
  • Régionalisme. Les aspirations fédéralistes d’Armengol

Les gouvernements autonomes de Valence et des îles Baléares organisent actuellement leur alliance en tant que front territorial à Majorque et soulèvent certaines de leurs revendications fédéralistes contre le gouvernement de Pedro Sanchez.

Avec une iconographie typique d’un mini-sommet entre chefs d’État, le président des Baléares Francina Armengol et son homologue valencien Ximo Puig ils se réunissent à Palma avec une importante délégation dirigée par les présidents des deux Cortes, un détail qui donne à l’événement une implication institutionnelle.

En effet, les deux présidents des parlements autonomes, Vicen Thoms et Enric Morera, ont ouvert la rencontre, citant des poètes et chanteurs des deux régions et défendant la nécessité de reconnaître un « État pluriel » et « divers », avec des allusions à Jaime I et la nécessité d’approfondir « l’autonomie gouvernementale » des deux territoires.

Sur le papier, l’objectif officiel de ce qui a été surnommé le « Sommet I Illes Balears-Comunitat Valenciana » vise à renforcer les liens entre les deux régions et à rechercher des synergies avec un accent particulier sur le développement économique et social.

En arrière-plan, cependant, il y a un mouvement stratégique des deux barons socialistes qui s’estompe depuis des mois – depuis que Puig a jeté le gant à Armengol avec l’idée de créer une « Communauté de la Méditerranée » – et qui fait office de contrepoids à la prédominance acquise par la Catalogne dans le conseil politique et dans l’agenda du gouvernement Pedro Sánchez, de la même couleur politique.

Elle intervient aussi à un moment doublement crucial : avec la distribution des fonds européens sur la table. Les deux administrations souhaitent faire entendre leur voix et unir leurs forces pour attirer le plus de ressources possible dans la région. S’ériger en pôle d’influence contre le protagonisme catalan et basque.

Puig a clairement exprimé ses intentions dans une brève déclaration faite ce matin lors de la présentation de l’événement. « Il y a de la vie en dehors de Madrid, même une vie intelligente », Il s’est défendu en expliquant ce qu’il veut démontrer avec cette rencontre entre gouvernements autonomes.

« C’est aussi un pas en avant pour une manière différente de comprendre l’Espagne, une manière de comprendre l’Espagne réelle basée sur de nombreux points de vue, à partir de la diversité et d’une somme permanente d’identités », a ajouté le président valencien.

Comme l’une des grandes revendications, il a appelé au renouvellement du système de financement des communautés autonomes « dès que possible », exigeant qu’il « ne soit pas définitivement reporté ».

De son côté, la socialiste Armengol en a profité pour revendiquer le rôle de « l’Espagne de la périphérie ». « Ce n’est pas un point de départ, mais une continuité » d’un travail commun entre deux territoires qui ont en commun de nombreux enjeux historiques, culturels, économiques, sociaux, l’égalité des chances ou la transition énergétique, s’est défendu le président des Baléares, qu’il a fait valoir qu’avec Puig, ils défendent les intérêts d’une « vraie Espagne très plurielle ».

« Souvent, les décisions prises exclusivement depuis le centre et avec une vision de centralité ne prennent pas en compte la grande diversité qui peuvent apporter des entreprises comme les îles Baléares et la Communauté valencienne « , a déploré.

Armengol a exprimé son souhait que ce Sommet puisse apporter « beaucoup plus loin » les politiques de ces deux territoires.

Au cours de la première journée, il y a eu des colloques entre les représentants des employeurs et des syndicats, avec une forte présence de quelques hommes d’affaires éminents du secteur du tourisme. Demain les deux leaders autonomes interviendront pour présenter leurs conclusions.

★★★★★