Algorithmes et intelligence artificielle contre le chômage : que sera SAE 5.0 à partir de l’année prochaine

L’ancien service andalou de l’emploi, qui n’intervient même pas dans 3% des contrats de travail signés en Andalousie chaque année, a déjà une date de expiration. Ou, du moins, le gouvernement andalou du PP et Cs a fixé 2021 comme l’année de la transformation totale de la SAE vers un modèle plus efficient et efficace, basé sur l’intelligence artificielle et les algorithmes mathématiques comme principal outil contre le chômage et avec un structure renouvelée dans laquelle tous ses travailleurs, qu’ils soient fonctionnaires ou employés, ont des fonctions définies. Exactement le contraire de ce qui s’est passé jusqu’à présent.

Jusqu’à aujourd’hui, dans les bureaux de la SAE, il n’y a généralement que quelques fonctionnaires ayant des fonctions administratives pour s’occuper des plaignants, bien qu’ils ne soient pas seuls et qu’il y ait deux ou trois autres employés avec eux, mais ces pas de fonctions car ce ne sont pas des fonctionnaires. Bref, deux travailleurs sur trois du Service andalou de l’emploi ont des compétences très limitées. Et c’est, entre autres, ce que veut modifier le nouveau modèle promu par le conseiller en emploi dirigé par Roco Blanco, qui comprend un catalogue d’emplois avec une répartition des fonctions qui ne laisse aucun des employés sans corvée.

Car il faut rappeler que le personnel qui compose actuellement la SAE n’est pas uniquement composé de fonctionnaires de carrière. C’est dans cette entité que le gouvernement socialiste de l’époque de Jos Antonio Grin a intégré les travailleurs de différentes entités publiques lorsqu’il a réorganisé le soi-disant administration parallèle. Des agents locaux de promotion de l’emploi (Alpes) aux unités de développement territorial (Utdlt) en passant par l’éteinte Fondation Fonds pour la Formation et l’Emploi (Faffe), tous ces travailleurs sont passés et font aujourd’hui partie du personnel de la SAE, actuellement composé de 3 231 effectifs, dont 1 046 sont des fonctionnaires et le reste, 2 185, sont des ouvriers.

Le nouveau service andalou de l’emploi les aura tous, quelle que soit leur origine et la manière dont ils ont été embauchés -seulement dans la Faffe, la Garde civile a calculé environ 200 branchés parce qu’ils étaient du PSOE- et c’était le ministre de l’Emploi. elle-même qui l’a garanti ce vendredi au staff dans un réunion télématique dans lequel il a présenté le nouveau modèle de gestion.

En fait, il leur a avancé que dans l’esquisse du devis Pour l’année prochaine, les dépenses de tout le personnel actuel de la SAE sont déjà envisagées.

Blanco, selon des sources d’Emploi confirmées à ce journal, a assuré aux travailleurs de la SAE qu’il n’y aurait pas de pas un seul licenciement et que les 3.231 travailleurs intégreront le nouveau SAE, qui selon les prévisions de son département sera à pleine capacité en 2024, puisque la mise en place du nouveau modèle durera deux ans.

En ce qui concerne le modèle, les changements sont reflétés dans un plan de gestion des ressources humaines Cela implique un nouveau catalogue d’emplois, avec une description claire des fonctions, comme le renforcement de la structure et, en plus, la modification de la liste actuelle des emplois afin que les bureaux aient le plus de personnel possible. La réorganisation se fera, selon des critères de compétences et de charge de travail et s’accompagnera de processus de mobilité géographique et fonctionnelle à caractère volontaire.

Comme étape préliminaire pour ordonner le chaos de la SAE, un inventaire des emplois a été fait qui comprend jusqu’à 115 profils.

Et, en outre, un enquête parmi les salariés (auquel 567 ont participé) où 1 500 points forts et 2 000 questions pouvant être améliorées ont été détectés. Parmi les premiers, selon les informations fournies par le conseiller en emploi, l’engagement et le professionnalisme de la main-d’œuvre, leur expérience et leurs capacités techniques ou l’attention personnalisée aux utilisateurs se démarquent. Parmi les points faibles, notamment la nécessité de clarifier les fonctions, d’améliorer les formations et de disposer d’outils informatiques plus performants.

Mais outre la réorganisation des ressources humaines, le plan de l’exécutif de Juanma Moreno pour l’INEM andalou est plus ambitieux et comprend des systèmes de veille économique et de profilage statistique, dont le développement a impliqué un investissement de 1,8 million et 4 millions d’euros, respectivement.

Les systèmes d’intelligence d’affaires fourniront les transformation l’intégration des modèles d’intermédiation et d’orientation, de telle sorte que les processus et le fonctionnement des agences pour l’emploi tendent à s’homogénéiser.

La conception du politiques actives de l’emploi, avec une rationalisation du traitement des programmes et des lignes d’aide. Cela se fera en automatisant les procédures administratives et en les révisant ultérieurement.

La orientation Il apparaît comme l’axe central de la performance de la nouvelle SAE, même si dans le même temps le processus de prise en charge de l’offre et de la demande sera modifié avec un service plus précis et personnalisé.

Big Data

C’est là que le profilage statistique, qui systématisera toutes les informations sur l’offre et la demande sur le marché du travail andalou comme base pour la sélection des candidats et pour l’orientation des utilisateurs. Par exemple, le contexte géographique, le secteur dans lequel vous souhaitez être embauché et dans lequel vous avez de l’expérience, le contexte chronologique ou vos propres caractéristiques telles que la volonté de travailler en vacances ou en équipes seront pris en compte.

Bref, des algorithmes, Big Data et l’intelligence artificielle pour que trouver un emploi dans la fonction publique andalouse ne soit pas un miracle, comme c’est le cas aujourd’hui, et pour anticiper aux évolutions du marché du travail et pouvoir ainsi adapter les politiques actives de l’emploi à la situation de chaque instant.

Ce plan est connu une semaine seulement après que les syndicats, notamment l’Initiative syndicale andalouse (ISA), ont révélé au Parlement andalou – au sein de la commission d’enquête Faffe – le chaos qui règne actuellement dans la SAE. Le secrétaire de l’Action syndicale de l’ISA, Roco Luna, a attiré devant les parlementaires un Service de l’emploi andalou s’est effondré malgré un personnel nombreux et chaotique dans son organisation, avec jusqu’à 14 conventions collectives en vigueur, une pour chacune des entités d’où proviennent ses travailleurs. Un géant qui ne sert pas à grand-chose et dont l’utilité se résumait en une seule phrase : Il est extrêmement rare de trouver un emploi via la SAE.

Les travailleurs qui peuvent effectuer toutes les tâches – en particulier les fonctionnaires – a déclaré Luna, sont fatigués et débordés par l’avalanche d’usagers et doivent servir un public très sensible qui peut se mettre à la hauteur. agressif.

Il faut garder tout cela à l’esprit, dans une communauté où le taux de chômage dépasse les 22 % et le nombre de personnes sans travail avoisine les 800 000.

★★★★★