Afghans arrivés en Espagne il y a un an : « Nous avons besoin de formation pour trouver du travail »

Cherchant à savoir ce qu’il est advenu des Afghans hébergés en Espagne après la chute de Kaboul -le premier vol avec des réfugiés est arrivé à Torrejn de Ardoz il y a tout juste un an aujourd’hui-, nous avons contacté Jawad. Il a été traducteur pour l’armée espagnole et pour ce journal en Afghanistan et vit à Madrid depuis 2018, date à laquelle il a quitté le pays par crainte de représailles des talibans pour sa collaboration avec les Occidentaux.

Jawad connaît non seulement une famille de réfugiés mais propose également la sienne pour le reportage : ses parents et ses frères ont débarqué le 23 août 2021, lors du cinquième vol d’évacués vers l’Espagne. Une fois l’interview et les photographies réalisées, la CEAR (Commission espagnole d’aide aux réfugiés), l’organisme qui gère le refuge dans lequel se trouve la famille, considère que l’exposition médiatique pourrait mettre en danger leurs proches qui sont toujours piégés en Afghanistan, donc il demande que leurs noms et visages ne soient pas publiés.

De dos, donc, sur l’image se trouvent le père (67 ans), la mère (53 ans) et trois de leurs 10 enfants : deux filles, 19 et 17 ans, et le petit garçon, 15 ans. Au refuge ils vivent avec trois autres enfants âgés de 30, 27 et 25 ans, qui avaient été convoqués pour une visite médicale et ne sont donc pas présents à la réunion.

Deux autres enfants finissent par atterrir en Espagne. Ils sont arrivés ce 10 août de Islamabad (Pakistan), qui est à ce jour le dernier vol d’Afghans affrété par le gouvernement espagnol. « Mes parents n’ont pas encore pu les voir parce qu’ils ont été envoyés dans une autre province, ils sont en Guadalajara. Ils disent qu’il n’y a pas de place à Madrid, moins après la guerre en Ukraine, à cause des réfugiés là-bas, Jawad explique pourquoi la famille n’a pas été réunie.

La neuvième fille reste en Afghanistan, attendant sa chance de s’échapper. « Elle est avec son mari et ses enfants, enfermée à la maison. Il y a encore beaucoup de monde et ça ne l’a pas encore touchée. Obtenir un passeport, c’est très difficile », raconte Jawad, qui joue le fils numéro 10.

Le couple afghan et leurs deux filles partagent une chambre à quatre lits dans le foyer d’accueil. Les quatre autres fils qui vivent avec eux sont répartis dans deux chambres avec d’autres résidents. Au total, ils sont environ 24 personnes sur le sol, majoritairement de jeunes Africains. « Nous sommes très reconnaissants aux Espagnols, qui nous ont très bien reçus. Tant les médecins quand nous en avons besoin que la police. Je suis très heureux pour mes enfants, qui peuvent vivre en paix et étudier ici. Nous ne sommes pas du même religion ou de la même langue, mais les Espagnols nous traitent de la même manière. Nous demandons seulement s’il y a une maison un peu à part pour nous seuls. Ici, nous sommes avec beaucoup de célibataires et ils parlent beaucoup et parfois il n’y a pas de place pour cuisinier », dit la mère, qui a besoin de la traduction de Jawad.

En plus du logement, ils reçoivent une aide financière de l’État espagnol. « Ils sont 450 euros pour huit personnes, pour la nourriture. Avant la guerre en Ukraine, c’était bien, c’est arrivé, mais avec quoi les prix ont augmenté… Ensuite, ils les aident aussi avec des fournitures scolaires et autres », explique Jawad.

Le degré d’intégration des membres de la famille en Espagne est inversement proportionnel à leur âge. Les deux jeunes enfants sont inscrits à 3 et 4 de l’ESO et ils commencent à babiller un espagnol qui n’est pas encore tout à fait compréhensible. La jeune fille de 19 ans suit des cours d’espagnol – c’est elle qui le parle le mieux – avec l’intention de perfectionner la langue afin de pouvoir s’inscrire àMédecine, depuis qu’il a fait le Baccalauréat en Afghanistan. « Est-ce que je reviendrai ? Si un jour tout va bien là-bas, il n’y a pas de talibans, oui. Mais je ne reviendrai pas les mains vides, je veux être médecin pour aider mon peuple », dit-elle.

Le paysage de son pays – « les montagnes » – lui manque et ses amis, avec qui elle reste en contact par mobile. « Mes amis me disent qu’ils ne peuvent pas étudier, qu’ils ne peuvent pas quitter la maison, qu’ils ne peuvent pas vivre. Ils me disent que j’ai de la chance d’être hors du pays. S’ils sortent, ils doivent prendrer vêtements longs et tout noir et lunettes sur les yeux. Et une fois qu’ils sont sortis, les talibans les emmènent pour les marier », raconte-t-il. Il ne s’est pas encore fait d’amis en Espagne.

Les trois enfants les plus âgés, ceux qui subissent des examens médicaux, avaient des emplois en Afghanistan. Deux étaient des orfèvres et le troisième, un enseignant. Il y a deux mois, ils ont obtenu le autorisation de travailler ici Mais ils n’ont pas encore trouvé de travail. Comme leurs cadets, ils suivent les cours qui leur sont dispensés pour apprendre la langue. « Ce qui nous préoccupe le plus, c’est la question de la formation. Pour que les jeunes Afghans aient du travail, ils devraient leur fournir une formation », demande Jawad.

Il est venu le 28 novembre 2018 avec sa femme, deux jeunes enfants et un troisième en route. « Si j’avais été en Espagne depuis le début, je n’aurais eu qu’un seul enfant. Là-bas, ma femme et moi travaillions et mes parents s’occupaient d’eux, mais ici tout est plus compliqué », dit-il.

Il avait un avantage sur ses parents et ses frères et sœurs : il connaissait la langue. Il a travaillé ici et là -serveur, garçon de magasin, chez des antiquaires…- et en ce moment il est au chômage. « J’ai suivi un cours de plomberie que j’ai payé moi-même et maintenant j’ai un autre montage de panneaux solairesdont j’ai lu qu’il y a une issue ».

C’est Jawad qui a lancé l’évacuation de sa famille lorsqu’il a vu à la télévision comment, le 15 août 2021, Kaboul est tombée. « J’étais inquiet, très très inquiet, et le 16 j’ai contacté les militaires et ils m’ont demandé de la liste avec les noms de mes proches ».

Ses parents et les six frères arrivés le 23 août ont passé cinq jours à faire des allers-retours à l’aéroport sans pouvoir repartir. « Les talibans ont battu ma sœur avec un fouet et mon père aussi. Ma mère s’est évanouie plusieurs fois à l’entrée de l’aéroport », raconte l’une des filles. Le reste de la fratrie devait voyager sur un vol ultérieur, mais les attentats du 26 août à l’aéroport l’ont empêché et ils n’ont pas pu le faire jusqu’à présent. .

Comme d’habitude, ils ont apporté quelques produits de leur pays, des pistaches, des amandes et des bonbons au caramel, avec lesquels ils nous font des cadeaux. « Ici, nous nous sentons très à l’aise, très calmes, en paix. Bien que nous ne soyons pas d’ici et que nous ne comprenions pas la langue, les gens nous accueillent avec le sourire. On n’a pas entendu un seul jour de coups de feu ou quoi que ce soit, alors que c’est normal d’entendre des explosions là-bas », raconte le patriarche qui, comme sa mère, ne dit pas un seul mot en espagnol lors de l’entretien.

« Dis-nous ce que tu fais un jour donné », avons-nous demandé à la mère.

-On va au parc une fois par jour et là on est le reste du temps avec les célibataires, qui parfois ne nous laissent pas cuisiner.

★★★★★