92% des jeunes valenciens, inquiets d'infecter Covid à quelqu'un de leur entourage

Mercredi,
12
août
2020

14:40

Cela ressort d'une enquête menée par le Consell Valenci de la Joventud et l'IVAJ. 40% des jeunes estiment que le confinement a affecté leur santé mentale

Le président de la CVJ, Pilar Blasco.

Le président de la CVJ, Pilar Blasco.
EFE

60% des jeunes valenciens âgés de 12 à 30 ans se disent préoccupés par la capture de Covid et 92% par l'infection de leur environnement. Cela ressort clairement de la première partie d'une étude commandée par le Consell Valenci de la Joventud (CVJ) et l'Institut Valenci de la Joventut (IVAJ) sur l'impact de la pandémie et la nouvelle normalité. "Ils montrent qu'ils ont un degré élevé de sensibilisation et ce n'est pas l'image qui est transférée. Blâmer une partie de la population pour les flambées qui se produisent n'aide pas à sortir de cette situation », a souligné lors de la présentation de l'étude Pilar Blasco, président du Conseil de la jeunesse de Valence.

L'étude décrit également comment les jeunes ont vécu le confinement dans les conséquences qu'il a eues sur leur économie, leur éducation et leur santé. Quatre jeunes valenciens sur 10 entre 12 et 30 ans considèrent que l'enfermement par le Covid a affecté leur santé mentale et 80% reconnaissent l'anxiété en raison de l'incertitude vécue. De plus, 72% ont réussi l'accouchement avec leurs parents parce qu'ils n'étaient pas émancipés et 12% ont dû retourner au domicile familial. 34% ont conservé leur emploi, mais un quart d'entre eux ont télétravaillé et ont subi un ERTE.

Le rapport fait également la distinction entre la façon dont il a affecté les hommes et les femmes, ces dernières étant les plus touchées. Plus de la moitié des femmes ont souffert de stress ou anxiété, bien qu'ils admettent avoir amélioré leur santé physique en passant plus de temps à faire de l'exercice.

Dans la partie physique, les pires conséquences ont été subies par les mineurs entre 12 et 18 ans, «car ils ont vu leur activité physique", prévient Blasco.

Problèmes socio-économiques

Certaines des conclusions de l'enquête portent sur des problèmes qui existent déjà chez les jeunes et que la quarantaine a exacerbés. L'un d'eux est l'émancipation. 72,6% n'étaient pas émancipés avant le coronavirus et quatre sur cinq admettent qu'ils le peuvent. «L'étude montre également un écart entre les sexes: il y a plus de jeunes femmes émancipées, mais parce qu'elles vivent avec leur partenaire, tandis que les hommes deviennent seuls indépendants», explique Blasco.

Quatre jeunes sur dix ont également besoin d'une aide financière spécifique de leur famille et 22% sont revenus pour en dépendre financièrement avec un profil très spécifique: femme entre 25 et 30 ans et étrangère.

En général, la perception des jeunes est que leurs conditions de travail se sont dégradées. 33,9% ont conservé leur emploi, mais ont constaté une «augmentation non rémunérée du temps de travail due au télétravail», également majoritaire chez les femmes, ou ont subi des ERTE (25%). "Près de 65% pensent que la situation est actuellement mauvaise et demandent plus d'aide à l'emploi des jeunes", résume Blasco.

L'enseignement à distance

Malgré le fait que 80% aient réussi le cours, 74,3% des jeunes interrogés admettent avoir éprouvé pendant la détention des «difficultés d'apprentissage à distance», ce que 63% attribuent à "manque de soutien des enseignants" et 59% évoquent un manque de concentration dû à la situation sociale et sanitaire. "Elle se présente comme un grand défi pour le ministère de l'Innovation et la direction générale de la lutte contre la fracture numérique, d'autant plus que 35% des jeunes font un usage commun de leur ordinateur", a averti le président.

Relations sociales

90% des jeunes ont maintenu leurs relations sociales pendant leur enfermement grâce au mobile (98%) avec des applications telles que les appels vidéo et le réseau WhatsApp, qu'ils ont utilisé 72,7%. La moitié de leur temps a été consacré à la formation, mais ils ont concentré leurs loisirs sur plates-formes de série (70%) et cuisine (62%), et les femmes ont opté pour en train de lire (43,7%) tandis que les hommes optent pour le jeux en ligne et consoles. Encore, près de 80% admettent s'ennuyer pendant l'accouchement.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★