Ximo Puig appelle à une « seconde transition territoriale » pour que « l’Espagne nous offre ce qui nous correspond »

Le président valencien la « sensibilité du gouvernement » à maintenir « le droit à la différence sans différence de droits ». Il encourage « la voix valencienne qui demande justice » dans le financement et la décentralisation et s’engage à « étendre la Generalitat » à toute la Communauté

Ximo Puig, lors de son discours au Sal
Ximo Puig, lors de son discours au Saln de Corts du Palau de la Generalitat.EFE

Le président de la Generalitat, Ximo Puig, a de nouveau lancé un message au gouvernement espagnol dans son discours institutionnel du 9 octobre d’exiger une « seconde transition territoriale » et de nouveaux pactes d’autonomie garantissant « la justice » avec des territoires comme le Communauté Valencienne. « Maintenant qu’il y a un gouvernement plus sensible à la diversité, il faut garantir le droit à la différence sans différence de droits », a-t-il exigé.

Le chef du Consell a affirmé que, d’une position « constructive », les trois des principales revendications qui ont déplacé son discours depuis des mois, lorsque la voie du dépassement de la pandémie cède la place à celle de la « renaissance »: financement, finis-le « dumping fiscal » et la décentralisation des établissements. « L’histoire nous laisse des signes et la Communauté valencienne a désormais un double objectif : que l’Espagne nous offre ce qui nous correspond – paraphrasant l’hymne valencien – et dirige une Espagne plus juste. Nous ne les laisserons pas nous envoyer au coin des provinciaux. La voix valencienne d’être présente « , a déclaré Puig, qui a insisté sur le fait que la Communauté est désormais un  » territoire de référence  » dans le pays et une  » voix respectée « , après avoir laissé derrière elle  » la stigmatisation de la corruption  » et avoir réussi le  » test décisif  » « de la pandémie » avec rigueur « , qui a  » rendu visible et renforcé  » la capacité d’autonomie.

Pour Puig, ce 9 d’Octubre est le « plus porteur d’espoir de l’histoire récente » et marque le pas « vers une nouvelle vie » après une pandémie dans laquelle, « malgré tout », les Valenciens ont « résisté ». C’est pourquoi elle incite désormais les gens à demander justice, comme le faisaient les mouvements des Germanas il y a 500 ans, dans lesquels les classes populaires s’unissaient pour exiger plus de justice et une richesse mieux répartie. « Es hora de acabar con las viejas desigualdades y el remedio para ello es la justicia », que resumi el social, contra la precariedad laboral, de gnero, para acabar con la violencia machista y generacional, para garantizar oportunidades a los jvenes y acompaar a les plus âgés.

Le président valencien a également fait un guide dans son discours à ceux qui le récriminent qu’il ne respecte pas la décentralisation requise en Espagne dans la Communauté valencienne. Pour cette raison, à l’occasion du 40e anniversaire du premier gouvernement autonome, il s’est engagé à « étirer la Generalitat politiquement, économiquement et émotionnellement au-delà des Palaos  » et de raccourcir les distances avec et de  » construire des ponts  » avec toutes les régions de la Communauté. Diviser et affronter les Valenciens serait une grave erreur car un peuple uni est toujours plus fort. « 

Possibilité de réclamer

La revendication de Puig n’était pas suffisante pour l’opposition. Du PP, son président Carlos MaznIl a assuré qu’il aimait que le chef du Consell « ait revendiqué devant deux ministres du gouvernement espagnol des questions aussi importantes que l’eau, les infrastructures ou le financement ». « Ça n’a pas été comme ça et nous n’allons pas rater ces opportunités », a déclaré Mazn.

De Ciudadanos, le valencien disputé Mara Muoz a déploré le manque « d’autocritique et d’humilité du président », tandis que le Botnic a salué le début d’un temps pour se justifier. « A commencer par la nécessité d’un Etat qui part du principe qu’il s’agit d’un pays très décentralisé qui doit faire des pas vers un Etat fédéral et reconnaître que notre autonomie est appauvrie et a besoin d’un financement équitable », a déclaré le socialiste. Manolo Mata. Pour Fran ferri (Comproms) a souligné qu’il est temps de « travailler ensemble pour continuer à renforcer les services publics et générer des emplois de qualité », ce qui signifie exiger un financement équitable. « Sans financement équitable, il est très difficile pour les Valenciens de pouvoir partir dans les mêmes conditions que le reste des régions autonomes », a-t-il souligné.

Pour sa part, Pilar Lima (Pouvons) con considère très intéressants les fronts ouverts par le président sur un horizon qui permettra d’aborder des questions telles que « le pays vers lequel on veut aller ou comment organiser le modèle étatique, ou obtenir un financement équitable, également lié à une politique fiscale équitable . »

Vox était la seule formation de l’arc parlementaire valencien qui a assisté à l’acte institutionnel aux Palaos, le considérant comme « une auto-promotion du Botnic ».

★★★★★