Vox officialise devant la Cour constitutionnelle son recours contre la loi pandémie du Pays basque

Macarena Olona, ​​Marta Castro et Amaia Martnez dénoncent le texte approuvé en juin, comprenant qu’une « vaccination obligatoire » est imposée

Macarena Olona, ​​​​au Congrès des députés.
Macarena Olona, ​​​​au Congrès des députés.

Vox remonte à son grand outil du législateur : la Cour constitutionnelle. La formation de Santiago Abascal est devenue le parti qui livre le plus de bataille devant cette instance et celui qui a obtenu d’importants triomphes politiques.

A cette occasion, la délégation légale de Vox a formalisé un recours en inconstitutionnalité contre la loi basque sur la pandémie. La porte-parole du Parlement Macarena Olona, ​​la secrétaire juridique adjointe, Marta Castro et la députée au Parlement basque, Amaia Martnez, sont venues à la Cour pour présenter l’appel avec lequel ils tentent d’empêcher une loi qui, selon eux, impose une « vaccination obligatoire » .

La loi a été approuvée par le gouvernement basque le 24 juin avec les votes en faveur du PNV, du PSE et de Podemos. « Nous avons eu recours à la loi autonome car il y a des motifs d’échec constitutionnel, Vox fait un pas en avant pour empêcher Urkullu de devenir un véritable vice-roi dans un royaume de Taifa. Nous voulons le principe d’égalité entre tous les Espagnols. imposer est un État dictatorial », dit Macarena Olona.

La porte-parole de Vox comprend que « quand on descend aux articles de la loi basque, on se rend compte qu’un état dictatorial est en train d’être imposé sur ce territoire. Ce qui est imposé avec cette loi, c’est la possibilité d’imposer une vaccination obligatoire aux citoyens basques, soumission obligatoire de PCR ou de criblage ».

De même, Olona a alerté que « le changement de régime qui est prévu au niveau national (avec la réforme de la loi sur la sécurité nationale) a déjà été imposé au Pays basque avec cette loi ». Il comprend que les articles 42 et 43 du règlement basque envisagent la possibilité de mobilisation et de saisie de ressources et de biens privés. « Ces articles prévoient des sanctions pour ceux qui refusent de délivrer ces prestations et biens personnels à l’Etat réclamés par les autorités sanitaires, avec des amendes pouvant aller jusqu’à 60.000 et 600.000 euros. »

Le député VOX considère que la loi basque viole les articles 17, 19 et 21 de la Constitution espagnole, et rappelle que lorsque le gouvernement a relâché l’obligation pour les Espagnols de porter le masque à l’extérieur, « le même jour, le Parlement basque a voté pour Veuillez forcer les citoyens basques à utiliser des masques à l’extérieur ».

★★★★★