Une employabilité élevée déclenche la demande d’étudier les mathématiques

En seulement cinq ans, les candidatures pour obtenir ce diplôme ont triplé. Pour chaque candidat qui entre, il y en a deux qui restent dehors

Un participant à un congrès international de mathématiques
Un participant à un congrès international de mathématiques à Valence.JOS CUELLAR
  • Travail L’avenir du travail passe par l’union des formations technologiques et artistiques

Au début du 21e siècle, plusieurs facultés de mathématiques étaient sur le point de fermer en raison du manque d’intérêt pour leurs études. Mais la demande a triplé en seulement cinq ans et maintenant les seuils sont aussi élevés que ceux de la médecine. Pour entrer dans ce cours, par exemple, dans le double diplôme en mathématiques et physique de l’Université Complutense de Madrid, un 13,85 sur 14 a été requis.

Selon les données du Système Intégré d’Information Universitaire de la Ministère des Universités, Les élèves pré-inscrits en première option sont passés de 2 750 en 2015/2016 à 8 275 en 2021/2022.

La demande pour les carrières en sciences humaines et sociales a à peine augmenté pendant cette période, et les femmes ingénieures non plus, mais, en retour, les candidatures pour les sciences ont explosé, en particulier pour la médecine (elle a augmenté de 67 %), les soins infirmiers (107 %) , physique et chimie (53 %) ou informatique (43 %).

En mathématiques, les diplômes proposés par les universités sont passés de 40 à 54 au cours des six dernières années et les places disponibles ont augmenté de 27 %. Pour chaque candidat qui entre, il y en a deux qui restent dehors.

Dans le ‘White Book of Mathematics’, coordonné par la Société royale espagnole de mathématiques, ce « boom » est attribué à la forte employabilité des diplômés et aux attentes de spécialisation liées à la science des données. Selon l’enquête de l’INE sur l’insertion professionnelle des diplômés universitaires, le taux de chômage en 2019 de ceux qui ont étudié cette carrière n’était que de 3,7 %.

outils statistiques

Au cours des 15 dernières années, il y a eu un changement très important dans le monde des affaires : de plus en plus d’outils mathématiques et statistiques sont utilisés pour prendre des décisions, faire des prévisions et automatiser les processus. Ce changement a commencé dans le secteur de la technologie et s’est déjà étendu à presque tous les types d’entreprises. Cela signifie que la demande de main-d’œuvre pour les diplômés en mathématiques est très élevée et qu’en général, des salaires élevés sont offerts, explique Xavier Ros-Oton, Professeur de Mathématiques et d’Informatique à la Université de Barcelone et chercheur à l’Icrea, en plus d’être le jeune mathématicien de son âge le plus cité au monde.

Ros-Oton, qui a de nombreux collègues de carrière travaillant chez Google et Facebook ou dans des cabinets de conseil en stratégie, avoue que le profil de l’étudiant s’est complètement transformé : Avant, l’image était que les diplômés étaient des enseignants du secondaire. Si un étudiant aimait et était bon en mathématiques, un ingénieur était probablement son choix. Aujourd’hui la donne a changé et beaucoup d’étudiantes de ce profil choisissent les Mathématiques : le profil s’est rapproché de celui de certaines femmes ingénieures.

Ce changement a provoqué un deuxième effet : que les filles ne choisissent plus autant que dans les années 80 et 90 d’étudier cette matière. Il y avait alors autant d’étudiantes que d’étudiants inscrits en Mathématiques, même les filles étaient parfois plus nombreuses que les garçons. Mais depuis 2007, la situation a commencé à changer. C’est là que le fameux écart entre les sexes de Stem a commencé. Juste avant la crise économique, la demande a commencé à s’accélérer chez les garçons et à stagner chez les filles.

Le changement de profil a également fait évoluer la proportion de filles, et actuellement la proportion de filles est proche de celle des ingénieurs, indique Ros-Oton. Actuellement, seuls 36% des inscrits à ce diplôme sont des femmes.

Quand j’étudiais la race, on était autant de garçons que de filles en classe, rappelez-vous Ferdinand Blasco, Professeur de mathématiques à l’Université polytechnique de Madrid, qui a lancé l’année dernière le premier diplôme de mathématiques sur ce campus, avec une demande de 3 500 étudiants pour 45 places.

Taux de rendement

Blasco, président de la Commission de diffusion de la Société royale espagnole de mathématiques, estime qu’un changement similaire chez les filles s’est produit avec le diplôme en informatique. Dans les deux cas, cela souligne le manque de modèles féminins et un profil d’emploi différent. Et cela malgré le fait qu’en mathématiques, ils ont de meilleurs taux de performance et d’évaluation et qu’ils abandonnent moins.

La forte augmentation de la demande a causé deux autres problèmes. La première est qu’il n’y a pas assez de diplômés qui veulent se consacrer à l’enseignement, ce qui fait que ces places sont comblées par d’autres diplômés qui n’ont pas les mêmes connaissances qu’un mathématicien de carrière. Ceux qui enseignent les mathématiques dans les lycées ne sont plus des mathématiciens. Ils sont économistes, chimistes, architectes ou ingénieurs, précise Blasco.

Le deuxième problème est qu’en demandant une note de sélectivité aussi élevée, de nombreux jeunes qui seraient intéressés par cette carrière mais qui ne peuvent pas le faire faute de places sont laissés pour compte, ajoute Ros-Oton. C’est le cas, précise Blasco, des élèves qui participent habituellement aux Olympiades des mathématiques et qui sont très bons dans cette matière. Comme dans d’autres matières, ils ne sont pas si excellents, ils sont laissés de côté, car pour avoir une note de 13,8, ils doivent être pratiquement parfaits et obtenir 10 en tout, pas seulement en mathématiques.

Ros-Oton propose comme solutions d’augmenter l’offre de places et de concevoir un diplôme spécifique destiné à former les futurs professeurs de Mathématiques. Cependant, pour le moment, rien n’est fait à ce sujet, car ces changements rapides sont très difficiles pour les universités, ajoute-t-il.

★★★★★