Une douzaine de policiers anti-émeute déplacés à Albacete en raison de la crise des travailleurs saisonniers sont infectés par Covid-19

Mercredi,
26
août
2020

17:36

Le syndicat de la police de Jupol exige des critères de sécurité et que la police soit considérée comme un «personnel à risque»

La police

La police a coupé l'accès à une route vers Albacete en raison du confinement de travailleurs temporaires, le 5 août.
EFE

  • Direct.

    Dernière minute sur la crise des coronavirus

  • Les faits.

    Une centaine de travailleurs temporaires sautent les restrictions à Albacete

Une dizaine d'agents des unités d'intervention de la police Albacete ont attrapé un coronavirus au cours des dernières heures. Les agents, appartenant aux unités de Malaga et Séville, s'est rendu dans la ville de La Mancha pour faire face à une situation sanitaire résultant de l'enfermement forcé de travailleurs saisonniers dans la région.

Selon des sources policières expliquées à ce journal, dix agents de l'UIP (Unité d'intervention policière) sont isolés et le reste de leurs unités a été transféré à la base et retiré des déploiements spéciaux.

Les agents ont été transférés de plusieurs provinces pour participer à l'opération qui a adopté des mesures pour faire face à l'ordre judiciaire de séquestration des personnes de la colonie de la Autoroute Las Peas.

Les détenus doivent rester dans les chambres d'un hôtel d'Albacete où ils se trouvent depuis le début de l'opération spéciale.

Manque de troupes à Albacete

La Direction générale de la police a renforcé l'opération dans la ville d'Albacete après les altercations survenues le 19 juillet, lorsqu'une centaine d'immigrants de la colonie illégale susmentionnée ont violé l'ordre de détention et organisé une manifestation, avec quelques moments de violence. , au confluent de l'autoroute Circunvalacin et de la rue Rosario.

Compte tenu du manque de troupes à Albacete, des unités spécialisées dans le contrôle de masse Valence, Toledo, Saragosse, Madrid, Séville et Malaga.

Neuf agents sont confinés après avoir été testés positifs. De la police, il est affirmé que ces personnes infectées n'avaient rien à voir avec le déploiement visant à arrêter les travailleurs temporaires d'Albacete.

Ils assurent qu'il s'agit du deuxième envoi de troupes déplacées et que «tout indique une contagion parmi eux». Ils précisent que malgré les aspects positifs, aucun n'est admis. Les personnes infectées par le coronavirus appartiennent à l'indicatif Daims 40.

18 août, un agent fiévreux

C'est le 18 août qu'un des agents de l'UIP en poste à Albacete a présenté une fièvre. Il a subi un test PCR. Même sans le résultat, l'agent est resté avec ses compagnons. Dans l'après-midi du lendemain, son état positif a été confirmé et il a été isolé.

Haut expliquer de la Union de JupolLe 21 août, des tests PCR ont été effectués sur tous les agents commandés jusqu'à Albacete et sept nouveaux positifs de policiers en service ont déjà été confirmés.

Dès ce mercredi, à Albacete tous les infectés et deux membres de Jupol sont confinés qui restent avec eux pour vérifier leur évolution. Les autres ont été envoyés dans leurs bases respectives.

Du syndicat majoritaire, ils soulignent: "Nous demandons depuis longtemps un protocole d'action lorsqu'il y a ce type d'intervention auprès de personnes suspectées ou confirmées positives au Covid-19".

Ils nécessitent un protocole de sécurité

De ce syndicat ils réclament un protocole d'action clair pour savoir comment agir et isoler dans ces cas, "car il y a eu des cas d'isolement de personnes dans le couloir d'un poste de police, un lieu où passent des collègues", souligne le syndicat à propos d'un cas vivait dans un poste de police en Espagne.

D'autre part, de Jupol, ils demandent "que des critères de sécurité clairs soient appliqués, que la police soit considérée comme du personnel à risque et que tous les agents soient dotés des équipements de protection individuelle nécessaires et en quantité suffisante".

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

★★★★★