Un institut de Séville approuve subitement les huit échecs d’un étudiant qui n’est même pas allé en classe

Les enseignants dénoncent les pressions pour relever la note des élèves. Ils prédisent que le nouveau décret gouvernemental provoquera de l’arbitraire et davantage de litiges avec les parents

Isabelle Cela
Isabel Cela cède le portefeuille à Pilar Alegra.EFE
  • Éducation Isabel Cela élimine les échecs comme critère pour redoubler et obtenir le titre dans l’enseignement obligatoire
  • Éducation La sélectivité la plus inégale commence : neuf autonomies permettent des examens avec échecs et huit nécessitent de tout faire approuver

L’Institut Flix Rodriguez de la Fuente de Séville a soudainement approuvé un étudiant de 2 de l’ESO les huit matières qu’il avait échouées même s’il n’allait même pas en classe. La mère a porté plainte et les enseignants, qui avaient confirmé tous les échecs les jours précédents, ont pris du recul et ont modifié ses notes.

Les procès-verbaux des réunions de service, auxquels EL MUNDO a eu accès, montrent comment le passé 24 juin La mère a demandé une révision en faisant valoir que l’élève a été négligée et qu’une exception aurait pu être faite dans son cas. Il se trouve que le garçon a un dossier d’absentéisme ouvert. La mère a affirmé qu’il était asthmatique pour ne pas l’emmener à l’institut, mais n’a pas présenté de dispense médicale qui lui permettrait d’étudier à domicile pour se protéger du Covid-19. Selon le Conseiller en éducation de la Junte d’Andalousie, l’absence n’est pas justifiée et être asthmatique ne l’empêche pas d’assister aux cours.

Dans les jours qui ont suivi la réclamation de la mère, les huit services se sont réunis et ont étudié le cas. Ils ont contribué plus de 100 e-mails où l’on voit qu’ils ont essayé d’aider le mineur et lui ont accordé une attention télématique en Moodle. Un par un, les enseignants ont décidé de ratifier les huit échecs car, ayant suivi l’élève conformément à la législation en vigueur, la moyenne des notes dans les différentes compétences n’a pas atteint la note approuvée. L’étudiant a remis des travaux et a passé des examens en face-à-face, mais n’a pas atteint le minimum requis.

Mais ensuite, le directeur est arrivé et leur a dit qu’ils devaient approuver l’étudiant car, sinon, ils auraient des problèmes, selon des sources présentes dans cette conversation. Il leur a dit que l’inspecteur l’avait appelé et lui avait dit que l’appel allait aller de l’avant pour ne pas avoir accordé l’attention voulue à l’élève, ajoutent-ils. Les professeurs se sont mis très en colère, mais ils se sont revus le 29 juin et ils décidèrent, cette fois, d’approuver les huit échecs.

Pourquoi Afin de ne pas les avoir, répondent les mêmes sources. Le procès-verbal montre comment il est passé d’échec à suffisant dans les huit matières : L’inspection considère que l’attention pédagogique a été insuffisante. Par conséquent, afin de ne pas encourir d’irrégularités dans les garanties procédurales de l’évaluation, l’étudiant est agréé.

Le Conseil ouvre une enquête

Ce journal a contacté la réalisatrice pour obtenir sa version, mais elle a refusé de donner une explication. Ils ont été offerts par le conseiller, qui dit qu’ils n’ont jamais eu de cas aussi frappant que celui-ci. Il a ouvert une enquête pour élucider pourquoi il a été décidé de modifier l’évaluation du jour au lendemain et de parler avec chaque enseignant et avec le directeur pour justifier un changement de critères qu’ils ne partagent pas du tout.

Il indique qu’il s’agit d’une décision prise par le centre dans le cadre de son autonomie et non à la demande de l’Inspection. En fait, il a été prouvé que les enseignants veillaient à ce que le garçon puisse suivre les cours et essayaient de l’aider autant que possible. Nous rejetons ce qui s’est passé. Nous défendons la culture de l’effort et l’étudiant doit démontrer qu’il a acquis les compétences pour pouvoir passer, soulignent-ils dans le département de Javier Imbroda (Citoyens).

A l’institut, situé dans le quartier populaire de Pin montagnard, ils se plaignent que le mot s’est répandu que si un parent se plaint, ils approuvent leur enfant et assurent que ce n’est pas le seul cas qui s’est produit dans ce centre et dans d’autres. Des titres et des matières sont donnés et cela se traduit par le niveau des élèves, qui se dégrade, dénoncent-ils.

Les enseignants d’autres Communautés autonomes s’indignent également et accusent les décrets approuvés par l’ancienne ministre Isabel Cela lors des deux derniers cours et que le ministère prépare pour cela. 2021/22 Oui 2022/23 qui permettent de réussir le cours et d’obtenir le titre en cas d’échec. Cela fait deux ans que la main a été ouverte et tout le monde a été approuvé, dit-il. Mario Gutirrez, de CSIF. Les enseignants en ont marre parce qu’ils suspendent un élève et, si ses collègues votent pour lui au jury d’évaluation, il passe. Ça a été comme ça avec le Covid mais ça se fera aussi avec le Lomloe.

Le CSIF prédit que le nouvel arrêté royal d’évaluation entraînera plus d’arbitraire dans la qualification des élèves et générera une insécurité juridique pour les enseignants, en plus de multiplier les litiges avec les parents. Selon plusieurs professeurs, depuis l’annonce du gouvernement que personne ne sera laissé pour compte et que le redoublement sera exceptionnel, ils subissent des pressions de leurs supérieurs pour évaluer avec souplesse. En réalité, avec les nouveaux critères il n’est même pas nécessaire qu’ils soient approuvés, puisqu’il est déjà légal de passer avec des échecs, mais ils ont causé tellement de confusion que les instituts ne savent pas comment agir.

Plainte des enseignants au Médiateur

Dans le IES Brianda de Mendoza de Guadalajara les enseignants ont recueilli des signatures et déposé une plainte auprès du Défenseur du peuple pour protester contre la décision du Délégation Provinciale de l’Éducation réussir deux étudiants ayant échoué à un module de l’une des classes de PF enseigné.

L’administration transforme le système éducatif en égout et ce que l’arrêté du ministère dit est une sanction légale de choses qui se passent déjà, dénonce-t-il Daniel Ruiz Castillo, le professeur de Commerce international d’où proviennent les suspensions annulées. Beaucoup d’étudiants qui ont travaillé pour obtenir le module ne comprennent pas pourquoi d’autres obtiennent le prix sans essayer, se plaint-il.

Un autre professeur de Langue et littérature espagnoles de la région de Talavera (Tolède) Il dénonce aussi des pressions pour lever la main : Les équipes de direction nous disent qu’il serait opportun d’aider les étudiants car ils ont passé un mauvais moment et que, si nous échouons, nous devons le certifier de manière exhaustive. J’ai un collègue qui, à ce stade de juillet, présente encore des documents pour justifier son échec devant l’inspection. Les parents se plaignent et, si nous échouons beaucoup, l’institut donne une mauvaise image. J’avoue que j’ai moi-même approuvé un étudiant avec un 4 parce que je ne voulais pas de problèmes.

MADRID MISE EN GARDE : LES DEVALUATIONS SERONT DEVALUEES

Vendredi, le ministère et la CCAA se sont rencontrés pour préparer le Conférence du secteur de l’éducation qui aura lieu mercredi. Au cours de la réunion, Madrid a exprimé son opposition au projet d’arrêté royal d’évaluation, qu’il considère comme totalement nuisible car, dans sa dernière version, il élimine la capacité des gouvernements régionaux à fixer les orientations, laissant toute la responsabilité entre les mains du équipes pédagogiques.

Selon des sources éducatives madrilènes, dans le dernier projet, le gouvernement fait une négligence absolue des fonctions, en supprimant le nombre de suspensions avec lesquelles on peut passer ou non le cours et obtenir ou non le titre, et, en plus, il empêche la LACC de mettre des limites, ce qui conduira à une disparité de critères entre certains centres et d’autres. Madrid mène un mouvement d’opposition au décret car il aura des conséquences négatives incalculables, puisqu’il va à l’encontre de l’un des piliers fondamentaux de l’éducation, celui de l’effort et conduira à une dévaluation des diplômes. Le gouvernement a l’intention de céder les titres, laissant de côté et condamnant la connaissance à une inutilité absolue, disent-ils dans le ministre de Enrique Ossorio, qu’ils rappellent que c’est la première fois qu’une norme permet d’apparaître à la Selectividad avec des échecs.

L’inspecteur Vicente Alcaiz, ancien directeur de l’Institut d’évaluation du ministère de l’Éducation, explique que ce cours a déjà vu un plus grand nombre de plaintes de parents essayant de forcer l’approbation de leurs enfants. S’il n’est pas clairement établi lors de sa promotion et de sa graduation, en nombre de matières avec évaluation négative, il y a un risque d’augmenter fortement le contentieux, puisque le jury d’évaluation pédagogique doit justifier et argumenter beaucoup le pourquoi de sa décision, mais il être des griefs comparatifs s’ils ne sont pas objectivement soutenus, exprime-t-il. Une zone grise peut s’ouvrir et de nombreuses plaintes nous parviendront.

★★★★★