‘Tndem’ ouvre le macro-essai au réseau Villarejo

Le Tribunal national commence ce mercredi à juger l’ancien commissaire et 26 autres personnes pour les trois premières enquêtes conclues dans l’affaire

Jos
Jos Manuel Villarejo apparaît dans la ‘Commission Cuisine’ du Congrès.BASSIN
  • Justice La Cour accepte de libérer Villarejo dans trois affaires, mais continue d’être emprisonnée pour d’autres enquêtes
  • José Manuel Villarejo Toutes les informations sur l’ancien commissaire

Le Tribunal National entame ce mercredi les procès contre Jos Manuel Villarejo pour le Cas tandem, l’opération qui a permis de découvrir en 2017 le hangar qui, selon Poursuivre, a organisé le commissaire pour offrir des services privés lorsqu’il était encore en activité. Il s’agit, en réalité, d’un macro-procès, car le tribunal a accepté, contrairement aux critères du procureur, de regrouper les trois premières enquêtes conclues contre l’ancien commissaire en une seule audience orale. Sur le banc des soi-disant pièces Fer, Terre et Peintre 27 personnes seront assises.

La chose la plus importante à propos du procès est que vous serez le premier. Aucune des trois questions abordées ne fait partie du bloc économique ou politique le plus important. Mais ils seront d’une grande importance pour clarifier le terrain sur lequel ils évolueront, si, comme cela est prévisible, ils sont jugés, les cas d’embauche du commissaire par des entreprises telles que Repsol, Iberdrola ou Planète.

CRIMES. Les trois affaires jugées ont un tronc commun : une personne ou une entreprise embauchée Cenyt, L’entreprise de Villarejo, afin qu’avec ses contacts et ses connaissances, il puisse les aider dans tout litige commercial. Cette embauche supposerait un crime de corruption, puisque Villarejo était encore un commissaire actif.

Villarejo et son entourage, selon les accusations, recherchaient des informations confidentielles ou compromettantes sur un rival, pour lesquelles ils auraient utilisé des méthodes illégales, comme l’espionnage téléphonique. Cette activité se traduit par de multiples délits de divulgation de secrets privés ou d’entreprise. Dans l’une des causes, compte tenu des intentions avec lesquelles le matériel a été obtenu, dans un crime d’extorsion. Dans le processus de paiement à Villarejo, de faux documents ont été générés qui ont abouti à des délits de falsification documentaire. Dans les travaux, le trafic d’influence a également été utilisé pour obtenir les données.

LES PEINES. Au total, pour les trois accusations qui vont être jugées, le procureur anticorruption demande plus de 100 ans de prison pour Villarejo. Malgré la lourdeur du chiffre, plus que la somme totale Villarejo et son avocat, Antonio Jos Garca Carmona, sera attentif à sa décomposition, dont dépendra la peine de prison effective maximale. La loi la fixe à trois fois la plus élevée des peines infligées individuellement pour chaque infraction. Dans ce cas, la demande la plus sévère du procureur est de six ans pour corruption. Si le tribunal les imposait, ils seraient 18 ans de prison même si beaucoup plus étaient imposés. Le macro-procès commence alors que l’arrestation de Villarejo est sur le point de s’achever quatre ans, la peine maximale de prison provisoire. L’impossibilité de prononcer une sentence avant cette date a conduit l’Audience à laisser l’ancien commissaire en liberté provisoire. Cela signifie qu’atteindre le siège spécial de la cour à San Fernando de Henares.

Défendeurs. Le protagoniste Villarejo sera accompagné des personnes accusées de l’avoir engagé, ainsi que de sa femme, de son fils et de son principal partenaire à Cenyt, l’avocat Rafael Redondo. Également d’autres employés de l’entreprise et des enquêteurs privés qui ont collaboré avec lui. Et un autre commandement de police important, l’ancien commissaire chargé de la Unité centrale d’appui opérationnel (UCAO) Enrique Garca Castao. Avec lui, d’autres policiers qui auraient participé aux enquêtes. Un fonctionnaire du Trésor est accusé d’avoir offert des données fiscales confidentielles.

POUVONS. Villarejo est l’expression maximale des égouts de l’État, selon Podemos. Cela a abouti à la formation exerçant l’accusation populaire dans les affaires contre le commissaire à la retraite. Bien qu’il l’ait fait sans tambour ni trompette, présentant des actes d’accusation qui demandaient moins de condamnations que ceux d’Anti-Corruption.

‘PIÈCE DE FER’. C’était la première pièce du Cas tandem qui a été envoyé en jugement. Il se concentre sur l’embauche de Villarejo par le cabinet d’avocats Forgeron et associés d’enquêter sur une entreprise rivale créée par d’anciens associés, qu’ils soupçonnaient. Selon le juge, l’ordonnance comportait l’obtention illégale d’informations et de données à caractère confidentiel – trafic d’appels, mouvements bancaires, informations fiscales et sociales, etc. – relatives à son concurrent. Dans cette affaire avec 14 prévenus, l’accusation la plus dure du procureur contre Villarejo est formulée : 57 ans de prison.

‘PEINTRE PIECE’. Ici, la pétition pour Villarejo est pour 14 ans de prison. La raison, l’ordonnance que l’employeur lui a rendue Juan Muoz Tamara -Le mari de l’hôtesse Ana Rosa Quintana– et son frère pour enquêter sur un ancien partenaire qui avait des dettes avec eux. L’espionnage a atteint son avocat, dont ils ont obtenu un enregistrement de consommation de drogue dans une boîte de nuit.

« TERRAIN DE PIÈCE ». Villarejo est entré dans la guerre familiale de la famille Cereceda, développeur de l’urbanisation luxueuse La Finca. Une soeur, Suzanne, est accusé et un autre, Yolande, exerce l’accusation. Selon le juge, il s’agissait de découvrir des données à caractère strictement personnel et intime pour les utiliser comme instrument de pression en sa faveur dans les controverses économiques sur le patrimoine social et familial. Ici, le procureur demande 38 ans et 10 mois pour Villarejo.

LES ACCORDS. Ces derniers mois, le procureur anticorruption a conclu des accords avec certains accusés pour reconnaître les actes criminels en échange de réductions de peine spectaculaires, en. Les accords ont atteint les trois parties. Par exemple, l’accusation contre Susana Cereceda, initialement âgée de 17 ans, a été réduite à seulement deux, ce qui lui permettrait d’éviter une entrée effective en prison. Les frères Muoz Tamara ont également accepté. Les huit ans de la pétition initiale seront de 11 mois. Selon des sources de l’Audience, également dans le Pièce de fer Certains partenaires ont accepté de reconnaître les faits en échange d’un meilleur traitement de la part du parquet. Malgré les accords, le bureau du procureur n’est pas le seul acte d’accusation, de sorte que les réductions ne garantissent pas que des sanctions plus sévères ne seront pas imposées aux personnes réclamées par l’anti-corruption.

★★★★★