Susana Daz démissionne de son poste de députée au Parlement andalou après avoir convenu avec Juan Espadas de présider une commission au Sénat

L’ancien secrétaire général du PSOE-A, battu aux primaires par les Espadas, est passé de récolter 4 921 euros au Parlement à 6 560 euros au Sénat

Susana D
Susana Daz et Juan Espadas, le 28 juin au siège des socialistes andalous.PSOE-A

Le cauchemar qu’ont vécu Juan Espadas, secrétaire général du PSOE andalou, et toute son équipe ces dernières semaines est terminé. Au moins pour l’instant. La sénatrice déjà socialiste, ancienne présidente de la Junta de Andaluca et ancienne secrétaire générale du PSOE-A, Susana Daz, a terminé renoncer à son acte en tant que député au Parlement andalou.

Après avoir été paresseuse, l’ancienne toute-puissante Susana Daz a démissionné de son siège après avoir convenu avec Espadas de présider une commission au Sénat, comme l’explique ce samedi le PSOE-A, à travers une note.

Il y est détaillé que Juan Espadas et Susana Daz ont tenu une « réunion de travail », qui ne précise pas quand, au cours de laquelle ils ont abordé « pour la première fois » la démission de l’acte de députée « pour se consacrer à ses nouvelles responsabilités de sénatrice par nomination autonome ».

Il n’y a pas d’incompatibilité légal de maintenir le siège de député au Parlement andalou lors de l’accès au Sénat au nom de la communauté autonome, à condition que les affectations de salaire liées à l’un des postes institutionnels soient levées. Cependant, il n’a pas été convenu par Susana Daz avec Juan Espadas, qui l’a battue aux primaires.

Après la confusion provoquée dans l’environnement de Juan Espadas par Susana Daz elle-même, alors qu’elle assistait à la dernière session plénière du Parlement andalou et cherchait à se faire remarquer en discutant amicalement avec la présidente du conseil d’administration, Juanma Moreno, le PSOE-A affirme maintenant que le plan de Espadas pour que Daz renonce à son acte de député « a compté sur le réponse fidèle de l’ancien président, dans les mêmes termes respect et collaboration ce qu’il a toujours déclaré publiquement. »

Ainsi, et dans le cadre de « relation fluide » qu’Espadas et Daz « ont maintenu » -selon le PSOE-A- « le processus commencé en juillet avec l’élection du nouveau secrétaire général et le début de cette nouvelle étape du PSOE d’Andalousie est achevé », qui sera achevé dans le prochain congrès du bureau régional de Torremolinos, les 6 et 7 novembre, dans lequel le nouvel exécutif sera choisi.

Plus de salaire

Susana Daz quitte le Parlement andalou pour le Sénat en recevant un salaire plus élevé. Passer de la 4 921,69 euros revenu mensuel brut perçu par la Chambre andalouse des 6 560,42 euros brutes à ensacher à la Chambre haute.

Au Sénat, Susana Daz perçoit 3 050,66 euros bruts par mois -comme tous les sénateurs-, auxquels il faut ajouter les plus 1 551,74 euros bruts par mois pour la présidence d’une commission. Ce samedi, au la toile de la Chambre haute, l’ancien secrétaire général du PSOE-A ne s’est présenté en tant que président d’aucune commission, mais seulement en tant que membre de quatre commissions : la Constitutionnelle ; celui de la Fonction Publique ; celui de l’Industrie, du Tourisme et du Commerce ; et celui de Suplicatorios. Être vocal n’implique aucune rémunération supplémentaire.

De plus, Susana Daz recevra 1 958,02 euros pour les régimes pour avoir été sénateur d’une circonscription autre que Madrid. Ce montant est destiné à couvrir les dépenses nécessaires à l’exercice de son travail de sénatrice.

Pas même dans son Blog Même sur ses réseaux sociaux, Susana Daz n’a fait aucune mention de sa démission de l’acte de députée au Parlement andalou ce samedi. Le 16 septembre, deux jours après avoir pris possession de son siège au Sénat, Susana Daz tenait pour acquis qu’elle allait présider un comité au Sénat. Dans son Blog Le texte suivant apparaît : « C’est une grande responsabilité de représenter les Andalous à la Chambre haute, et de le faire également dans les Commissions constitutionnelles, la Commission de la fonction publique et présider la Commission de l’industrie, du tourisme et du commerce.

Dans la même entrée, il proclamait qu’il allait se consacrer, « comme toujours dans le corps et l’âme« pour » rapprocher le Sénat de la rue et démontrer que les institutions sont utiles pour résoudre les problèmes des citoyens si ceux d’entre nous qui les représentent s’engagent. »

Rassemblements à la télévision

Le travail au Sénat s’accompagne de rencontres télévisées. Le 17 septembre, Susana Daz fera sa première dans Le programme Ana Rosa, sur Telecinco, partageant une table de discussion avec la porte-parole de Vox au Congrès, Macarena Olona, ​​​​et avec l’ancienne porte-parole du PP dans cette même chambre, Cayetana Álvarez de Toledo. Lundi dernier, c’était aussi ses débuts en Tout est mensonge, l’espace présenté par Risto Mejide, dans lequel il a coïncidé avec l’ancien ministre du PP Jos Manuel Garca-Margallo.

La commission Faffe

Bien que Susana Daz ait démissionné de son poste de députée, elle devra peut-être se rendre prochainement à l’ancien hôpital de las Cinco Llagas, siège du Parlement andalou. Comme EL MUNDO l’a rapporté, l’ancien secrétaire général du PSOE-A fait partie des personnes citées par la commission d’enquête qui se tient à la Chambre andalouse sur la Faffe, la fondation créée par les précédents gouvernements andalous du PSOE qui est devenu une source de corruption.

L’ancien président, qui était conseiller municipal lors de la liquidation de Faffe, avait déjà été convoqué le 7 novembre 2019 pour donner des explications au Parlement, mais ensuite plante aux parlementaires, affirmant que la convocation n’avait pas été exécutée correctement.

Selon l’ordre de convocation, et compte tenu du fait que les séances ont lieu toutes les deux semaines, l’ancien dirigeant du PSOE andalou devra comparaître fin octobre, quelques jours seulement avant la date prévue du congrès du parti au cours duquel Juan Espadas achèvera le processus de transition, comme il l’a lui-même appelé, vers le parti en configurant son exécutif.

★★★★★