Sánchez a déjà son chèque de bourse d’études: 400 euros à un million d’étudiants l’année prochaine

Annonce plus de contenu de programmation informatique et de pensée computationnelle après l’avoir réduit dans le programme nouvellement approuvé

Pilier Joie
Pilar Alegra écoute le débat depuis son siège au Congrès.MaréchalEPE
  • Débat Sánchez arrache son rôle à Podemos : taxes sur le bouquetin et plus de subventions
  • voter Les mesures de Sánchez vous ont-elles convaincu ?

Pedro Sánchez a contreprogrammé Isabel Díaz Ayuso dans ses deux offres éducatives les plus populaires : les bourses et la robotique. Le président du gouvernement a déjà son chèque de bourse, comme le président de Madrid, ce qui signifiera 400 euros supplémentaires pour un million d’étudiants de plus de 16 ans qui bénéficient déjà d’une aide au baccalauréat, en FP ou à l’université.

La mesure a semé la confusion au sein du gouvernement. Sánchez a avancé lors du Débat sur l’état de la Nation que ces étudiants auront entre septembre et décembre 100 euros par mois en plus de ceux qu’ils reçoivent déjà, ce qui se traduit par une injection de 400 euros. Plus tard, des sources de Ministère de l’Éducation ils ont prolongé la période subventionnée jusqu’en juin, ce qui signifiait 600 euros supplémentaires ; soit un total de 1 000 euros par cours, 46 % de plus que ce que les étudiants reçoivent.

Mais Moncloa a déclaré qu’il ne pouvait pas faire de promesses pour le cours à venir car elles dépendent d’une négociation des budgets généraux de l’État qui n’a pas encore eu lieu et qu’ils ne voulaient pas générer de « fausses attentes ». L’Éducation a donc dû reculer et revenir à l’idée originale de Sánchez, avec un engagement de 400 euros seulement jusqu’en décembre, bien que ces 600 euros figureront dans la proposition de budget du gouvernement.

La bourse moyenne actuelle est de 2 173 euros par an (2 892 euros pour les étudiants universitaires et 1 606 euros pour les étudiants non universitaires). Pour l’instant, il y aura 400 millions d’euros supplémentaires aux 2 134 millions déjà budgétés pour les bourses et les aides aux études pour l’année universitaire 2022/23. Contrairement à la mesure d’Ayuso, le supplément est uniquement pour les faibles revenus (un couple avec un enfant ne peut pas gagner plus de 38 800 euros) et est plus exigeant (au moins le boursier doit obtenir un 5 et plus il a d’argent, plus il obtient de bonnes notes, plus l’argent qu’ils obtiennent). , tandis que dans ceux de Madrid il est seulement demandé de ne pas avoir répété le cours).

Sánchez n’a pas manqué l’occasion d’utiliser le chèque de bourse d’Ayuso pour piquer Feijo depuis les tribunes : Après la bourse pour les riches, vont-ils proposer un Imserso aux millionnaires à Bora Bora ?

Les informaticiens s’étaient plaints

D’autre part, Sánchez a annoncé hier plus de programmation informatique pour tous les élèves, à partir du même stade de Infant. C’est une nouvelle réponse à la La communauté de Madridqui a défendu l’enseignement du langage informatique depuis, en 2015/2016, avec Cristina Cifuentes, elle a introduit un sujet spécifique de technologie, programmation et robotique à l’ESO.

Sánchez veut que six millions d’élèves de la petite enfance, du primaire et de l’ESO apprennent codage et la robotique, bien qu’on ne comprenne pas bien pourquoi ils n’ont pas inclus plus de compétences informatiques à Lomloe dans les programmes récemment approuvés.

En effet, les informaticiens se sont plaints que leur matière avait considérablement diminué au Baccalauréat : dans la liste des matières elle n’apparaissait plus technologies de l’information et de la communication (TIC), celui avec la loi Wert était proposé à la fois en première et en deuxième année. Et le PSOE a même voté contre un amendement du PP pour lancer un plan de formation des enseignants aux compétences numériques et à la programmation, ce qui est justement ce qui a été annoncé ce mardi.

Actuellement, il y a un sujet spécifique de La technologie dans ESO, mais pas dans les étapes précédentes. Désormais, ces contenus vont être renforcés à cette étape et à d’autres en donnant plus de ressources aux centres éducatifs, en formant et en soutenant les enseignants et en préparant du matériel pédagogique, expliquent-ils au ministère. Il y aura 356 millions d’euros pour que les enseignants apprennent à programmer.

La grande nouveauté est que, sur ce montant, 120 millions d’euros seront versés aux Communautés autonomes pour qu’elles embauchent un chiffre inédit : les assistants de classe. Ce sont des spécialistes de la programmation et de la robotique qui apporteront une assistance technique aux enseignants de leurs classes et les formeront à la robotique et codage.

★★★★★