Puigdemont appelle à occuper à nouveau les écoles à la veille du 1-O

Le Consell per la República veut diriger le mouvement indépendantiste contre le pactisme de l’ERC

Carles Puigdemont intervient à Perpi
Carles Puigdemont intervient à Perpin (France) lors de l’événement Consell de la República, en février 2020.David ZorracinoPRESSE EUROPÉENNE
  • politique La suspension de Laura Borrs encourage la guerre civile des héritiers de Puigdemont
  • 1-O Tout sur le référendum illégal

Cinq ans plus tard, le mouvement indépendantiste catalan est resté comme une lutte entre les deux partis qui composent le Gouvernement, ERC et JxCat, pour avoir contrôlé un électorat d’un peu plus d’un million et demi de voix. Ce sont eux qui garantissent Catalogneavec la loi électorale actuelle, dominez des institutions telles que la Generalitat et soyez en mesure de gérer les ressources publiques et de nommer vos plus fidèles partisans à des postes.

Avec cette idée, le Conseil pour la Républiquedirigé par l’ancien président de la Generalitat Carles Puigdemont (JxCat), veut anticiper l’Esquerra Republicana et rassembler les revendications souveraines prévues pour le cinquième anniversaire du 1-O, surtout alors que nous sommes aux portes de 2023 avec des élections municipales qui auront lieu des rencontres viscérales entre les deux formations dans quelques villes importantes de la communauté.

Pour cette raison, JxCat fait appel au pica et à la validité du résultat du référendum unilatéral de 1-O et veut le célébrer avec des concentrations et des protestations qui reviennent pour récupérer cet esprit combatif, malgré le fait que l’ERC est plus long la voie du pacte et de l’accord avec un gouvernement de Pedro Sánchez beaucoup plus réceptif aux revendications nationalistes de maintien au pouvoir.

Plus précisément, le Consell per la República prépare une démonstration sur 1-O dans le Arc de Triomf à Barcelonebien que les célébrations du cinquième anniversaire du vote commenceront la veille, comme expliqué à Efe Antoine Castell, responsable des relations institutionnelles de l’organisme dirigé par Puigdemont. Concrètement, dans la nuit du 30 septembre, les citoyens sont sommés de retourner dans les écoles où ils ont passé la nuit avant de voter le lendemain il y a cinq ans pour rappeler que dans certains centres il y a eu des violences policières pour empêcher le référendum interdit par la Cour constitutionnelle .

Nous voulons qu’il soit très clair que nous avons gagné sur 1-O et que, par conséquent, cette victoire est toujours valable, a assuré Castell, qui a souligné que l’entrée nocturne dans les écoles sera un préalable à la concentration et à l’acte politique de 1- O sur cinq heures de l’après-midi à l’Arc de Triomf. Ces appels entendent prétendre que le référendum était légal sous la protection d’une loi du Parlement suspendue par la Constitutionnelle, que ce jour-là remporta massivement le s à l’indépendance et que le résultat est toujours valable. Pour cette raison, le Consell considère que ce soutien à la souveraineté légitime politiquement et démocratiquement toute action démocratique pour devenir un État indépendant.

Appel à manifester à Barcelone cinq ans après

Ce 1-O ne peut pas être seulement une justification de ce qui s’est passé il y a cinq ans, il doit aussi être un acte de réaffirmation, car ce résultat nous légitime politiquement. Ce 1-O doit marquer un avant et un après, il doit y avoir un changement de cycle, a souligné Castell, qui est également porte-parole de Démocrates de Catalogne. C’est pourquoi il attend un acte massif dans lequel les entités, le citoyen, les partis et les institutions se serrent à nouveau la main.

De cette façon, le Consell, contrôlé par JxCat, veut utiliser les éphémérides pour envoyer un avertissement à l’ERC qu’ils veulent s’imposer comme le phare de l’indépendance en revenant sur la voie de la confrontation et de l’unilatéralisme qui a conduit la Catalogne à une confrontation interne. , entre partisans et adversaires de la sécession, et avec l’État, qui l’a résolu par l’application de l’article 155 du Constitution.

Pour obtenir plus de soutien à cet unilatéralisme, le Consell veut mobiliser à nouveau la population, en précisant que l’objectif est l’indépendance et en expliquant comment y parvenir, d’autant plus qu’il y a de moins en moins de sécessionnistes selon le dernier baromètre du Centre d’études d’opinion de la Generalitat.

Le Consell mettra l’accent sur l’idée que l’État a fait faillite sur le territoire catalan parce qu’il a exercé la violence sur 1-O tandis que le mouvement indépendantiste a gagné parce que pour la première fois les institutions, les partis politiques, la société civile organisée et les citoyens ont agi ensemble. Malgré cet argument, cinq ans plus tard, la Catalogne n’est pas indépendante.

L’organisation de Carles Puigdemont, qui interviendra télématiquement depuis la Belgique, veut avoir des représentants de l’ANC, du Mnium Culturel, du Association des communes pour l’indépendance (AMI), le Syndicat intersyndical-CSC et la Chambre de commerce de Barcelone.

★★★★★