Pedro Snchez annonce 100 millions pour la santé mentale et un téléphone 24h/24 pour prévenir le suicide

Une étude indique que la pandémie de coronavirus a provoqué une augmentation significative du nombre de personnes souffrant de dépression ou d’anxiété en 2020

Sanchez annonce 100 millions pour la santé mentale et un téléphone 24h/24 pour prévenir le suicideLE MONDE (Vidéo)

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a annoncé une Plan d’action pour la santé mentale être doté de 100 millions d’euros et disposer d’un numéro de téléphone 24h/24 pour la prévention du suicide.

Ce type de service d’assistance téléphonique à l’échelle nationale était constamment demandé par les experts en prévention du suicide et les victimes. Actuellement offert uniquement par La mairie de Barcelone gratuitement (900.92.55.55.) et des associations telles que la main courante (Madrid): 911.385.385 et le Espoir Téléphone: 717.003.717.

5,8% de la population espagnole souffre d’anxiété et un pourcentage similaire souffre de dépression. Ce qui conduit des centaines de milliers de personnes à vivre avec des tranquillisants, des relaxants, des antidépresseurs ou des somnifères. Ces chiffres avertissent qu’il y a des problèmes « structurels » auxquels il faut faire face car ils sont plus répandus qu’on ne le croit.

« Nous devons les rendre visibles et y réagir. Notre responsabilité est d’agir », a déclaré le président du gouvernement lors d’un événement intitulé « Santé mentale et Covid-19 ». Plan d’action », organisé dans le Palais de la Moncloa à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, qui est célébrée ce dimanche, à laquelle ont participé la ministre de la Santé, Carolina Darias, et des personnes qui ont témoigné de leur expérience avec ce type de circonstances.

Dans cet acte, Sánchez a averti que seulement parmi la population jeune, il y a sept millions de personnes qui ont souffert ou continuent de souffrir d’un certain type de problème de santé mentale. Et maintenant, les autorités sont alarmées car elles estiment que les données actuelles sont encore « pires » en raison de l’impact de la pandémie, principalement parmi les groupes vulnérables.

Il y a des raisons de s’inquiéter. Il est approuvé par une étude publiée dans la revue La Lancette dans laquelle il est précisé que le Covid aurait provoqué une augmentation significative du nombre de personnes ayant souffert de dépression ou d’anxiété en 2020, notamment chez les femmes et les très jeunes.

Pédopsychiatre, campagne de sensibilisation…

En ce sens, le Président du Gouvernement a opté pour « des soins de qualité et spécialisés en santé mentale à tous les niveaux du système de santé » au sein d’un Plan d’action 2021-2024 sur la santé mentale qui, en outre, s’accompagnera d’une « revue » de la stratégie dans ce domaine.

Ainsi, en plus d’annoncer les 100 millions dont sera doté ce plan, il a détaillé cinq lignes d’action. L’un des plus pertinents est la création d’un numéro de téléphone national pour prévenir le suicide. Il sera lancé « au cours des prochaines semaines » et sera un service d’information 24h/24, gratuit et confidentiel.

Offrir des soins et un soutien professionnels face au comportement suicidaire de la personne touchée et des membres de sa famille. Disposer d’une « orientation rapide » vers les services correspondants en cas de risques de crise. Rappelons que le suicide est la première cause de décès chez les jeunes après les accidents de la circulation.

Une deuxième ligne d’action consiste à promouvoir la spécialité de pédopsychiatrie, car les enfants et les jeunes sont très vulnérables. Ces places spécifiques s’ajouteront à celles déjà offertes en santé mentale. De manière complémentaire, l’accent est mis sur « l’amélioration des soins » dans les hôpitaux et les centres de soins primaires et la formation du personnel sera encouragée.

Une autre mesure est de « lutter contre la stigmatisation » et pour cela une campagne nationale sera menée pour « rendre visible » ces maladies, les sensibiliser et « combattre » les préjugés qui entourent ce type de troubles et les stigmates subis par les personnes qui souffrent d’eux. Le fait que l’événement d’aujourd’hui ait été organisé au Palacio de La Moncloa est un premier pas dans ce sens.

« Personne n’est à l’abri de la subir »

Il existe un quatrième axe qui aborde la prévention des conduites addictives « avec ou sans substance » qui génèrent souvent de l’anxiété ou de la dépression. Il y a un point d’attention particulier à ce qui a à voir avec les technologies de l’information et de la communication, notamment le mobile, Internet ou les réseaux sociaux. Ce sont des milieux particulièrement délicats pour les jeunes, car c’est pour eux l’une de leurs principales fenêtres sur le monde et où ils développent leurs relations sociales.

Cela rejoint le dernier des axes : la promotion du bien-être émotionnel. Une fois de plus, l’accent est mis sur l’enfance, l’adolescence et le reste des groupes vulnérables, tels que les personnes âgées, les personnes handicapées et les femmes. Plus la vulnérabilité est grande, plus les risques augmentent. Et la pandémie a creusé ces écarts.

Sanchez a averti que « personne n’est à l’abri » de souffrir d’un problème de santé mentale. Pour cette raison, il a souligné qu’il était temps de relever ce « grand défi » avec un plan d’action qui s’attaque à la situation. Outre les annonces de mise en œuvre de mesures, le président a déclaré que le reste des lignes sera conçu avec les communautés autonomes du Conseil interterritorial de la santé, où les régions ont « beaucoup à dire » pour faire face à une stratégie nationale.

★★★★★