Pedro Sánchez rejette la comparaison avec le Portugal et assure que « la législature durera jusqu’en 2023 »

  • Sommet Pedro Sánchez essaie d’apaiser la tension en saluant Calvio et Daz, et le ministre du Travail répond par un geste d’amour
  • gouvernement Yolanda Daz traîne Pedro Snchez à s’expliquer avec la réforme du travail sans dire un mot au cours des derniers jours

Le sommet bilatéral hispano-portugais qui s’est tenu ce jeudi à Trujillo (Cceres) est venu au pire moment pour les plus hauts dirigeants de Espagne et le Portugal, les socialistes Pedro Sánchez et Antnio Costa. Tous deux gouvernent en minorité soutenue par des partis situés plus à gauche dans l’arc parlementaire. Le premier, l’Espagnol, affronte ces jours-ci l’un des moments les plus délicats, sinon le plus, de son accord de gouvernement avec Podemos, qui ébranle la coalition. Le Premier ministre portugais se dirige vers des élections anticipées au début de l’année prochaine. Et cette instabilité a inexorablement marqué cette 23e rencontre entre les deux pays, qui est désormais promise à se tenir chaque année.

Cependant, et contrairement – comme Pedro Sánchez lui-même l’a expliqué aux médias – de ce qui se passe au Portugal, où le « bouton électoral » n’est pas enfoncé par le Premier ministre mais par le président de la République, en Espagne l’incertitude n’atteint pas, encore moins pour maintenant, aux deux. C’est ainsi que le président du gouvernement espagnol a souligné : « J’espère que le législateur hésitera jusqu’en 2023. » C’est vrai qu’il a exprimé un vœu et il faudra aussi le confirmer avec l’approbation des budgets, là où Esquerra et PNV menacent déjà au coin de la rue.

Ce qui était clair tout au long de la journée en Estrémadure, ce sont les différences – malgré les gestes lors de la rencontre que Sánchez a intentionnellement provoquée pour calmer les eaux – entre les deux vice-présidentes, Nadia Calvio et Yolanda Daz. Ils ne le cachent pas. Assis côte à côte lors de la signature des accords et lors de la conférence de presse de l’après-midi, ils ne se sont pas regardés, pas même dans l’espace de temps entre les deux événements. Ils ne coïncidaient pas dans les groupes qui se formaient avec leurs homologues portugais et avec les journalistes. L’une dos à l’autre. Ils ne l’ont fait qu’une seule fois, sur une photo commune de la plupart des ministres des deux pays qui a été improvisée peu de temps avant l’intervention de Sánchez et Costa. Rien d’autre. En fait, dans ces groupes, Daz a clairement indiqué que le problème n’était pas le PSOE ou Sanchez au moment de la réforme du travail, mais plutôt une partie du gouvernement. Les mêmes termes que vous utilisez ces jours-ci.

Snchez non plus n’est pas allé plus loin, qui a lancé un manuel devant la question de la presse : « Il faut retrouver le consensus qui a été rompu en 2012 par le PP avec les différents acteurs sociaux » pour insister sur le fait qu’il s’agit d’un gouvernement qui respecte ses engagements. – il a précisé, à la fois avec le pacte de la législature signé par Podemos qui prévoyait l’élimination de la réforme du travail mais aussi, précisément, l’accord conclu avec Bruxelles sur la réforme du travail pour recevoir en retour des fonds européens. Ce qu’il n’a pas expliqué, c’est comment il va accomplir les deux. C’est-à-dire qu’il a précisé que « nous sommes un gouvernement qui se conforme et qui va tenir ses engagements et il est essentiel que nous le fassions, car nous devons moderniser nos normes du travail », a-t-il ajouté.

S
Sanchez y Costa, avec Calvio et Daz au Sommet hispano-portugais.

Interrogé sur la soi-disant ultra-activité et la primauté des accords de branche ou d’entreprise au sein de la réforme du travail, il a souligné qu' »ils font partie de la feuille de route partagée par ce gouvernement et qu’elle sera lancée lorsque cette réforme sera abordée ». En résumé, accordez-vous le maximum de « coordination pour aborder cette réforme, le maximum de dialogue et le plus grand consensus pour parvenir à une réforme très importante ».

Budgets

Mais il y a aussi le risque des prochains budgets pour la stabilité de Sánchez, qui a demandé à Trujillo « une dose encore plus grande de responsabilité » des partis politiques qui, sans les mentionner expressément, ont déjà menacé de les renverser, comme Esquerra et le le président l’a fait PNV. « Les citoyens demandent de la stabilité et ce sont des budgets de relance », a prévenu le Premier ministre, qui s’est réjoui des chiffres de l’emploi que l’on connaissait précisément ce jeudi, ces 20 millions de personnes employées, un chiffre qui, selon le dossier Sanchez, n’avait pas eu lieu. depuis 2008. Pour cette raison, a-t-il indiqué, il n’y a pas peu de rupture mais plutôt de recherche de stabilité. Cependant, il n’a évoqué à aucun moment lors de son intervention la hausse brutale de l’IPC à 5,5% en octobre, le plus haut depuis 29 ans, et qui menace sérieusement la reprise économique.

Bien que toute l’atmosphère de la rencontre ait tourné autour de l’instabilité (le Premier ministre portugais a refusé de répondre à toute question sur sa situation délicate) dans les deux pays et sur les relations entre Calvio et Daz -ou plutôt, l’absence de relations-, l’affaire est que le sommet – auquel ont participé trois vice-présidents et six ministres espagnols – a abordé théoriquement des questions de fond, et plus avec des fonds européens impliqués, dans lesquels les deux délégations se sont engagées à établir des projets communs qui en bénéficient.

En fait, à Trujillo, jusqu’à neuf documents ont été signés, avec le Traité d’amitié et de coopération comme relevant d’une coopération qui s’est forgée institutionnellement depuis 1977, avec Adolfo Surez et Mario s’envole en tant que responsable maximum. « Maintenant, nous l’adaptons à la nouvelle réalité après la pandémie », a précisé Snchez, qui a déjà eu une rencontre avec Costa dans la ville portugaise de Gardien en octobre de l’année dernière. Entre autres, des progrès ont été réalisés sur le statut du travailleur frontalier, où un recensement commun sera réalisé, entre autres. Par ailleurs, les plans de relance des fonds européens veulent instaurer des coopérations spécifiques dans le domaine automobile, notamment dans les véhicules électriques ou les batteries au lithium, mais aussi sur des aspects tels que la transition écologique, les énergies renouvelables, (le coup de pouce à l’hydrogène vert), les technologies spatiales ou des infrastructures numériques, comme la création de l’autoroute 5G. Tout cela sous l’égide des 70 000 millions d’euros qui proviendront de L’Europe .

En tout cas, ce qui n’a pas avancé ou n’était pas à l’ordre du jour, malgré son importance, c’est le développement du chemin de fer, promis justement lors d’un sommet bilatéral entre les deux pays en 2003 pour relier Madrid-Lisbonne par l’Estrémadure. Deux décennies plus tard, les travaux sont à peine terminés, et pas encore terminés, entre Plasence et Badajoz, alors Sánchez s’est limité à souligner qu’ils seront prêts dans cette section pour la circulation l’été prochain. Du reste, il n’y a pas de nouvelles.

★★★★★