Nouveau revers judiciaire pour les Franco : ils ne pourront pas retirer les avoirs du Pazo de Meirs qu’ils réclamaient

Le tribunal décide que seuls les tapis peuvent quitter cette propriété de la municipalité de Corus de Sada

Une des salles du Pazo de Meir
Une des salles du Pazo de Meirs.Conchi PazXUNTA
  • bibliothèque de journaux L’État, dépositaire des biens du Pazo de Meirs, que les Francos doivent livrer le 10 décembre
  • Justice Le juge déclare que le Pazo de Meirs appartient à l’État et ordonne sa restitution à la famille Franco

La famille Franc ne peut enlever les biens situés à l’intérieur et à l’extérieur du terrain du Manoir de Meirs qu’il revendiquait comme le sien. Suite à la perte de la propriété, que le Tribunal de première instance numéro 1 de Vers la Coroue et la Cour provinciale déterminé qu’il était public et devait revenir entre les mains de l’État, maintenant les héritiers du dictateur reçoivent un nouveau revers juridique. Le même tribunal détermine que seuls les tapis peuvent quitter cette propriété de la municipalité de corus de triste.

Le même tribunal qui a donné la propriété du Pazo à l’État en 2020, mais avec un juge différent, a rendu une ordonnance dans laquelle il conclut que tous les éléments faisant l’objet d’une controverse judiciaire entre les parties impliquées dans la procédure, à l’exception de les tapis de couloir, doivent rester là où ils sont car « ils ont été placés dans un but purement fonctionnel ».

Le magistrat Francisco Javier García Aponte a pris cette décision en estimant partiellement la question de l’incidence soulevée par l’État après la décision qui lui a donné la propriété du Pazo, à laquelle le Planche et les communes de A Corua et Sada. La famille Franco a demandé de retirer ces biens comme les leurs après avoir remis les clés du Pazo au Gouvernementmais l’État a demandé de l’empêcher et une audience a eu lieu qui s’est soldée par un revers partiel pour les héritiers.

L’ordonnance judiciaire, notifiée ce vendredi et contre laquelle un recours peut être formé, conclut que ces biens que les administrations et la famille réclamaient comme les leurs, ont en fait acquis la condition et la nature d’un bien immobilier.

Dans le cas de ceux situés à l’extérieur de l’immeuble, il conclut qu’ils ont le caractère de biens immobiliers par destination, puisqu’ils peuvent être déplacés et « physiquement séparables sans aucun dommage », mais ils ne le devraient pas car ils y ont été placés « avec un désir à la pérennité ».

Ainsi, il considère que, par exemple, les figures ou ensembles de pierre (de saints et de vierges, entre autres) « sont disposés un peu partout dans le jardin afin de réaliser un ensemble harmonieux et artistique ». De plus, beaucoup d’entre eux se caractérisent par « leur robustesse particulière et leur poids élevé, avec les difficultés que leur mobilité et leur transfert entraîneraient, même à l’intérieur du pazo lui-même », de sorte que la taille et le poids de ce type d’élément pierreux les rendent se stabilisent, donc « elles ne nécessitent pas de fondations », ce qui signifie que le système de fixation et le placement des pièces est « le même que celui d’une croix de pierre ».

Portes, éviers ou lampes

Quant aux objets d’intérieur, décidez du même sort. Le juge considère clé lors de l’analyse de chacun d’eux « l’emplacement, en le mettant en relation avec le but poursuivi lors de la réalisation du placement dans un certain lieu », ainsi que « la relation et la vision homogène qui peuvent être formées avec d’autres éléments existants.

La propriété d’objets tels que la porte d’accès du vestibule, le lavabo sur pied à décor floral, la sculpture en vrac de Saint Joseph, l’autel/sarcophage, le haut-relief de la piété, la vierge intronisée à l’enfant, les sculptures rondes, le le bénitier, le confessionnal en bois, la sculpture ronde, la vierge en prière et la sculpture ronde en pierre.

La porte et l’évier ont la nature d’un bien immobilier par incorporation et le reste, par destination, tandis qu’il existe d’autres éléments qui ont la double condition d’un bien immobilier par incorporation et destination. Ce sont le Christ de forme ronde, les anges en bronze, les figures de pierre de forme ronde, la lampe sur le pilastre de l’escalier, les appliques murales en métal, la tapisserie avec un bouclier et le couple d’appliques électrifiées.

La chapelle, un « ensemble iconographique »

Le maître-autel de la chapelle rassemble une grande partie des éléments discutés et le juge conclut que s’il n’est pas contesté que les gravures peuvent être déplacées « sans que le piédestal ou chacun des retables où elles sont placées ne soit atteint ou endommagé », comprend qu' »elle ne peut être ignorée, compte tenu de leurs caractéristiques, de leurs dimensions, de leur position et de l’interrelation qui existe entre elles, qui répondent à l’idée de former un ensemble iconographique ».

De plus, il souligne qu’« elles sont en harmonie avec l’architecture et la typologie du retable (fin XVIIe, début XVIIIe) et ses propres dimensions, ce qui nous amène à affirmer qu’elles ont été placées à des fins décoratives. buts et, surtout, avec une volonté claire de permanence, ce qui signifie qu’ils sont considérés comme des propriétés par destination ».

Le juge rappelle dans cette nouvelle ordonnance que tout au long du processus judiciaire pour la propriété du Pazo, la propriété de l’État sur les biens meubles n’a pas été « traitée et discutée », donc « elle ne peut constituer l’objet » de l’incident d’exécution du jugement sur lequel il s’est prononcé. Etant donné que la phase d’exécution de la peine est actuellement en cours d’analyse, le magistrat comprend que seuls les aspects visés dans son dispositif peuvent être tranchés, « tous les arguments utilisés pour défendre la propriété de l’Etat sur le bien peuvent être utilisés ». un procès réclamant la même chose ».

Cette ordonnance judiciaire a également donné son accord à la conservation de l’inventaire sur le Pazo de Meirs réalisé le 11 novembre 2020 par les techniciens du Direction générale du patrimoine culturel de la Xunta de Galicia, qui a servi de référence lors de l’analyse de la propriété de chacun des actifs.

★★★★★